L’atalante : de l’importance de (re)découvrir Jean Vigo

Qu’il est difficile de revenir sur un film déjà tant analysé, notamment par François Truffaut, en évitant la paraphrase. Pourtant, alors que ce dernier, Jacques Demy et Agnès Varda envahissent nos plateformes de streaming – Netflix pour les premiers, Prime Video pour la seconde – et que la Nouvelle Vague s’avère plus accessible que jamais, il est intéressant de se replonger dans les prémices de cette belle période. Les années 30 sont alors à prendre en sérieuse considération, ère d’un certain cinéma d’avant-garde, avec un réalisateur à la carrière éphémère mais non négligeable, Jean Vigo, dont L’atalante a marqué plus d’un esprit.

Continuer de lire « L’atalante : de l’importance de (re)découvrir Jean Vigo »

Memoir Of A Murderer : La mémoire à fleur de peau

Lors de nos déambulations sur la plateforme e-cinema, nous ayant alors permis de découvrir l’exceptionnel A Taxi Driver, notre regard s’est porté sur un autre représentant de la péninsule asiatique, La Mémoire Assassine. Film qui a bien plus fait parler de lui par chez nous, ayant gagné le prix du jury au festival de Beaune. Deux heures et une expérience sensitive plus tard, le constat reste inchangé : le cinéma coréen a définitivement de beaux jours devant lui et il serait grand temps qu’il soit distribué de manière bien plus généreuse sur nos terres.

Continuer de lire « Memoir Of A Murderer : La mémoire à fleur de peau »

A Taxi Driver : crescendo émotionnel

Ne pars pas si vite, toi qui as cliqué en pensant qu’on allait te parler du chef-d’œuvre de Martin Scorsese. On va te parler film coréen, qui t’entraîne de la comédie légère au film de résistance énervé en passant par le brûlot politique, faisant honneur à la fascination de la presqu’île pour les changements intempestifs de ton. On n’est pas certains que l’ami Marty l’a vu, mais sûrs qu’il serait fier de partager ici son titre.

Continuer de lire « A Taxi Driver : crescendo émotionnel »

Down By Law : Les évadés philosophiques

Jim Jarmusch, tel qu’on le connaît, est le synonyme d’une errance. Une errance existentielle, durant laquelle ses protagonistes s’interrogent sur l’existence. Des personnages atypiques, souvent perdus et sans but, qui par leurs rencontres vont tenter de s’enrichir l’esprit, découvrir et se découvrir. Après les dialogues capitonnés de Stranger Than Paradise, il s’ouvre au grand air pour son troisième long métrage, Down By Law.

Continuer de lire « Down By Law : Les évadés philosophiques »

Mon Voisin Totoro : Introspection mystique

On continue notre focus sur les studios Ghibli, toujours avec une œuvre du grand Hayao Miyazaki. Ceux qui ont voyagé dans les contrées nippones ont pu remarquer que dans chaque magasin de souvenirs, voire dans énormément de lieux publics en décoration, on peut observer la figure de ce « Totoro » partout. Grande créature touffue à qui l’on a immédiatement envie de faire un câlin, il active la même fibre nostalgique dans le cœur de celles et ceux qui le croisent. Film d’animation culte, tant dans leurs contrées que les nôtres, Mon Voisin Totoro est devenu rapidement un symbole japonais indéniable, qui se mêle à leur culture traditionnelle avec brio.

Continuer de lire « Mon Voisin Totoro : Introspection mystique »

Tous en scène : de l’amour de la comédie musicale

On cite souvent Chantons sous la pluie de Stanley Donen ou Un américain à Paris de Vincente Minnelli quand on pense aux grandes comédies musicales hollywoodiennes des années 50. Pourtant, ce second cinéaste ne s’est pas contenté de faire danser Gene Kelly. Il a aussi pu profiter de l’un des plus grands noms de ce genre avec nul autre que Fred Astaire, « tap-dancer » devant l’Éternel, dans Tous en scène sorti en 1953, l’un des meilleurs « musical » de la période, trop souvent oublié malheureusement.

Continuer de lire « Tous en scène : de l’amour de la comédie musicale »

L’une chante, l’autre pas : liberté, liberté chérie

En ces temps de confinement, il fait bon se replonger dans les senventies, époque bénie où les hippies traînaient leurs breloques dans les campagnes paumées. La Grande Artiste, l’Inoubliable Agnès Varda, nous entraîne à son tour dans l’univers de ces deux copines à la destinée et au caractère bien différents. Le film, si coloré et étincelant soit-il – à l’image de son affiche complètement acidulée – expose des sujets graves. Bien sûr, il y a l’émancipation de deux femmes et de toutes les autres… mais l’on y parle aussi du suicide, de l’exil, et de la difficulté pour un artiste à gagner son pain…

Continuer de lire « L’une chante, l’autre pas : liberté, liberté chérie »

Voyage À Travers Le Cinéma Français : Glossaire ultime

On vous abreuve de recommandations, et avec les pépites qui sortent sur les plate-formes plus secrètes, les films de patrimoine qui n’attendent plus que vous pour jeter des yeux amoureux dessus, il est impossible, si le cinéma vous transporte, de s’ennuyer durant ce confinement. Après tout, qu’est-ce qu’on s’en fout des Bloodshot, Black Widow, Fast & Furious quand des immenses classiques, bien plus qualitatifs, vous attendent à la maison ? Nouvelle occasion de consommer différemment et d’élever ses exigences, c’est vers un documentaire, par le patron Bertrand Tavernier, que l’on vous dirige aujourd’hui.

Continuer de lire « Voyage À Travers Le Cinéma Français : Glossaire ultime »