[CRITIQUE] Cars 3 : Dernier tour de piste pour Flash & ses amis

 

Après un second opus oubliable – et oublié, la franchise Cars conclut à son tour sa trilogie avec Cars 3. Un épisode bien plus sombre que ses prédécesseurs, la preuve en est avec le tout premier tease sorti où l’on voyait Flash McQueen en bien mauvaise position. Alors qu’en est-il désormais ? Après plus de dix ans de carrière sur les circuits, Flash McQueen n’est plus ce qu’il était. Les nouvelles technologies ont évolué et les voitures avec, en témoigne Jackson Storm, ambitieux et arrogant, prêt à tout pour mettre le n°95 hors-course. Un dernier opus beaucoup plus posé, avec des thèmes différents et beaucoup plus sérieux. Reste à savoir si cela plaira aux plus jeunes. Lire la suite de « [CRITIQUE] Cars 3 : Dernier tour de piste pour Flash & ses amis »

[CRITIQUE] Raid Dingue : Pas si dingue que ça…

Après avoir tourné pour Fred Cavayé dans Radin !, Dany Boon est de retour en tant que réalisateur et acteur dans sa dernière comédie Raid Dingue en compagnie d’Alice Pol, Michel Blanc ou encore Florent Peyre. En intégrant le RAID de manière quelque peu suspicieuse, Johanna Pasquali, fille du ministre et piètre flic, se retrouve sous la direction d’Eugène Froissard un agent misogyne qui ne supporte pas qu’une femme puisse intégrer les rangs du RAID. A eux deux, ils vont devoir arrêter le célèbre Gang des Léopards et essayer tant bien que mal de travailler en binôme. 

346064-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Dany Boon a cette chance, en plus d’avoir un capital sympathie auprès des français, c’est qu’il attire encore et toujours les foules, quitte à délaisser le scénario. Avec des têtes d’affiche comme Dany Boon, Florent Peyre, Michel Blanc ou encore Yvan Attal, pas étonnant que le film ai fait le meilleur démarrage mercredi. Mais est-ce forcément un gage de qualité ? C’est là que le bas blesse.

Un scénario prévisible

Mêlez un peu d’action et du romantisme et on sait tous comment ce film va se finir dès le début. Totalement réfractaire aux femmes,Eugène Froissard voit d’un très mauvais oeil l’arrivée de Pasquali qui, comme par hasard, se trouve être la fille du Premier Ministre. Un duo qui va devoir apprendre à s’apprivoiser et qui va vivre des aventures plus rocambolesques les unes que les autres. C’est du vu et déjà revu et malheureusement Dany Boon n’amène pas grand chose au film, ni même Alice Pol qui a bien du mal à s’imposer dans ce film 100% homme et où, pour se démarquer, en fait parfois trop frôlant même le ridicule.

Des seconds rôles plus surprenants

La bonne surprise de ce film vient des seconds rôles dont le duo Michel Blanc et François Levantal à mourir de rire dès qu’ils se retrouvent ensembles entre jeu de force et discours de sourd. Autre agréable et non moins surprenante apparition, celle d’Yvan Attal qui a de quoi en décontenancer plus d’un.

Le film se ponctue de quelques rires malgré tout (et heureusement) mais ça ne suffit pas pour en faire une bonne comédie. C’est une comédie, pas dingue mais qui fait à peu près le boulot même si on s’attendait à mieux venant de Dany Boon. Mais bon comme on dit, le public est roi et visiblement il aime toujours autant Dany Boon.

Ma note : ★★★★★

 

Vu au cinéma : Supercondriaque

626174-supercondriaque-affiche-franceRéalisé par : Dany Boon (La Maison du Bonheur, Bienvenue chez les Ch’tis, Rien à Déclarer…)
Avec : Dany Boon, Kad Mérad, Alice Pol…
Genre : Comédie

Le Spitch : Romain Faubert est un homme seul qui, à bientôt 40 ans, n’a ni femme ni enfant. Le métier qu’il exerce, photographe pour dictionnaire médical en ligne, n’arrange rien à une hypocondrie maladive qui guide son style de vie depuis bien trop longtemps et fait de lui un peureux névropathe. Il a comme seul et véritable ami son médecin traitant, le Docteur Dimitri Zvenska, qui dans un premier temps a le tort de le prendre en affection, ce qu’il regrette aujourd’hui amèrement. Le malade imaginaire est difficilement gérable et Dimitri donnerait tout pour s’en débarrasser définitivement. Le docteur Zvenska pense avoir le remède qui le débarrassera en douceur de Romain Flaubert : l’aider à trouver la femme de sa vie. Il l’invite à des soirées chez lui, l’inscrit sur un site de rencontre, l’oblige à faire du sport, le coach même sur la manière de séduire et de se comporter avec les femmes. Mais découvrir la perle rare qui sera capable de le supporter et qui par amour l’amènera à surmonter enfin son hypocondrie s’avère plus ardu que prévu…

Lire la suite de « Vu au cinéma : Supercondriaque »