Premières Vacances : Le pire est à venir (pour le couple hein)

Ah les querelles amoureuses… Elles en inspirent bien des films, mais celles des vacances un peu moins. Faute d’idées ? Peut-être. L’humoriste et comédienne Camille Chamoux s’est emparée de ce sujet pour co-écrire « Premières Vacances » avec son compagnon Patrick Cassir avec un postulat de départ assez simple : Marion et Ben décident sur un coup de tête de partir ensembles en vacances après un premier rendez-vous Tinder réussi, direction la Mongolie à mi-chemin de leurs destinations rêvées : Beyrouth pour Marion et Biarritz pour Ben. Un rendez-vous d’un soir c’est bien, supporter l’autre pendant plusieurs semaines s’en est une autre…

Pour son premier film, Patrick Cassir – épaulé donc par Camille Chamoux – dépeint avec humour et justesse les vacances en amoureux. Mais au-delà des simples querelles qui rythment ces vacances qui vont s’avérer houleuses pour l’un comme pour l’autre, le film pose aussi les questions des fondements même du couple, celui de l’écoute et des concessions à faire pour le bonheur de chacun. Pour jouer so compagnon à l’écran, c’est un autre humoriste bien connu du grand public qu’on retrouve avec Jonathan Cohen. L’alchimie entre les deux personnages fonctionne à merveille et les vannes font mouche presque à chaque fois avec un regard plutôt bienveillant et littéralement deux modes de vie différents. En passant des cambrousses bulgares aux hôtels cinq étoiles, les nerfs de Ben et Marion sont mis à rude épreuve dans une comédie qui adopte finalement les codes de la rom-com traditionnelle dans un écrin assez rafraîchissant même si on regrette des seconds rôles finalement peu exploités.

« Premières Vacances » reste une jolie comédie qui fonctionne dans son ensemble, imparfaite mais terriblement sincère avec une Camille Chamoux solaire et un Jonathan Cohen décidément incroyable et survolté comme à son habitude et rien que pour ça nous on dit oui.

Premières vacances de Patrick Cassir. Avec Camille Chamoux, Jonathan Cohen, Camille Cottin… 1h42
Sortie le 2 janvier

[CRITIQUE] L’Invitation : Avec plaisir !

090387-jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

Léo et Raphaël sont amis depuis 20 ans. Quand Léo l’appelle à 3h du matin parce qu’il est en panne de voiture à une heure de Paris, Raphaël hésite et puis finalement poussé par sa compagne Hélène, il accepte finalement. Sauf que Léo n’est pas en panne, non. Il fait un « test de l’amitié »pour savoir qui viendrait ou non. En tout cas avec L’invitation, je viens sans hésiter !

Nicolas Bedos sous un nouveau jour

Tandem de choc composé de Michaël Cohen et Nicolas Bedos, autant amis à la scène qu’à la ville et ça se ressent. Entre éclats de rires, blagues graveleuses, l’un qui ne grandit pas et l’autre qui pense avoir grandit, le duo nous offre une vraie belle vision de l’amitié.

L’occasion aussi de redécouvrir Nicolas Bedos peut-être sous un nouveau jour. Tout en gardant ce petit côté arrogant qu’on aime et qu’on déteste à la fois, Michaël Cohen nous offre une autre vision du personnage, plus touchante, avec ses faiblesses mais toujours avec ce côté blagueur qui nous fait tous craquer (en tout cas moi tout du moins mais chut). Camille Chamoux aurait pu être un petit peu plus exploitée car elle tient un rôle formidable au côté de ces deux grands acteurs.

L’amitié dans toute sa splendeur, sans fioritures

Là où réside la force de ce film est certainement sa simplicité avec laquelle il arrive à nous emmener dans son monde, dans cette bande de potes qu’on rêve tous d’avoir. De ces réunions nocturnes au beau milieu de nulle part à trois heures du matin en train de boire une bonne bouteille de champagne. C’est frais, c’est léger sans être stupide, ça pourrait durer trois heures qu’on ne s’en rendrait même pas compte.

Avec ses petits airs de « bromance », L’Invitation est un peu unique dans son genre en France jouant toujours entre le comique et le mélancolique, il ne nous fait pas éclater de rire mais ne nous laisse pas nous morfondre. Michaël Cohen réussit à dépeindre une belle amitié, tout simplement et finalement c’est ce qu’on demande, rien de plus, rien de moins.

 

L’Invitation fait clairement parti des très belles surprises de ces fins d’années entre les comédies françaises et les blockbusters américains à foison et vous savez quoi ? Ca fait du bien et on ressort de là le sourire aux lèvres.

Ma note : ★★★★