[CRITIQUE] Transformers The Last Knight : Rien de nouveau au pays du blockbuster américain

Cinq ans après le dernier opus, Michael Bay est de retour, toujours accompagné de ses valeureux robots Transformers. Et une nouvelle fois le réalisateur nous montre l’étendue de son talent lorsqu’il s’agit de réaliser un blockbuster on ne peut plus convenu et on ne peut plus américain. On reprend les mêmes et on recommence sauf que ces supra-blockbusters aux budgets indécents au scénario bateau et aux personnages aussi vides qu’un oeuf Kinder bah on en a marre. 

Mal de crâne en approche

Transformers : The Last Knight est probablement le film le plus déstabilisant que j’ai jamais vu. A quel moment Michael Bay s’est dit : « Tiens et si je changeais de format d’image toutes les cinq secondes ? ». Certains ne s’en sont pas rendus compte et quant aux autres, c’est juste insupportable pour les rétines. Ce changement incessant de format n’a d’utilité que de filer un mal de crâne en fin de séance. Le film accumule toutes les facilités du traditionnel blockbuster américain dopé aux effets spéciaux à tout va. Heureusement ici ils sont plutôt réussis et les amateurs du genre s’en prendront plein les mirettes.

Les simplicité du scénario sont assez affligeantes sans compter les personnages féminins relégués au second plan comme à chaque fois, belles, un peu naïves et qui tombent forcément amoureuses du beau héros aux biceps d’aciers. Et enfin le pompon sur le Garonne (à lire avec l’accent du sud) on apprend que les Transformers existent depuis mille ans et Michael Bay vient nous détruire le mythe du Roi Arthur et de Merlin en un claquement de doigts. Du grand n’importe quoi.

Toutes les bonnes choses ont une fin. Celle de Transformers s’est fait sentir à la fin du troisième opus. Le quatrième était peu convaincant mais lorsqu’on voit le cinquième on est en droit de se poser quelques questions. Les aficionados du genre science-fiction et des gros blockbusters seront ravis. Alors oui c’est sympa à voir, mais c’est tout.

[ACTU] Ce qu’il faut retenir de l’actualité ciné cette semaine

Au cœur de l’actualité ciné de cette semaine, retrouvez une nouvelle bande-annonce pour La Planète des Singes Suprématie, un synopsis pour Avengers Infinity War et une nouvelle armure pour Iron Man présent dans le film, du nouveau concernant le spin-off de Spider-man, des images du prochain Transformers et un documentaire anti-Trump de Michael Moore programmé.

 

 

Une bande-annonce haletante

Elle envoie du lourd ! Voilà ce qu’on peut dire de la dernière bande-annonce du troisième volet de La Planète des Singes. Dans ces images la guerre entre les Hommes et les Singes semble encore plus intense et paraît plus terrible que jamais. Ce trailer nous plonge directement dans une atmosphère électrique et de haute tension. Chaque camp paraît déterminer pour se défendre. Le film tant attendue sortira le 2 août prochain.

Un trame scénaristique pour le prochain Avengers et une nouvelle armure pour l’un des héros

Thanos, le seul bad-guy d'Avengers : Infinity War ? Pas sûr...

Marvel Studios vient de dévoiler le synopsis d’Avengers (sortie en avril 2018) où nos héros accompagnés par d’autres héros vont devoir lutter contre le terrible Thanos :

« Alors que les Avengers et leurs alliés ont continué de protéger le monde de menaces trop importante pour qu’un héros seul s’en occupe, un nouveau danger a émergé des ombres cosmiques : Thanos. Un despote d’une infamie intergalactique, dont le but des de rassembler les six Pierres d’Infinité, des artéfacts d’un pouvoir inimaginable, afin de les utiliser pour imposer sa volonté à toute la réalité. Tout ce pourquoi les Avengers se sont battus a mené à ce moment – le sort de la Terre et l’existence elle-même n’ont jamais été aussi incertaines« .

De plus l’acteur Robert Downey Jr.  a révélé au grand jour la nouvelle armure de son personnage Iron Man sur son compte twitter. Il pourrait s’agir du modèle Asgardien, le monde d’origine de Thor, et permettrait au super-héros de se battre dans l’espace. Une information non officielle pour le moment.

