Les Enfants d’Isadora : Inutilité poétique

Un ange passe, c’est là l’une des phrases entonées à l’égard des Enfants d’Isadora, qui a charmé jusqu’au jury de Loncarno qui lui a décerné le prix de la mise en scène. Si l’on en comprend la poésie, et que l’ange sus-nommé existe, on aurait apprécié qu’il accélère la cadence de son survol. 

Continuer de lire « Les Enfants d’Isadora : Inutilité poétique »