Pingouin et Goéland et leurs 500 petits : l’école-famille

Michel Leclerc nous a habitué à parler d’identité, thème traversant sa filmographie marquée par les comédies. Il revient cette année avec un documentaire sur deux héros méconnus, lui étant chers car ils ont toujours fait partie de son histoire, et contribué à être qui il est d’une certaine manière. Pourtant, le cinéaste reste fidèle à lui-même et décide de ne pas faire un docu classique, mais opte plutôt pour une forme décomplexée, presque irrévérencieuse, qui fait du bien. Censé sortir en avril, mais repoussé par le confinement, le film a fait une escale sur la carte blanche du Festival du film de La Rochelle, permettant ainsi à quelques heureux de pouvoir en profiter en avance.

Lire la suite