Qu’est-ce qu’on a encore fait au Bon Dieu ? : C’est plutôt à nous de se poser cette question

Comment commencer cet article ? Comment introduire le désastre à venir ? Allez savoir. Les mauvaises langues diront que je savais à quoi m’attendre, c’est en partie vrai. Il n’empêche que lorsque je vais voir un film au cinéma, je lui laisse toujours sa chance. Il n’y a pas que des mauvaises comédies même si j’y vais gaiement avec des aprioris. « La Ch’tite Famille » était une bonne surprise, tout n’était pas à jeter dans « Les Tuche 3″… après il y en a d’autres qui sont difficilement défendables. Même si le premier opus « Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? » tenait largement la route et était franchement drôle par moment, la question de la nécessité se posait déjà pour sa suite annoncée et soyons honnêtes lorsqu’on a vu débarqué le clip de « Qu’est-ce qu’on a encore fait au Bon Dieu ? » on était vraiment pas rassurés. Et bien après visionnage, c’est officiellement un naufrage. Attention, la suite la contient énormément de spoilers – est-ce si grave que ça ? Je ne crois pas -.

Lire la suite de « Qu’est-ce qu’on a encore fait au Bon Dieu ? : C’est plutôt à nous de se poser cette question »

[CRITIQUE] A Bras ouverts : Un tsunami de clichés qui fait plouf

Pour sa troisième collaboration avec l’acteur et humoriste Ary Abittan, le réalisateur Philippe de Chauveron a décidé cette fois-ci de parler des roms. Malheureusement la bande-annonce laissait déjà prévoir une comédie très caricaturale et ça se confirme. Malgré un beau casting, le film accumule clichés sur clichés sans jamais nous faire rire une seule fois. 

Ary Abittan insupportable

Jean-Etienne Fougerole est un intellectuel en pleine promotion de son dernier bouquin « A bras ouverts » où il préconise aux gens d’accueillir les roms dans le besoin. Durant un débat télévision qui l’oppose à son plus farouche adversaire, l’écrivain va se retrouver pris à son propre piège quand son interlocuteur lui propose d’appliquer les conseils qu’il prodigue dans son livre. Par fierté, Jean-Etienne Fougerole accepte mais il ne s’attendait pas à ce qu’une famille de roms débarque le soir-même. Entre l’intellectuel humaniste mais bien heureux dans sa coquette maison avec sa femme qui l’est tout autant et cette famille haute en couleur, la cohabitation risque d’être difficile.

Et bien il n’y a pas que la cohabitation qui est difficile dans ce film, parce que le regarder jusqu’au bout sans s’endormir parce qu’on a pas rit une seule fois c’est tout aussi difficile pour le spectateur. En première ligne le duo Christian Clavier/Ary Abittan qui a bien du mal à décrocher quelques sourires notamment Ary Abittan qui devient une caricature de ce qu’il fait habituellement au point d’en être irritant avec cet horrible accent. Deux minutes c’est amusant, plus d’une heure trente c’est affligeant. D’ailleurs tout le casting est énervant en fait, de par leurs manières, leur condescendance… rien ne dégage de ces familles, pas d’humour, pas d’empathie, même le final du film laisse à désirer.

Un concentré de clichés en veux-tu en voilà

Faire une comédie sur les roms, ok pourquoi pas même si c’est très casse-gueule. Mais essayer de faire une comédie en regroupant tous les clichés possibles et imaginables sur eux, non merci c’est assez répugnant comme ça. Parce que s’il fallait résumer le film en clair : les roms sont des voleurs, les roms sont violents, les roms dorment à quarante dans une caravane de 5m² ah et les roms sont sales bien évidemment. Quelle solution de facilité que de faire un film drôle sur les clichés sauf qu’en plus ce n’est pas drôle, c’est désobligeant et ça ne reflète certainement en rien le mode de vie de ces gens.

Il faut avouer que l’objectif de Philippe de Chauveron en faisant ce film n’est pas très clair. Pas besoin non plus de chercher la polémique où il n’y en a pas, c’est tout simplement un film raté et une comédie pas drôle même si visiblement ça partait d’une bonne intention.