Ride Your Wave : A Brand New Story

Il aura fallu attendre deux (trop) longues années pour qu’on puisse enfin vous remettre en avant cette critique. Lors de l’édition 2019 du Festival du film d’animation d’Annecy, le nouveau long-métrage de Masaaki Yuasa faisait grand bruit. Et même s’il est reparti bredouille, le film s’installe confortablement dans le haut du panier du film d’animation japonais.

Lire la suite de « Ride Your Wave : A Brand New Story »

Mon ninja et moi : Cette fois c’est vraiment pas que pour les enfants

Côté animation, le Danemark n’est pas énormément desservi – même si on a eu le magnifique Tout en haut du monde – mais le pays semble se rattraper cet été avec la sortie de Mon Ninja et moi. Véritable phénomène dans son pays d’origine avec plus de 950 000 entrées, le film – au-delà d’être irrévérencieux et un brin provocateur – est une vraie bouffée d’air frais dans ses thèmes abordés.

Lire la suite de « Mon ninja et moi : Cette fois c’est vraiment pas que pour les enfants »

Entretien avec Félix Dufour-Laperrière (« Ville Neuve ») : Nous sommes condamnés à l’espoir

Dans la catégorie des interviews surréalistes, celle-ci risque de squatter la première place pendant un bon moment. Alors que son film Ville Neuve est présenté en compétition dans la catégorie Contrechamp, on a rencontré Félix Dufour-Laperrière. Un peu souffrant, le réalisateur a quand même répondu à nos questions avec intérêt alors qu’on s’est quand même retrouvé à faire l’interview dans le couloir du Pathé d’Annecy juste en face… des toilettes. Annecy nous réserve toujours de sacrées surprises !

Lire la suite de « Entretien avec Félix Dufour-Laperrière (« Ville Neuve ») : Nous sommes condamnés à l’espoir »

Ville Neuve : Valse à deux temps

Joseph et Emma se sont aimés, ils ont eu un enfant, ils se sont séparés. Des années plus tard, Joseph part un été dans la maison d’un ami. Il appelle Emma après tant d’années pour essayer de ré-écrire une nouvelle page ensembles. Parallèlement, le Canada se déchire alors que le Québec demande son indépendance. Tant de choses s’entrechoquent entre un pays déchiré, un couple qui tente de se réunir, un certain fatalisme chez Joseph et cette lueur d’espoir qui subsiste chez Emma.

Lire la suite de « Ville Neuve : Valse à deux temps »

[ANNECY 2019] Les Hirondelles de Kaboul : Nid douillet

Zunaira est une femme libre. Elle refuse de porter la burka, elle dessine, elle danse, met la musique à fond… Dans un pays où l’oppression exercée par les Talibans est quotidienne et violente, son couple avec Mohsen est en danger après que ce dernier ai commis un geste irréparable. S’en suit un drame et nous voilà plongé dans le quotidien d’un autre couple : Atiq et Mussarat, le gardien de la prison et sa femme malade. Rien ne prédestinait Zunaira et ce couple à se rencontre et pourtant, voilà qu’elle finit en prison après un terrible accident. Sauf qu’après ça, tout part en eau de boudin bien rapidement.

Lire la suite de « [ANNECY 2019] Les Hirondelles de Kaboul : Nid douillet »

Rencontre avec Jérémy Clapin, réalisateur de « J’ai perdu mon corps »

C’était la sensation du Festival de Cannes, c’est devenu celle aussi du Festival d’Annecy. Pour son premier long-métrage J’ai perdu mon corps, Jérémy Clapin marque d’une empreinte déjà forte le cinéma d’animation français avec une oeuvre coup de poing, poétique, mélangeant les genres et les techniques avec une dextérité sidérante. On a rencontré le réalisateur à Annecy pour discuter de son film et de l’état du film d’animation en France.

