Venom : Trop aseptisé pour être efficace

Il était loin de faire l’unanimité chez nos confrères américains, force est de constater que « Venom » subira également le même sort de par chez nous. Car même si les droits du tisseur de toile appartiennent désormais à Marvel/Disney, Sony sort de sa besace l’un des ennemis de Spider-Man déjà aperçu dans le « Spider-Man 3 » de Sam Raimi aka Venom/Eddie Brock. Et parce que Sony est … Continuer de lire Venom : Trop aseptisé pour être efficace

[PORTRAIT] : Michelle Williams, égérie mélancolique du cinéma indé

Michelle Williams est l’une des plus belles et des plus talentueuses actrices de ces vingt dernières années.. tout simplement.
A l’aube de ses quarante ans (bon, elle a encore de la marge), la belle blonde s’est constituée une carrière aussi riche en rôles d’envergures que férocement imposante sur la scène du septième art ricain, à tel point qu’elle nous donne férocement l’impression d’avoir vécu plusieurs vies devant nos yeux – souvent – ébahis.
Icône des teenagers, atout de charme auprès de grands cinéastes ou encore représentante de poids du grisant cinéma indé US : l’actrice a tout joué, tout vécue sur le grand écran, comme dans la vie.

Continuer de lire « [PORTRAIT] : Michelle Williams, égérie mélancolique du cinéma indé »

[CRITIQUE] The Greatest Showman : Hugh Jackman mène la danse

L’année 2017 commençait tout en chansons et claquettes avec La La Land et il faut croire que 2018 suit le même chemin et autant en profiter vu que la hype autour de la comédie musicale est loin d’être retombée. Dans la foulée de la course aux Oscars c’est donc Michael Garcey qui s’attaque au monument qu’était P.T Barnum, dans The Greatest Showman, qui n’est autre que le créateur des spectacles américains (dont le cirque Barnum) avec aux commandes un Hugh Jackman plus à sa place que jamais.  Continuer de lire « [CRITIQUE] The Greatest Showman : Hugh Jackman mène la danse »

[CANNES 2017] Le Musée des merveilles : Une jolie fable prévisible

Après nous avoir envoûté avec Carol il y a deux ans, Todd Haynes revient avec une autre figure charismatique du cinéma américain : Julianne Moore même si cette fois son histoire se concentre exclusivement sur deux enfants. Ben et Rose ont plus ou moins le même âge, sont tous les deux sourds et sont tous les deux à la recherche de quelque chose qui se … Continuer de lire [CANNES 2017] Le Musée des merveilles : Une jolie fable prévisible

[CRITIQUE] Manchester by the sea : Parce qu’il fallait bien trouver quelqu’un qui n’aime pas le film

Toute la presse n’en a dit que du bien ainsi que les spectateurs qui semblent ravis. Manchester by the sea avait tout pour être le film de l’année et pourtant. Soit les gens ont mauvais goût, soit on a pas vu le même film. Bref dans tous les cas c’est un semi-raté. La vie de Lee bascule le jour où son frère Joe fait un … Continuer de lire [CRITIQUE] Manchester by the sea : Parce qu’il fallait bien trouver quelqu’un qui n’aime pas le film

[CRITIQUE] Festival de Deauville Acte I : « Certain Women »

 

certain-women-affiche-1

Dubitatif est l’adjectif qui résume le mieux le ressenti des personnes présentes dans la salle ce jour-là. Au Centre International de Deauville, Kelly Reichardt nous a présenté son dernier film intitulé Certain Women. Plutôt bien accueilli aux Etats-Unis, ici le film intimiste a plus de mal à passer et pourtant, il est loin d’être mauvais. Certain Women suit le destin de trois femmes ordinaires : une avocate prise en otage par un de ses clients, une femme qui s’installe avec son mari et sa fille mais qui ne semblent plus être sur la même longueur d’onde et une ouvrière agricole qui se lie d’amitié avec une jeune avocate obligée de faire quatre heures de route pour donner des cours du soir pour adultes.

Continuer de lire « [CRITIQUE] Festival de Deauville Acte I : « Certain Women » »