Werewolf By Night : Chair de Poule (mouillée)

Profitant de l’arrivée de l’automne et de son cortège de goules, vampires et tueurs psychotiques, Marvel sort de son tiroir à malices Werewolf By Night, une adaptation du comics éponyme de 1972 suivant la vie tumultueuse de Jack Russel, un loup-garou aux prises avec l’univers Marvel. Aux manettes de cette plongée dans l’horreur siglée 16+, c’est le compositeur émérite Michael Giacchino, pourtant très occupé parmi les multiples bandes originales qu’il signe régulièrement, qui tronque sa baguette pour la caméra.

Lire la suite de « Werewolf By Night : Chair de Poule (mouillée) »

Old : éc(r)oulement du sable

Dans une période où les divisions critiques se ressentent de plus en plus par le partage d’avis sur Internet, les longs-métrages de M. Night Shyamalan constituent peut-être le sommet de la pyramide du clivage cinématographique grand public ou n’en sont du moins pas loin. Après une longue période vue comme de disette où le réalisateur a connu de nombreux revers dans le domaine, son retour aux sources avec The Visit puis le succès plus fort de Split et Glass ont redoré les lettres de noblesse d’un réalisateur trop souvent décrié. La sortie de Old aurait pu permettre d’appuyer son statut de metteur en scène sur le retour du traitement fantastique mais la scission d’avis par rapport à ce dernier ne fait que renforcer l’écart entre fans et détracteur·ices

Lire la suite de « Old : éc(r)oulement du sable »

[DEAUVILLE 2018] The Kindergarten Teacher : De la passion à l’obsession

De la passion à l’obsession il n’y a qu’un pas. Remake du film israélien « L’institutrice » sorti en 2014, « The Kindergarten Teacher » en reprend les grandes lignes ou l’histoire d’une institutrice qui décèle un don inné pour la poésie chez un enfant de cinq ans et qui se battra contre vents et marées pour que son talent soit reconnu et cultivé. Premier long-métrage de sa réalisatrice Sara Colangelo, « The Kindergarten Teacher » est un film honnête, non sans quelques faiblesses, qui peut compter sur l’aura d’une Maggie Gyllenhaal rafraichissante.

Lisa est professeure des écoles. Passionnée, elle aime profondément son métier et fait tout ce qui est en son possible pour stimuler la créativité des enfants. En parallèle, Lisa prend une fois par semaine des cours de poésie où elle n’excelle pas des masses il faut bien l’avouer. Dotée d’une hypersensibilité et semblant être marginalisée face à une société qui ne jure que par les téléphones portables et les jeux vidéos, Lisa trouve en Jimmy ce qu’elle ne retrouve pas chez les personnes qui l’entoure. Un petit prodige de la poésie bridé par une famille disloquée entre une mère absente, un père aux affaires florissantes et une baby-sitter qui le traite comme un enfant écervelé et qui va devenir petit à petit le centre d’attention de Lisa quitte à ce que la limite professeur/élève soit franchie.

Les traits des abus sur enfants se dessinent petit à petit alors que Lisa est persuadée de faire ce qui est juste pour le petit quitte à s’immiscer bien trop dans sa vie alors que sa propre vie familiale semble partir en vrille entre un mari avec qui la vie sexuelle n’est plus aussi épanouissante qu’avant, un fils qui quitte ses études pour entrer chez les marines et une fille qui a compris qu’elle pouvait réussir en faisant le strict minimum. Ayant l’impression d’être incomprise de tous sauf du petit Jimmy et de son professeur de poésie – incarné par Gaël Garcia Bernal -, Lisa va même jusqu’à s’approprier les poèmes de Jimmy lors de ses cours de poésie pour impressionner son professeur et se sentir enfin valoriser. 

Sara Colangelo dessine un portrait complexe autant sur le plan psychologique que sentimental d’une femme à un tournant de sa vie, qui aspire à plus que ce que la société lui a donné et, à défaut d’être celle qu’elle aurait voulu être, est prête à tout – littéralement – pour que le petit Jimmy ai la chance d’explorer son talent sans être bridé par un monde qui n’en a que faire de l’art, de la poésie et de l’intellect. Et même si le film souffre de quelques temps morts et sous-intrigues qui n’apportent pas grand chose à l’histoire, « The Kindergarten Teacher » peut compter sur une Maggie Gyllenhaal tout en sensibilité pour porter ce film à bout de bras.

The Kindergarten Teacher de Sara Colangelo. Avec Maggie Gyllenhaal, Gaël Garcia Bernal, Parker Sevak… 1h39