Be Natural : Quand Le Cinéma Se Voulait Femme

Les injustices, Alice Guy-Blaché les connaît bien. Après des années à tenter de récolter la reconnaissance pour son travail – et en être créditée, tout simplement -, le documentaire qui lui est consacré, Be Natural, voit sa visibilité réduite au minimum par une distribution timide, peu communicante. Un film mort-né, qui dresse pourtant le portrait d’une des figures les plus importantes de cet art que l’on chérit tant.

Continuer de lire « Be Natural : Quand Le Cinéma Se Voulait Femme »

La Capitale Du Bruit : Mitoyen immonde

À Strasbourg, et à la nuit tombée, plus personne ne peut vous entendre crier. Du moins, c’est le souhait le plus cher de Robert, qui parcourt les rues alsaciennes en quête de contenu vidéo pour humilier les soiffards, faire réagir, et annihiler toutes les nuisances sonores nuptiales. Armé de sa caméra, il filme ces « indésirables » et rêve d’une capitale européenne plus reluisante, d’une « Strasbourg aux strasbourgeois », débarrassée de ce fléau humain qui s’amuse le soir.

Continuer de lire « La Capitale Du Bruit : Mitoyen immonde »

Conte d’été : mélodie salée

« Ça cause trop ! » diront les renfrognés, « y s’passe rien ! » enchériront les bornés… Alors bien sûr, si vous voulez du sang, de la bagarre et des cascades enflammées, changez de programme ! Mais diantre, posez-vous tout de même la bonne question : pourquoi faut-il impérativement regarder du Rohmer ? Réponse objective : parce que Rohmer écrit sur nos problèmes existentiels, les vrais, ceux qui charrient notre petit cœur d’artichaut. Sachez donc apprécier l’intime pensée de ces intelligentes causeries et prenez des notes s’il le faut !

Continuer de lire « Conte d’été : mélodie salée »

Balle perdue : de l’action nerveuse et efficace

Un nouveau nom à retenir : Guillaume Pierret. Habitué aux courts métrages, il signe avec Balle Perdue son premier long. un film qui atteint sa cible, tant malgré un scénario classique il parvient à fournir son lot de scènes nerveuses avec un punch rarement vu dans le cinéma français.

Continuer de lire « Balle perdue : de l’action nerveuse et efficace »

[ANNECY 2020] True North : Survivre à l’enfer

Crise sanitaire oblige, le Festival du film d’animation d’Annecy devient cette année numérique. En plus de tous les courts-métrages disponibles, certains films présentés en compétition et en contre-champs nous sont également proposés. Et pour une première entrée en la matière, nous nous sommes intéressés à True North d’Eiji Han Shimizu.

Continuer de lire « [ANNECY 2020] True North : Survivre à l’enfer »

Da 5 Bloods ou Spike Lee dépassé par ses intentions

Deux ans après Blackkklansman, film fort et engagé, récompensé à Cannes et aux Oscars, Spike Lee nous livre son nouveau « joint ». Hasard du calendrier, le contexte socio-politique vient donner une saveur particulière à ce nouveau Netflix Original, d’un auteur reconnu pour ses prises de positions farouches en faveur de la communauté noire. Pourtant, s’il est une chose que ce film semble confirmer, c’est que la filmographie récente du cinéaste est sérieusement en dents de scie.

Continuer de lire « Da 5 Bloods ou Spike Lee dépassé par ses intentions »

BlacKkKlansman : Spike Lee enragé

Disparu des radars cannois depuis 2002 dans la section Un Certain Regard avec Ten Minutes Older, Spike Lee fait un retour en grandes pompes sur la Croisette en amenant son dernier film BlacKkKlansman directement en Compétition officielle. Grand bien lui fasse, le réalisateur est reparti avec entre ses mains le Grand Prix. Une distinction éminemment politique faisant autant écho autant au passé qu’à une actualité (malheureusement) toujours aussi brûlante.

Continuer de lire « BlacKkKlansman : Spike Lee enragé »

Il Était Une Fois Dans L’est : Doux adultère

Filmer le quotidien est un parti pris risqué quand on s’expose à ne rien raconter du tout, ou à ennuyer son spectateur dans ce spectacle répétitif. Pourtant, Il Était Une Fois Dans L’est s’inscrit dans cette veine. Sa réalisatrice décide de nous dresser le portrait quotidien de deux couples voisins, chacun trompant son partenaire pour aller avec… le voisin justement.

Continuer de lire « Il Était Une Fois Dans L’est : Doux adultère »

Jumbo : Manège de la vacuité

Venant ouvrir l’édition 2020 du Champs Elysées Film Festival, le premier long de Zoe Wittock a tout de l’ovni de ce genre d’événement, prêt à faire sensation. Pourtant, parfois les astres ne s’alignent pas, la mayonnaise tourne au lieu de prendre, et l’on se retrouve face à des Jumbo. Des films d’une indigence rare mais se voulant percutants, pour un résultat affligeant.

Continuer de lire « Jumbo : Manège de la vacuité »