Le médecin imaginaire : Ça strabe sévère

Que les États-Unis tremblent, le Marvel Cinematic Universe trouve un adversaire de taille chez nous en la personne d’Alban Ivanov. Saltimbanque qu’on a déjà eu l’habitude de voir dans des comédies à la qualité souvent inexistante, il a décidé de mettre les bouchées double cette année car en l’espace de trois mois ce n’est pas dans un ni même deux films qu’on le retrouve… mais bien dans cinq ! Le dernier en date (pour le moment) c’est Le médecin imaginaire, une comédie qui fait peur tant sur le papier que pendant la bande-annonce mais comme on dit, il n’y a que les con·nes qui ne changent pas d’avis… ou celleux qui n’ont pas peur de remettre en cause leur cinéphilie.

Lire la suite de « Le médecin imaginaire : Ça strabe sévère »

Une belle équipe : Et les hommes au vestiaire !

Alors que ces messieurs s’époumonent en ce moment même dans l’optique de voir leur équipe gagner l’Euro 2021, ces mesdames sont loin d’être en reste. Le talent de l’équipe de France féminine de football est reconnu à l’échelle mondiale et le football féminin se démocratise de plus en plus. On a décidé de leur rendre hommage et ça tombe bien, Une belle équipe fait un joli doigt d’honneur au machisme inhérent.

Lire la suite de « Une belle équipe : Et les hommes au vestiaire ! »

La Vie scolaire : passage obligatoire ?

Deux années après le succès de Patients, Mehdi Idir et Grand Corps Malade signent leur deuxième collaboration. Ces deux natifs du « 93 » présentent cette fois-ci avec fierté mais sans grande nouveauté le quotidien d’un collège de banlieue…

Convoc’ chez la CPE

Si certains gardent encore en mémoire le détonnant Entre les murs de Laurent Cantet, Palme d’or 2008 qui célébrait encore un cinéma social « dardennien », c’est sans grande prétention que les deux compères s’attellent à un sujet que le public connaît bien. Difficile pourtant de filmer cette banlieue – depuis La Haine de Mathieu Kassovitz – sans tomber dans le grand ravin des « ché-clis » et de la sacro-sainte Bien-Pensance.

Alors, pour rafraîchir le genre, c’est à la Vie scolaire que les auteurs ont posé leur attention, ou plus précisément dans le bureau de Samia, la nouvelle CPE du collège classé en ZEP, fraîchement débarquée d’Ardèche. Bien sûr, cela fait un peu « gros »… mais qu’importe, le rat des champs n’est pas du genre à se laisser impressionner ! Zita Hanrot (Plan cœur, Fatima, La Fête est finie…) enfile donc la veste de tailleur d’une Conseillère Principale d’Education stricte mais pas trop et reçoit dans sa petite pièce élèves négligents et parents dépassés par les événements.

Ce qui les lie

Bien sûr, toute excellente recrue de l’éducation nationale se doit d’aider et d’accompagner jusqu’au bout les éléments les plus démotivés par un avenir qui ne semble pas leur tendre les bras. C’est ainsi que Samia croise le destin de Yanis. Père en prison, mère débordée, fréquentations douteuses, le jeune homme file un mauvais coton et enchaîne les rappels à l’ordre. Bien évidemment, la jeune CPE va s’attacher à cet élève insolent mais intelligent car comme lui, elle va souvent au parloir de la prison dans laquelle est enfermé son voyou de fiancé. Assurément, rien ne se passe comme prévu et tandis que Yanis frôle l’exclusion définitive, Samia sombre dans une petite déprime après avoir appris une sérieuse trahison… Mais alors que tout vire au gris (et que l’on commence à trouver le temps un peu long), les sourires finissent pourtant par reparaître comme par enchantement.

Pas de spoiler alert à l’horizon, donc, puisque l’on s’en doute un peu trop bien : tout est bien, etc… Jusqu’à la prochaine connerie.

La Vie scolaire de Grand Corps Malade et Mehdi Idir. Avec Zita Hanrot, Liam Pierront, Alban Ivanov, Antoine Reinartz, Soufiane Guerrab… Durée : 1h51.

En salle depuis le 28 août.