Les Quatre Cent Coups : témoignage d’une enfance en France

Dans son film Les mistons, en 1958, malgré sa maladresse de mise en scène et d’agencement, François Truffaut marque déjà son attachement pour la représentation des enfants au cinéma. Il les montre turbulents, farceurs, insolents et insouciants mais surtout incapables de comprendre l’Amour symbolisé par le couple Bernadette Lafont – Gérard Blain. Ce court-métrage révèle l’étendue des thèmes chers à l’auteur et sert, à plus d’un titre, à peaufiner son premier long-métrage, Les Quatre Cent Coups. Ce dernier, s’il est grandement remarqué sur la Croisette – récompensé par le prix de la mise en scène – vient surtout marquer un changement dans le paradigme de la production cinématographique, en lançant plus officiellement le mouvement de la Nouvelle Vague.

Continuer de lire « Les Quatre Cent Coups : témoignage d’une enfance en France »

L’extraordinaire Mr. Rogers : Inconnu familier

Ce film aura longtemps traîné dans les cartons (pour finalement sortir sur Prime Video) alors qu’outre-Atlantique Tom Hanks était nommé aux Oscars comme meilleur second rôle. Une nomination qui aurait pu nous paraître étonnante au vu du titre laissant deviner un biopic classique. Que nenni, L’Extraordinaire Mr. Rogers est probablement LE film dont on a besoin en cette période trouble pour nous rappeler que l’amour, l’empathie et la bienveillance sont des vertus qui manquent beaucoup trop à ce monde.

Continuer de lire « L’extraordinaire Mr. Rogers : Inconnu familier »

Kiki La Petite Sorcière : Rêve ta vie en couleurs

Toujours dans notre rétrospective Ghibli (qui à ce rythme ne sera pas terminée à la fin de l’année, on espère vivement que Netflix en garde les droits un bon moment sinon vous on vous en suscitera l’envie quand ils ne seront plus disponibles), et toujours dans le cadre des œuvres de ce cher Hayao Miyazaki, nouvelle capsule de douceur avec Kiki La Petite Sorcière. À l’instar de Mon Voisin Totoro, le film est axé vers les tous petits, mais les plus grands peuvent également tomber sous ce charme sans failles.

Continuer de lire « Kiki La Petite Sorcière : Rêve ta vie en couleurs »

The Room : Espoir d’une vie

La question de l’homme et de sa présence sur Terre est une source inépuisable pour le cinéma. On l’a vu récemment avec Vivarium où il était question de cycles de la vie. Après treize ans d’absence de la réalisation sur grand écran, Christian Volckman revient dans un film trouble où les vices de l’humain prennent le pas dans un couple sans histoire qui n’était qu’à la recherche d’un peu d’authenticité.

Continuer de lire « The Room : Espoir d’une vie »

Entretien avec Christian Volckman, réalisateur de “ The Room”

Prévu en salles fin mars, le nouveau film de Christian Volckman se voit relégué à la VOD suite à la crise sanitaire. Film de genre unique, The Room n’est pourtant que le second film du réalisateur. Nous avons eu l’occasion de discuter au téléphone avec lui sur la genèse de ce projet et les obstacles qu’il a du traverser pour réussir à nous proposer ce film.

Continuer de lire « Entretien avec Christian Volckman, réalisateur de “ The Room” »

Devenir : Dame de coeur

L’élection de Barack Obama aux présidentielles de 2008 a marqué un tournant dans l’histoire du pays. Le 20 janvier 2009, les Obama prenaient place dans la Maison Blanche, devenant ainsi la première famille afro-américaine à se trouver à la tête des États-Unis. Mais à côté de lui se trouvait sa femme, Michelle. Loin d’être simplement la Première Dame, elle s’est révélée être une femme de caractère aux convictions bien ancrées. Quelques années plus tard, elle est revenue sur son parcours dans son libre Becoming aujourd’hui adapté en documentaire pour Netflix.

Continuer de lire « Devenir : Dame de coeur »

Pinocchio : charmante déception

Walt Disney, Luigi Comencini, Roberto Benigni, peut-être même bientôt Guillermo Del Toro, et tant d’autres, il va sans dire que le personnage de Pinocchio crée par Carlo Collodi en 1881 est apprécié du 7ème art. Cette année c’est pourtant Matteo Garrone qui se saisit de la marionnette et essaie d’en offrir sa vision. Déjà sorti en Italie à Noël et passé par la Berlinale, il est chez nous l’une des victimes du confinement de sorte que sa porte de sortie n’est nulle autre que Prime Video, l’ayant accueilli le 4 mai dernier. L’occasion pour nous de vérifier si son réalisateur a touché du bois avant de se mettre derrière la caméra.

Continuer de lire « Pinocchio : charmante déception »

L’atalante : de l’importance de (re)découvrir Jean Vigo

Qu’il est difficile de revenir sur un film déjà tant analysé, notamment par François Truffaut, en évitant la paraphrase. Pourtant, alors que ce dernier, Jacques Demy et Agnès Varda envahissent nos plateformes de streaming – Netflix pour les premiers, Prime Video pour la seconde – et que la Nouvelle Vague s’avère plus accessible que jamais, il est intéressant de se replonger dans les prémices de cette belle période. Les années 30 sont alors à prendre en sérieuse considération, ère d’un certain cinéma d’avant-garde, avec un réalisateur à la carrière éphémère mais non négligeable, Jean Vigo, dont L’atalante a marqué plus d’un esprit.

Continuer de lire « L’atalante : de l’importance de (re)découvrir Jean Vigo »

The Gentlemen : Trop polis ?

Guy Ritchie c’est avant tout une patte bien singulière. De ses films de gangsters survitaminés (on retient particulièrement Arnaques, Crimes Et Botanique et Snatch) à sa façon de s’être approprié les mythes de Sherlock Holmes et de la légende arthurienne, le Britannique fédère autant qu’il divise. De notre côté, on l’adore pour son adaptation de la série The Man From U.N.C.L.E, l’un des meilleurs film d’espionnage/action de ces dernières années. Légère sortie de route avec Aladdin mais l’optique de le voir retourner à ses débuts, ses films d’action doublés de malfrats british patauds a de quoi nous redonner un peu d’espoir… enfin c’est ce qu’on pensait.

Continuer de lire « The Gentlemen : Trop polis ? »

Green Boys : Amitié pure

La crise migratoire est un sujet toujours aussi actuel dont découle des avis divergents et des réactions souvent virulentes. Ariane Doublet est une réalisatrice chevronnée qui, depuis ses premiers pas, utilise le documentaire pour mettre en lumière le monde rural, que ce soit les paysans, les vétérinaires ou les ouvriers. Voilà qu’elle franchit ici un nouveau pas en se penchant sur la question de l’intégration des migrants à travers le regard d’Alhassane, un guinéen de 17 ans.

Continuer de lire « Green Boys : Amitié pure »