FIFF 35ème : un bal Masqué mais à célébrer

Il y a quelque chose de triste et d’heureux à la fois quand on assiste à un festival en cette année. Difficile en effet de ne pas être animé par la peine de voir les changements effectués pour raisons sanitaires, telles les projections de presse en ligne, mais nous nous concentrerons sur la joie de voir les membres du Festival International du Film Francophone de Namur se donner à fond pour que cette 35ème édition ait lieu, surtout avec un cru d’une telle qualité.

Lire la suite de « FIFF 35ème : un bal Masqué mais à célébrer »

Adieu Les Cons : Marié, Effira et Dupontel

Alors que nous lui avons consacré un portrait plus que complet, difficile de dire que le nouveau film d’Albert Dupontel n’est pas une des plus grosses attentes de cette fin d’année 2020. Curieux de voir le chemin que va prendre celui qui, contre toute attente, est sorti de sa bulle intimiste pour se tourner vers le grandiose avec Au-Revoir Là-Haut – avec, on l’a vu, une relecture de toutes ses thématiques fétiches -. Cet Adieu Les Cons, qui a nourri nos fantasmes les plus fous, s’avère encore plus grandiose qu’imaginé, représentant une synthèse complète du cinéma de son auteur mêlée à un nouveau conte humaniste et sincère.

Lire la suite de « Adieu Les Cons : Marié, Effira et Dupontel »

Albert Dupontel : éternel enfant mais cinéaste mature

Auteur à part dans le paysage cinématographique français, issu de la génération Noé, Jeunet et consorts, Albert Dupontel s’est distingué comme l’un des réalisateurs les plus passionnants à voir évoluer. Ayant débuté avec un style punk complètement barré, il semble s’être peu à peu calmé sur certains points pour arriver à une maturité à laquelle il mêle toujours ses coups de folie. À l’aube de la sortie de son nouveau long-métrage Adieu les cons, il est plus que jamais temps de revenir sur la carrière de cet artisan aussi marginal que talentueux.

Lire la suite de « Albert Dupontel : éternel enfant mais cinéaste mature »