Le Tombeau Des Lucioles : Quel lumineux cimetière

Notre rétrospective Ghibli a commencé à s’éloigner des sentiers arborés par Hayao Miyazaki, pour s’intéresser aux autres auteurs de la firme, et surtout son alter-ego tout aussi représentatif des travaux du studio, Isao Takahata. Alors que nous sommes déjà revenu·es sur Souvenirs Goutte À Goutte, nous nous penchons aujourd’hui sur le premier film que le japonais y a réalisé, Le Tombeau Des Lucioles. Quiconque s’apprêtant à le découvrir se verra souvent entendre la même remarque par les amateur·ices : « Si tu ne pleures pas devant, c’est que tu n’as pas de cœur ». On aurait voulu leur donner tort, mais une heure trente d’émoi plus tard, le constat est unanime : les larmes sont bien là.

Lire la suite de « Le Tombeau Des Lucioles : Quel lumineux cimetière »

Je peux entendre l’océan, déception chez Ghibli ?

Les studios Ghibli sont réputés pour leur qualité, tant sur la narration que sur l’animation. Pourtant, l’une de leurs œuvres semble être en dessous des autres, le téléfilm Je peux entendre l’océan, sorti en 1993.

Lire la suite de « Je peux entendre l’océan, déception chez Ghibli ? »

Souvenirs goutte à goutte : cultiver la mémoire

Isao Takahata est attaché au passé. De son pays, comme il l’a prouvé avec Le tombeau des lucioles, mais aussi de l’humain comme il le démontre ici avec Souvenirs goutte à goutte. Explorant les mémoires d’une jeune femme qui se demande quel a été l’impact de sa jeunesse sur son présent, il livre là une fable, non sans défaut, dont la légèreté n’a d’égale que la beauté visuelle.

Lire la suite de « Souvenirs goutte à goutte : cultiver la mémoire »

Kiki La Petite Sorcière : J’ai bien aimé

Toujours dans notre rétrospective Ghibli (qui à ce rythme ne sera pas terminée à la fin de l’année, on espère vivement que Netflix en garde les droits un bon moment sinon vous on vous en suscitera l’envie quand ils ne seront plus disponibles), et toujours dans le cadre des œuvres de ce cher Hayao Miyazaki, nouvelle capsule de douceur avec Kiki La Petite Sorcière. À l’instar de Mon Voisin Totoro, le film est axé vers les tou·tes petit·es, mais les plus grand·es peuvent également tomber sous ce charme sans failles.

Lire la suite de « Kiki La Petite Sorcière : J’ai bien aimé »

Mon Voisin Totoro : Introspection mystique

On continue notre focus sur les studios Ghibli, toujours avec une œuvre du grand Miyazaki Hayao. Celleux qui ont voyagé dans les contrées nippones ont pu remarquer que dans chaque magasin de souvenirs, voire dans énormément de lieux publics en décoration, on peut observer la figure de ce « Totoro » partout. Grande créature touffue à qui l’on a immédiatement envie de faire un câlin, il active la même fibre nostalgique dans le cœur de celles et ceux qui le croisent. Film d’animation culte, tant dans leurs contrées que les nôtres, Mon Voisin Totoro est devenu rapidement un symbole japonais indéniable, qui se mêle à leur culture traditionnelle avec brio.

Lire la suite de « Mon Voisin Totoro : Introspection mystique »

Le Château Dans Le Ciel : La cité des rêves perdus

Ghibli. Un nom qui résonne dans le cœur de tou·tes les enfants de 30 et 40 ans (voire plus, voire moins !), elleux qui ont grandi avec les métrages du studio d’animation, vécu ces émotions avec panache, et vouent à leurs auteurs un culte bien mérité. Maintenant que Netflix s’apprête à proposer, par arrivées progressives, l’intégralité du catalogue sur sa plate-forme, on s’est donné pour mission de vous sélectionner un florilège pour vous inciter à vous jeter sur ces merveilles qui ne vous quitteront plus

Lire la suite de « Le Château Dans Le Ciel : La cité des rêves perdus »