First Man : Un nouveau pas pour Damien Chazelle

L’une de nos plus grosses attentes en cette fin d’année était forcément celle-là. Celui qui a fait une véritable razzia à la dernière cérémonie des Oscars avec sa brillante comédie musicale « La La Land » est de retour en cette fin d’année avec un tout nouveau projet aussi ambitieux qu’il est à mille lieux de son domaine de prédilection dans lequel on avait l’habitude de le voir oeuvrer – avec brio qui plus est – (« Whiplash », « La La Land »). « First Man » se veut le portrait d’un homme dont le nom est connu sur toutes les lèvres : Neil Armstrong; le premier homme a avoir posé le pied sur la Lune. Récit d’un véritable parcours du combattant pour réussir cet exploit autant sur le plan technique que psychologique. Et pour ce retour en fanfare, Damien Chazelle a décidé de refaire équipe – et quelle équipe – avec Ryan Gosling dans le rôle-titre. Bref, toutes les planètes étaient alignées pour faire de « First Man » la petite claque de cette fin d’année.

 

L’homme avant l’astronaute 

Pendant près de huit ans, Neil Armstrong suit un entraînement intensif pour finalement toucher la Lune du bout des doigts mais cette vie désormais dédier à cette seule et unique mission n’est pas sans répercussion sur sa vie de famille. Une vie d’ailleurs jonchée par des obstacles que le bonhomme n’a jamais totalement réussi à surmonter – et notamment la mort de sa fille -. Loin d’en faire un biopic sur l’astronaute, Damien Chazelle prend le parti de faire un portrait d’homme avant tout. Un mari, un père, un ami, que la vie n’a absolument pas épargné. « First Man » virevolte entre les entraînements et les apartés avec sa famille et ses coéquipiers devenus des amis au fil du temps. Malgré quelques passages plus faibles – autant rythmiquement que scénaristiquement – lors que Chazelle évoque sa vie personnelle, le film réussi à donner une vraie épaisseur au personnage de Neil Armstrong. Avec son visage mutique qui avait déjà fait son effet notamment dans « Only God Forgives », Ryan Gosling est taillé pour ce rôle, n’hésitant pas à montrer ses failles; en témoigne l’une des dernières scènes lorsqu’il se trouve sur la Lune. 

Laissant ainsi de côté la figure héroïque du bonhomme, « First Man » s’apparente avant tout à un vibrant portrait d’homme prêt à tout pour que cette mission réussisse. Mais à quel prix ? 

La question se pose d’ailleurs en filigrane durant la seconde partie du film alors que les échecs – et accessoirement les morts – s’accumulent et que la population commence à se demander -légitimement – où part tout cet argent et surtout, ne pourrait-il pas être plus utile ailleurs ?

Ryan Gosling est fabuleux – comme à son habitude – mais celle qui tient le reste du film c’est bel et bien Claire Foy. Femme dévouée et aimante, celle qui aspirait à une vie normale voit son mari petit à petit lui glisser entre les doigts alors qu’il est de plus en plus obnubilé par cette mission. La caméra de Chazelle sublime son visage tiré par la fatigue, les épreuves de la vie et cette peur constante de perdre son mari. Absolument splendide et tout en retenue. 

 

Le prodige de la caméra

À croire que Damien Chazelle a un véritable talent pour les scènes d’ouverture. Comment oublier cette fameuse – et bientôt mythique – scène d’ouverture de son « La La Land » tout en légèreté et plan séquence qui nous donnait envie de virevolter en robe jaune sous le soleil de Los Angeles ? Changement de registre pour « First Man » mais une scène d’ouverture tout aussi exceptionnelle. Cinq minutes d’une intensité à en faire frémir plus d’un. Caméra au plus près de Gosling, quasiment étouffée dans cet espace confiné quitte à ne voir quasiment jamais un bout d’espace, Damien Chazelle prend le pari – un poil couillu – de ne pas filmer le grandiose (ce à quoi le film tendait forcément aux premiers abords) pour se concentrer sur un cadre beaucoup plus intimiste. Un cadre qui vire aux scènes étouffantes et anxiogènes au possible lorsque Chazelle filme Gosling emprisonné dans son vaisseau que ce soit lors des différentes phases de test ou lors du voyage vers la Lune. Emprisonnant à la fois son personnage et le spectateur dans cette bulle fragile – la mort rôde à tout instant -, le film grimpe en tension jusqu’à atteindre des sommets, nous ôtant toute possibilité de respirer. La gravité a disparu a l’écran, elle n’est également plus présente dans la salle. À l’image de « Gravity », Chazelle sait imposer les silences quand il le faut mais il faut dire qu’il sait utiliser la musique quand il le faut aussi. Et il faut dire que quand on a au score un certain Justin Hurwitz qui avait déjà fait des merveilles dans « La La Land ». Décidément on tient là une équipe gagnante.

