Shaun le Mouton 2 : Le studio Aardman contre-attaque

Après un premier opus sorti en 2015, Shaun le Mouton est de retour dans un deuxième épisode qui se tourne vers la science-fiction. La Ferme Contre-Attaque en français, ou Farmageddon en version originale, confronte notre petit mouton à un extraterrestre d’origine inconnue. Réalisé par Will Becher et Richard Phelan, le nouveau né des studios Aardman est encore une fois une preuve du talent de ces joailliers de l’animation.

Continuer de lire « Shaun le Mouton 2 : Le studio Aardman contre-attaque »

Destination Finale : la Mort invisible sous toutes ses formes

À l’orée des années 2000, les films d’horreur finissent une décennie leur ayant offert un nouveau regain de licences, pour le meilleur et surtout le pire. Avec Scream, Wes Craven a pavé une nouvelle voie, plus moderne, détournant les codes tout en en gardant une certaine essence. Alors on s’est bouffé une tripotée de sagas, généralement de très basse qualité. Jeepers Creepers, Urban Legend, Souviens-toi L’été Dernier, et consorts. La qualité se trouve généralement dans le one-shot (on pense à l’excellent Candyman de Bernard Rose) et ces « teenage movie » horrifiques ont souvent tendance à se ressembler, sortant très rarement du domaine du « Slasher« . Choisir de parler de l’un d’eux devient alors un parcours du combattant, notamment quant à la peur d’écrire une idée générique, qui peut s’affilier à tous ces films sans grand intérêt. Mais alors que la rédaction s’est décidée à parler ce mois-ci de la peur invisible, de celle dont on ne devine qu’à peine la forme, un nom nous vient rapidement en tête : la saga Destination Finale.

Continuer de lire « Destination Finale : la Mort invisible sous toutes ses formes »

PIRANHAS : Chi rispetto vuol rispetto porta

Sorti en catimini en juin, PIRANHAS qui est reparti avec le prix du jury au dernier Festival de Beaune est pourtant une véritable claque qu’il vous est possible de rattraper en VOD dès le 11 octobre. Un premier film qui se plonge dans un Naples où s’affrontent ancienne et nouvelle génération de mafieux et où la jeunesse italienne perd toute son innocence au profit du pouvoir et de l’argent.

Continuer de lire « PIRANHAS : Chi rispetto vuol rispetto porta »

Long Weekend : Earth Movie

Récompensé à Avoriaz, à Paris ou même en Catalogne à la fin des années 70, Long Weekend, de l’Australien Colin Eggleston n’a pourtant pas rencontré un succès immédiat. Pire, en Australie, le film fut un échec cuisant. Il a fallu attendre l’essor de la VHS et que la communauté de fans de films d’horreur s’empare de cette œuvre pour en faire un film culte. Si culte qu’il fera même l’objet d’un remake en 2008 avec Jim Caviezel. Après être passé à Gérardmer en début d’année, voici que Long Weekend se retrouve sur nos écrans en version rééditée.

Continuer de lire « Long Weekend : Earth Movie »

Gemini Man : Will Smith VS Will Smith

Projet datant de 1997, Gemini Man a mis du temps à germer avant de tomber entre les mains de Ang Lee. Le long métrage repose sur un concept intéressant dans lequel Will Smith interprète deux personnages. Il incarne le héros de 51ans, mais également un jeune meurtrier de 23ans décidé à le descendre. Une confrontation possible grâce une version entièrement digitale de Will Smith, si bien réalisée que les deux protagonistes peuvent s’affronter. Gemini Man est également une avancée technologique saisissante avec une utilisation inédite de la HD en 3D, procurant une expérience inédite sur grand écran.

Continuer de lire « Gemini Man : Will Smith VS Will Smith »

Au nom de la terre : Souffrance sous silence

La détresse des ouvriers agricoles n’est pas nouvelle mais est malheureusement trop souvent passée sous silence. Des conditions de travail pénibles, des rendements qui ne sont pas toujours présents, l’accumulation de dettes, une industrie qui se modernise mais qui n’accompagne pas ses travailleurs… Petit Paysan en avait déjà fait un douloureux portrait il y a deux ans. Cette année, Au nom de la terre les remet en lumière mais permet surtout à son réalisateur de rendre hommage à son père, ouvrier agricole, décédé il y a vingt ans. 

Continuer de lire « Au nom de la terre : Souffrance sous silence »

Bacurau : la tranquilité, ça se paie (dans le sang)

Aller au cinéma en sachant pertinemment à quoi s’attendre devient un plaisir bien trop commun. Si l’on peut apprécier d’être cajolé dans notre zone de confort, l’expérience cinématographique se veut avant tout être une plongée dans l’inconnu, dans des narrations que l’on voit peu, et où chaque sentiment est accentué par la surprise. En sortant de Bacurau, les esprits sont confus, on ne sait pas toujours à quoi on a assisté mais un sentiment perdure, celui de l’expérience inédite.

Continuer de lire « Bacurau : la tranquilité, ça se paie (dans le sang) »

La Vie scolaire : passage obligatoire ?

Deux années après le succès de Patients, Mehdi Idir et Grand Corps Malade signent leur deuxième collaboration. Ces deux natifs du « 93 » présentent cette fois-ci avec fierté mais sans grande nouveauté le quotidien d’un collège de banlieue… Convoc’ chez la CPE Si certains gardent encore en mémoire le détonnant Entre les murs de Laurent Cantet, Palme d’or 2008 qui célébrait encore un cinéma social « dardennien », … Continuer de lire La Vie scolaire : passage obligatoire ?