[CRITIQUE] Horse Soldiers : Chris Hemsworth le guerrier

Chris Hemsworth terminait 2017 en exterminant l’ennemi d’un simple coup de foudre (au sens littéral du terme) et commence 2018 à dos de cheval, arme à la main, prêt à abattre un groupe de Talibans suite aux attentats du 11 septembre. Une histoire vraie passée longtemps sous silence et qui trouve désormais un peu de reconnaissance dans le premier film de Nicolai Fuglsig et qui nous offre un sacré film de guerre. Lire la suite de « [CRITIQUE] Horse Soldiers : Chris Hemsworth le guerrier »

[CRITIQUE] Beauté Cachée : Will Smith bouleversant

037477-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

La bande-annonce de Beauté Cachée diffusée il y a quelques semaines ne m’avait pas laissé de marbre et une fois le film vu, c’est officiel, c’est un putain de beau film. Howard, patron d’une boîte de pub croque la vie à pleine dent jusqu’à ce que tout bascule quand sa fille décède brutalement. Rien n’est plus pareil pour Howard qui n’arrive pas à reprendre goût à la vie. Son exutoire ? Ecrire. Ecrire au Temps, à l’Amour et à la Mort. Ses amis et collègues s’inquiètent pour lui et décident d’élaborer un stratagème pour essayer de le faire enfin réagir.

Will Smith au sommet

Certes ces dernières années le cinéma et les spectateurs boudent un peu Will Smith. Dommage car même si ses derniers films n’étaient pas les meilleurs, ils nous prouve dans ce film que c’est un sacré acteur. Ce père dévasté par la mort tragique de sa fille ne sait plus ce qu’est la vie. Se contentant de se balader à vélo, de poster ces fameuses lettres et de rentrer chez lui. Will Smith campe parfaitement ce rôle d’abord tout en retenue jusqu’à ces dernières minutes d’une intensité folle.

Autour de lui, un casting cinq étoiles avec Kate Winslet, Edward Norton, Helen, Mirren ou encore Keira Knightley qui apportent chacun à leur manière leur dose de tendresse et d’émotions.

Un twist final… surprenant

Le scénario est loin d’être parfait notamment ce twist de fin assez déconcertant et pas forcément facile à comprendre mais au diable la logique parce que je défie chacun d’entre vous de ne pas verser ton petit torrent de larme à ce moment-là. Malgré tout le film dégage une émotion et une beauté sans pareille. Son ambiance de Noël, sa musique… Tout est propice pour en faire un bon film qui vous touchera en plein coeur. Certains ne comprendront pas forcément où se trouve cette « beauté cachée » mais peut-être que la finalité est là, à nous de la trouver là où elle peut-être parce que comme l’Amour, elle se trouve partout.

Après les quelques déconvenues de Will Smith ça fait plaisir de le retrouver dans un registre différent et je déplore ces critiques assassines sur ce film qui sont loin d’être justifiées. En tout cas que ça vous plaise ou non, Will Smith is back motherf*cker.

Ma note : ★★★★

[CRITIQUE] Festival de Deauville, Acte VII : « Au-dessus des lois »

war-on-everyone-movie

Pas encore prévu en France, Au-dessus des lois (War on Everyone en VO, titre beaucoup plus sympa je trouve) se place facilement dans la catégorie des buddy movies. Sans révolutionner le genre, le film n’en est pas moins sympathique même si l’ensemble n’est pas forcément à la hauteur des attentes. Au-dessus des lois c’est l’histoire de Terry Monroe et Bob Bolaño, deux flics qui ont recours à des méthodes peu orthodoxes et qui un jour se retrouvent face à un ennemi beaucoup plus puissant et beaucoup pkus vicieux qu’eux.

Un duo détonnant…

La ressemblance avec le film The Nice Guys avec Russell Crowe et Ryan Gosling est indéniable et même assez flagrante cependant les scénarios divergent assez rapidement et Au-dessus des lois se veut beaucoup plus cynique et piquant que son compatriote.

Le film repose avant tout sur son duo qui je dois dire fonctionne parfaitement bien. Alexander Skarsgard qui joue le rôle du policier solitaire passant ses journées à boire et son binôme, père de famille rangé bien que légèrement tordu. Un duo qui n’arrive pas à se compléter car beaucoup trop semblables dans leurs manières d’agir. Qu’à cela ne tienne, leurs dialogues sont à mourir de rire et les vannes ne sont jamais méchantes bien que très gratuites mais après tout le film repose essentiellement dessus donc difficile de le lui reprocher.

… Mais un manque cruel de mise en danger

Ce qui pêche énormément dans ce film c’est qu’on sent que le réalisateur ne va pas au bout de son idée. Il aurait pu pousser le vice encore plus loin, déranger encore plus, frapper encore plus fort mais non. Le film garde une certaine retenue et ce qui est son point fort est aussi son point faible. Un trop plein de blagues qui certes n’épargnent personnes mais qui sont inégales tout le long du film.

La bonne surprise de ce film restant Theo James aux antipodes de son rôle à minettes dans la saga Divergente. Plus méchant, plus cynique, plus pervers, il a tout gagné et nous offre une nouvelle vision de son jeu d’acteur bien loin de nous déplaire. D’ailleurs l’autre personnage secondaire qui a marqué les esprits est bien évidemment l’extravagant Birdwell (joué par l’excellent Caleb Landry Jones !) dont on tombe forcément sous le charme.

Si John Michael McDonagh avait poussé le vice encore plus loin, Au-dessus des lois aurait pu être une vraie réussite bien cinglante comme on les aime. Malgré tout, le film reste tout à fait correct avec de très bonnes scènes, un twist de fin intelligent et un duo de charme.

Ma note : ★★★★★