Lady Snowblood : magnificence japonaise

Le film de vengeance a souvent trouvé ses lettres de noblesse au Japon. Illustrée dans l’horreur – on pense à Audition, de Miike Takashi –, par des aspect sociaux – Les Salauds Dorment En Paix, de Kurosawa Akira, par exemple – ou simplement dans le film de sabre traditionnel, la vengeance irradie le cinéma nippon, qui la décline sous plusieurs formes. En adaptant le manga de Koike Kazuo et Kamimura Kazuo, Fujita Toshiya mêle son récit empruntant à ses maîtres Kurosawa et Kobayashi mais y ajoute une dimension pulp, et une volonté de créer une mise en scène tant inspirée que ludique.

Lire la suite de « Lady Snowblood : magnificence japonaise »

Shadow, l'ombre faiblarde

Après la catastrophe La grande Muraille, et la débandade opérée par les studios, voulant gérer de A à Z leur budget conséquent, difficile de savoir vers quoi Zhang Yimou allait se diriger. Lui qui a démontré de son talent tant dans ses films sociaux que dans ses films d’époque, ou dans un savant mélange des deux – on pense au fantastique Le Sorgho Rouge, à Épouses Et Concubines – joue au jeu des Trois Royaumes, élément important de la culture chinoise souvent retranscrit à l’écran par de nombreux cinéastes (John Woo pour ne citer que lui), et au mélange d’intrigue de cour et de film de sabre.

Lire la suite de « Shadow, l'ombre faiblarde »