Iron Man nouvelle armure

Tom Harrdy dans la peau de Venom

Venom

L’arrivée du long métrage sur Venom est en marche puisqu’il sortira le 5 Octobre 2018. Sony et Marvel ont choisi  Ruben Fleischer (Bienvenue à Zombieland, Gangster Squad, la série Santa Clarita Diet) pour réaliser le film. Pour camper le rôle de  Eddie Brock qui sera possédé par l’entité dark et visqueuse de Spider-man, Tom Hardy a été embauché. Ce personnage été déjà apparu dans Spider-man 3 en 2007.

Le spectacle sera au rendez-vous !

La dernière bande-annonce de Transformers : The Last Knight est plutôt alléchante. Dans celle-ci, où l’humour semble présent également, on  y voit une succession d’actions et de cascades spectaculaires au coeur d’une bataille qui s’annonce épique. Dans ce volet de la saga, Cade Yeager (Mark Walhberg) s’entiche de Bumblebee, d’une professeur d’Oxford (Laura Haddock) et d’un mystérieux Lord anglais (Anthony Hopkins) qui va lui dévoiler le secret qui se cache derrière les Transformers. Film disponible en salle dès le 28 juin.

Michael Moore de retour derrière la caméra

Fahrenheit 11/9 : Michael Moore prépare un documentaire sur Donald TrumpSelon le site Variety Michael Moore se lance dans un nouveau projet de film documentaire. En effet après avoir marqué les esprits avec Fahrenheit 9/11 notamment; film où il retraçait la journée terrifiante du 11 septembre 2001, il s’intéressera maintenant à l’ascension de Donald Trump. Le doc’ se nommera Fahrenheit 11/9 en référence au 9 novembre où le nouveau président contesté (par Michael Moore également)  a été élu. Nul doute que le film risque de faire parler de lui. Pas d’autres informations pour le moment.

A bientôt pour d’autres news !

[CRITIQUE] Traque à Boston : Un thriller haletant et efficace

Lundi 15 avril 2013, il est 14h50 quand une première bombe explose à Boston à quelques mètres de l’arrivée du marathon de Boston et juste après une seconde explosion. Ce double attentat fera ce jour-là trois morts et 264 blessés. Face à un évènement aussi traumatisant, comment faire un film qui rendra hommage et respectera la mémoire des personnes disparues ce jour-là ? Un sujet sensible qui n’a pas fait peur à Peter Berg qui, en axant son film sur cette traque sans relâche à travers le regard d’un policier mais également de ces inconnus dont le destin sera à jamais bouleversé, propose un thriller rendant hommage non pas seulement aux victimes mais à une ville unie peut importe l’ennemi.

Une véritable course contre la montre

Le film s’ouvre sur le quotidien de différents protagonistes. Des policiers, un jeune couple marié, un père et son fils… rien ne les reliaient jusqu’à ce que deux bombes explosent successivement, bouleversant à jamais leur vie. S’en suit alors une véritable course poursuite pour retrouver les frères Tsanarev âgés de 26 et 19 ans. Des frères aux personnalités troubles et complexes embrigadés dans une soi-disante religion où ils doivent faire le plus de blessés possibles pour que le pays comprenne. Sans trop s’impliquer dans l’idéologie religieux, Peter Berg filme avant tout deux individus dont le piège se referme petit à petit sur eux, augmentant d’un cran l’angoisse du film notamment dans cette scène aux allures de guérilla au bout milieu d’une petite rue de quartier. Ca fusille dans tous les sens, ça explose et ça nous en fout plein les mirettes quand même.

Intégrer des images d’archives au film rend la chose encore plus authentique et encore plus violente à voir, se prendre de nouveau la réalité en pleine face quatre ans plus tard ça fait toujours aussi mal.

Tout le sens patriotique de ce film (d’où son nom original Patriots Day) prend forme lorsque la traque commence. Une traque non pas seulement menée par la police mais menée par Boston et ses habitants qui se retrouvent au milieu de cette chasse à l’homme géante. La reconstitution des rues de Boston vidées de toute vie est assez impressionnante à voir sans compter les dernières minutes qui seront décisives.

Dans l’ensemble le casting est vraiment pas mal, il fait le boulot sans trop en faire ni totalement se démarquer. Non la force de ce film réside sans aucun doute dans ce qu’il arrive à dégager pendant plus de deux heures. Une atmosphère anxiogène où même quand on connait le dénouement, on se laisser surprendre par une mise en scène digne des plus grands films d’actions.

Traque à Boston est un bel hommage à Boston et à ses victimes sans forcément tomber dans l’émotion ni même le divertissement, Peter Berg nous offre en quelques sortes un documentaire où toute l’ampleur des forces de police de Boston est démontrée à plusieurs reprises.