Pas forcément parfait dans toute sa longueur – quelques passages creux qui auraient pu être évités -, « force est de constater que Damien Chazelle réussi son nouveau pari haut la main en faisant de « First Man » un biopic aussi anxiogène qu’il est intimiste et profondément touchant dans son portrait d’un homme bien avant d’être un héros – si tenté qu’il en ai conscience -.

First Man de Damien Chazelle. Avec Ryan Gosling, Claire Foy, Jason Clarke… 2h22
Sortie le 17 octobre

[ACTU] Ce qu ’il faut retenir de l’actualité ciné cette semaine

Cette semaine à la carte nous avons, les premières images de Deadpool 2, des informations indispensables sur le prochain Thor, Avatar 2 repoussé de nouveau, une dernière bande-annonce prometteuse pour Fast & Furious 8, Ryan Gosling dans la peau de Neil Armstrong et une première photo intrigante du prochain Jurassic Park.

Un « court-métrage » promotionnel

Un teaser plein d’humour du prochain Deadpool diffusé en post-générique de Logan dans les salles de cinéma américaine ! Voilà comment Marvel a diffusé les premières images du héros en ce mois bon mois de Mars . Dans cet extrait faisant office de court-métrage on le voit tenter de revêtir, tant bien que mal, son costume dans une cabine téléphonique exigu… Mais il faudra attendre 2018 pour découvrir le film.

Des photos inédites et un scénario détaillé

Thor : Ragnarok

A l’occasion de son nouveau numéro on retrouve en couverture du magazine Weekly Entertainmen le héros Thor incarné par Chris Hemsworth ainsi que Hela (Cate Blanchett) et Valkyrie (Tessa Thompson). Le super-héros y apparaît avec les cheveux courts et avec de nouvelles armes comme l’indique les sous-titres. Un nouveau look en lien avec l’axe de scénario prévu.

SYNOPSIS : La dernière fois qu’on a vu le grand gaillard, il tentait de découvrir qui manipulait les Avengers à la fin de l’Ère d’Ultron. Après avoir eu vent de problèmes à Asgard, il découvre que son frère Loki (Tom Hiddleston) a pris la place de leur père, Odin, désormais disparu. La gouvernance de Loki mène à la libération d’Hela et la première rencontre entre la déesse et Thor envoie le dieu nordique sur la planète barbare Sakaar, gouvernée par le charmant mais infâme Grandmaster (Jeff Goldblum). La valeureuse guerrière Valkyrie (Tessa Thompson) se cache sur Sakaar et livre Thor à Grandmaster.  Le super-héros est ensuite forcé de devenir un gladiateur, se fait couper les cheveux et perd son marteau magique.

Par ailleurs des images inédites de personnages secondaires du film on été publiées avec par ordre d’apparition le Grandmaster (Jeff Goldblum) et Héra (Cate Blanchett).

Jeff Goldblum incarne Grandmaster dans Thor 3

0002509873283273432343.jpg

Sortie prévue le 23 Octobre prochain.

La suite ne sortira pas à la date prévue

Avatar, de James Cameron, avait révolutionné la 3D au cinéma à sa sortie en 2009

James Cameron a déclaré que la suite d’Avatar ne sortira pas en Décembre comme cela été prévu. En effet le cinéaste travail en même temps sur quatre suites au film Avatar et déclate ainsi   « …On est en pleine ébullition en ce moment et c’est mon travail à temps plein, 24h/24 et 7 jours sur 7. Nous sommes bien partis sur le design des décors et des créatures, c’est très excitant. J’aimerais pouvoir le partager au monde entier mais pour l’instant nous devons préserver une certaine forme de secret. On dévoilera tout cela quand le temps sera venu. ». Le casting original composé de Sam Worthington, Zoe Saldana, Stephen Lang et Sigourney Weaver devrait revenir dans ces suites.

Une dernière bande-annonce de folie

Une deuxième bande-annonce étonnante pour le nouveau volet de Fast & Furious que l’on découvrira le 12 Avril prochain. Dans cet extrait on retrouve tous les ingrédients connu par les fans de la saga, condensé dans un florilège d’images hautement spectaculaire. Suspens action garantis ! Vin Diesel, Dwayne Johnson  et Jason Statham vont donc tenter de nous surprendre à nouveau.

