Adoration : Folie amoureuse

Lorsque Paul, un jeune garçon solitaire rencontre Gloria, une jeune patiente de la clinique psychiatrique où travaille sa mère, il développe une attirance, qui le mènera à s’enfuir avec elle loin des adultes. Fabrice Du Welz est un cinéaste s’intéressant beaucoup à l’amour, souvent dans un contexte sombre. Ici, ce film lui permet d’explorer une relation amoureuse totalement pure, du fait de l’âge des protagonistes, en nimbant le récit d’une atmosphère torturée. Chaque étape de leur prise de liberté a un prix : le sang, les larmes, les flammes…

Continuer de lire « Adoration : Folie amoureuse »

Entretien avec Carlo Mirabella-Davis, réalisateur de « Swallow »

Nous avions découvert Swallow au dernier Festival de Deauville et nous avions eu un vrai coup de cœur pour ce film sensible et engagé. À l’occasion de sa venue à Paris pour la promotion du film, nous nous sommes entretenus avec son réalisateur Carlo Mirabella-Davis pour évoquer la genèse de son film mais également son rapport très fort au féminisme.

Continuer de lire « Entretien avec Carlo Mirabella-Davis, réalisateur de « Swallow » »

Les Anges De La Nuit : Polar 90's, mode d'emploi

Si un changement de décennie apporte avec lui sa vague de couleurs cinématographiques, les années 90 sont bel et bien une époque à part. Côté musique, on s’enfonce dans le grunge, détruisant les années 80 et leur claviers bigarrés pour quelque chose de plus organique, plus « sale », reprenant les codes du mouvement punk éclatant les sonorités progressives considérées alors comme trop complexes à la mi-70’s. Sur grand écran, dans les thrillers et polars, on commence également à vouloir ternir les mises en scène, apporter un effet plus réaliste, plus viscéral. Une apothéose artistique qui sera atteinte avec des œuvres telles que Seven de David Fincher, Basic Instinct de Paul Verhoeven, ou encore L’impasse de Brian de Palma . Pour en dénoter l’origine, on pense forcément aux Affranchis de Martin Scorsese, mais aussi à un métrage malheureusement oublié depuis, Les Anges de la Nuit, de Phil Joanou.

Les enfants du temps : mécanisme rouillé

S’il y a bien une grosse attente en ce début d’année 2020, c’est bien le nouveau film de Makoto Shinkai. Celui qui nous avait bouleversé fin 2016 avec son merveilleux Your Name revient avec Les enfants du temps (Weathering with you en VO). Une nouvelle romance au cœur d’un Tokyo constamment sous la pluie. Les premières images laissaient présager une petite merveille, mais force est de constater – à grands regrets – que le réalisateur commence à s’essouffler.

Continuer de lire « Les enfants du temps : mécanisme rouillé »

Notre dame : … de la loufoquerie

En ce début de nouvelle ère, il est bon de passer le cap du gros blockbuster (coucou Maître Yoda !) et de prendre une bonne dose de drôlerie boboïsante intergalactique… car oui, nous allons vous parler de Notre dame de Valérie Donzelli. La comédienne et réalisatrice revient sur le grand écran avec une comédie romantique et merveilleuse.

Continuer de lire « Notre dame : … de la loufoquerie »

Cats : ou le souci de l’adaptation

Les Oscars est une remise de prix capable de mettre en lumière des réalisateurs dont le mérite est inexistant. Le Discours D’un Roi est par exemple le film calibré pour la compétition qui a permis à Tom Hooper de s’établir en faux faiseur de comédies musicales. Cats a surpris le monde par ses premières images proposant un anthropomorphisme douteux. Sans grande surprise, les réactions mêlaient un étonnement à un manque d’intérêt flagrant au projet initié par Amblin et Universal. Néanmoins, plus la date butoir se rapprochait plus une curiosité malsaine grandissait, celle de voir cette immondice annoncée. Mais qu’en est-il réellement ? Le réalisateur de Danish Girl accumule-t-il les projets sans envergures?

Continuer de lire « Cats : ou le souci de l’adaptation »

Rendez-vous chez les Malawas : Rendez-vous en terre connue

On est passé par beaucoup d’émotions avec Rendez-vous chez les Malawas. D’abord de l’exaspération à la première vue de l’affiche qui nous laissait croire encore à une mauvaise énième comédie française, puis une lueur d’espoir en voyant le trailer qui jouait très clairement sur la parodie pour finalement être une nouvelle fois déçu en sortant de salle. La parodie c’est bien, quand elle est bien faite c’est mieux. Qu’elle nous donne pas un film pipi-caca c’est une utopie qu’on est pas prêts d’atteindre.

Continuer de lire « Rendez-vous chez les Malawas : Rendez-vous en terre connue »