Tétralogie de la mort de Gus Van Sant – Une mort peut en cacher une autre

Au début des années 2000, Gus Van Sant sort du succès hollywoodien de Good Will Hunting et peine à se retrouver dans une mécanique cinématographique en panne d’originalité. Il entreprend de se dissocier d’Hollywood en se recentrant sur des projets plus simples, moins onéreux, mais avant tout plus libres. De cette volonté de renouveau naît une tétralogie dans laquelle il expérimente la renaissance de ses envies de cinéaste tout en axant ce barnum sur un thème commun : La mort. Ce qui est tout d’abord une trilogie composée de Gerry, Elephant et Last Days, est complétée en 2007 par Paranoid Park donnant officiellement à cette période de sa filmographie le titre de Tétralogie de la Mort ou Trilogie de la Mort plus un.

Lire la suite de « Tétralogie de la mort de Gus Van Sant – Une mort peut en cacher une autre »

My Own Private Idaho : Sur la route, sans Kerouac

Si les premiers films de Gus van Sant sont passés quasiment inaperçus auprès de la critique et surtout du grand public, My Own Private Idaho installe le jeune réalisateur comme figure de proue du cinéma américain indépendant des années 90. Mettant en scène le duo Keanu Reeves et River Phoenix, le film est une plongée mélancolique dans le spleen constant d’une jeunesse désœuvrée et sans avenir mais liée par des liens que le mot “fraternel” ne serait pas assez fort pour désigner.

Lire la suite de « My Own Private Idaho : Sur la route, sans Kerouac »