 

Ryan Gosling sur la Lune !

Après les Oscars, Damien Chazelle va envoyer Ryan Gosling sur la LuneAprès le succès de La La Land, Damien Chazelle et Ryan Gosling vont collaborer de nouveau ensemble. Cette fois-ci il s’agit d’un biopic sur Neil Armstrong et ses pas sur la Lune et bien sûr c’est Ryan Gosling qui incarnera l’astronaute. Le scénario sera tiré inspiré de la biographie de James Hansen (First Man: A Life Of Neil A. Armstrong) et sera dans les salles américaines le 12 octobre 2018.

Mystère absolu

Jurassic World 2

Pour finir les news voici une première photo du prochain Jurassic Park réalisé par Juan Antonio Bayona et prévu pour Juin 2018. On y découvre une petite fille seule dans un musée, face au crâne gigantesque d’un tricératops. Les acteurs Bryce Dallas Howard et Chris Pratt, plus James Cromwell et Geraldine Chaplin devraient être de la partie. Voici donc un nouveau bon feuilleton d’actu pour un film très attendu.

D’autres news Dimanche prochain ! 

 

 

 

 

[CRITIQUE] La La Land : Damien Chazelle, un tel talent

On l’attendait et il est enfin là. Mercredi sort en salles le film de ce début d’année qui nous confirme une nouvelle fois le talent de Damien Chazelle. Après des prouesses avec Whiplash, le réalisateur est de retour avec une comédie musicale si ce n’est la comédie musicale de l’année. De quoi nous faire danser pendant un petit bout de temps.

569615-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

La renaissance de la comédie musicale

Genre oublié du cinéma, la comédie musicale fait un retour en force et pour cause, ce n’est pas pour rien que le film a récolté sept Golden Globes et semble bien parti pour les Oscars. La musique est un thème qui tient Damien Chazelle à coeur et ça se ressent dans chaque minute du film. De cette scène d’ouverture grandiose et digne des plus grandes pièces de Broadway, aux duos sur fond de piano-jazz, tout est là pour nous emmener dans cet univers quasiment magique. Un film pour les fous qui rêvent et il y a de quoi. Mia et Sebastian sont de grands rêveurs. L’une rêve de comédie tandis que l’autre rêve de club de jazz. Ils se détestent et finissent par s’aimer. C’est beau, c’est romantique, ça fait mal aussi. Parce que Los Angeles fait rêver mais peut vite vous faire retomber plus bas que terre dans un univers impitoyable.

Les décors jouent une belle part dans ce film, tout est calculé au millimètre près et pourtant tout semble en même temps tellement léger et instinctif. Ces panoramiques sur les couchers de soleil sont sublimes, les jeux de couleurs, de lumières… Un véritable plaisir des yeux. Là où Whiplash avait une construction plus sèche et saccadée, La La Land est une véritable douceur qu’on déguste avec les yeux et avec le coeur.

Emma Stone & Ryan Gosling, un duo éblouissant

Pour leur troisième collaboration, Emma Stone et Ryan Gosling font très très fort. Des rôles faits pour eux où l’on ressent tout le travail, l’énergie et la passion qu’ils ont mis dans chacun de leur pas ou de leurs notes. Les Oscars pointent le bout de leur nez aussi ! Emma Stone est sublime dans ce rôle de serveuse rêveuse qui essuie échecs sur échecs avant de retrouver un semblant d’espoir dans les bras de Sebastian, autre éternel rêveur dont le jazz est sa religion mais qui se voit obligé d’abandonner son rêve. Tout est parfait dans ce duo notamment leurs danses et leur chanson City of Stars qui restera gravé dans les mémoires.

Et là où Damien Chazelle est malin et ne tombe pas dans les clichés, c’est son final alternatif aussi joyeux que triste et qui est un véritable crève-coeur pour nous. Saupoudrez le tout d’une bande originale digne des plus grands avec des titres qui vont vite devenir incontournables et l’on obtient là, oui, certainement le meilleur film de l’année.

La La Land réussi sont pari sur tous les fronts et après avoir conquis le coeur des professionnels outre-Manche, il est l’heure pour la comédie musicale de débarquer sur vos écrans mercredi et je n’aurais qu’un conseil à vous donner : courrez le voir parce que vous ressortirez de là le coeur léger, des sentiments indescriptibles, un sourire gravé sur le visage et des notes de musiques gravées dans le coeur.

Ma note : ★★★★★