Lire la suite de « Rencontre avec Jérémy Clapin, réalisateur de « J’ai perdu mon corps » »

J’ai perdu mon corps : À contre-sens

Est-ce que Jérémy Clapin réalisera un doublé Cannes/Annecy ? Nous n’aurons la réponse que demain. En attendant on l’espère fortement car J’ai perdu mon corps est le coup de coeur de ce Festival. En témoigne d’ailleurs une salle en ébullition hier soir après la projection du film dans la Grande Salle de Bonlieu et une demande si importante qu’une séance a été rajoutée. Des signes de bonne augure ? 

Update : Le film a gagné le Prix du public et le Cristal.

Lire la suite de « J’ai perdu mon corps : À contre-sens »

Le Voyage du Prince : Human nature

Il faut savoir que Le Voyage du Prince est une sorte de suite miroir à son film Le Château des singes sorti en 1999 – les deux films se déroulent dans le même univers -. Dans Le Voyage du Prince, nous suivons le Prince, singe échoué et blessé, recueilli par Tom. Le duo se lance alors dans la découverte d’une société inconnue pour le Prince. Une histoire d’amitié, de liberté et d’humanisme. Au coeur d’une société industrialisée (travail à la chaîne, obsolescente programmée), Jean-François Laguionie (aidé par Xavier Picard) met au profit l’animation pour nous proposer un film véritablement humaniste plutôt que politique (même s’il n’est jamais bien loin et se fait ressentir dans certaines scènes). Une animation léchée tout en fluidité qui nous offre de vrais beaux moments de cinéma notamment dans ses scènes plus contemplatives.

Lire la suite de « Le Voyage du Prince : Human nature »

La fameuse invasion des ours en Sicile : c’era una volta

Il y a de ces moments suspendus dans le temps, une enfance qui prend vie sous vos yeux. Présenté au dernier Festival de Cannes dans la catégorie Un Certain Regard, La fameuse invasion des ours en Sicile est l’adaptation du roman « La fameuse invasion de la Sicile par les ours » de Dino Buzzati sorti pour la première fois en 1945. 

Lire la suite de « La fameuse invasion des ours en Sicile : c’era una volta »

White Snake : Sans queue ni tête

La légende chinoise du Serpent Blanc est probablement l’une des plus connues, des plus répandues et surtout l’une des plus illustrées au cinéma. D’ailleurs parallèlement à White Snake présenté en compétition, Annecy propose dans sa section Classics de revoir Le Serpent Blanc, premier long-métrage en couleur réalisé au Japon.

Lire la suite de « White Snake : Sans queue ni tête »

Playmobil, le film : En avant le désarroi

Pour être tout à fait honnête, on avait quand même de sérieux doutes lorsqu’on a appris que c’était le film Playmobil qui faisait l’ouverture du Festival d’Annecy. Connaissant la qualité de ce Festival, le film Playmobil n’avait rien qui donnait vraiment envie. Mais qu’à cela ne tienne, on lui a laissé sa chance. Après tout peut-être qu’il allait nous surprendre et être à la hauteur d’un Lego Movie. Que nenni, ce n’est même pas le déception à ce niveau-là, c’est du facepalm puissance 1000.

Lire la suite de « Playmobil, le film : En avant le désarroi »

[ANNECY 2019] Underdog : Plus à lécher qu’à croquer

Outre l’élément eau, les animaux aussi sont mis à l’honneur cette année à Annecy entre le très attendu La fameuse invasion des ours en Sicile ou encore L’Extraordinaire voyage de Marona, Underdog de – présenté dans la catégorie Contrechamp – nous emmène au coeur d’une meute de chiens abandonnés et tente de survivre par leurs propres moyens alors que le danger rôde en permanence. 

Lire la suite de « [ANNECY 2019] Underdog : Plus à lécher qu’à croquer »

[ANNECY 2019] Les Enfants de la mer : Psyché des mers

Décidément il semblerait que le Festival d’Annecy soit placé cette année sous le signe de l’eau. Après Ride Your Wave, la journée s’est enchaînée avec Les Enfants de la mer, premier film d’Ayumu Watanabe. Fable aussi écologique que totalement perchée, Les Enfants de la mer est quelque chose d’à part, spécial mais loin d’être inintéressant.

Lire la suite de « [ANNECY 2019] Les Enfants de la mer : Psyché des mers »