Cogan – killing them softly : l’Amérique qui pleure ses mythes

Un accueil glacial à Cannes en 2012, et peu d’entrées au box office auront fait de Cogan – killing them Softly un film oublié ou tout simplement ignoré. Pourtant, alors qu’Andrew Dominik signe son retour 10 ans plus tard avec son projet de longue date, Blonde, sur Marylin Monroe, il est important de revenir sur ce qui est un des joyaux du cinéma américain de la décennie passée. 

Lire la suite de « Cogan – killing them softly : l’Amérique qui pleure ses mythes »

Saludos, hombre : Una fragancia de revolución

Avec ses deux premiers westerns, Sollima monte une tension crescendo jusqu’à un Dernier Face à face des plus ravageurs et techniquement impressionnant. Son cinéma à la fois coulant dans la veine italienne de l’époque, politique jusqu’au bout des doigts a tout pour marquer dès le premier visionnage. Œuvres plus complexes que la simple idée du western italien classique, ses films sont la marque d’une part d’auteur·ices engagé·es, qui rehaussent un genre en perdition, pour bâtir une vision propre des affrontements de l’Ouest qui font écho à une situation de l’Europe des années 60. Saludos, hombre, troisième film de ce tryptique de Sollima, vient conclure l’arc du cinéaste dans le genre avec moins de virtuosité mais toujours autant de dynamisme. 

Lire la suite de « Saludos, hombre : Una fragancia de revolución »

Jim Carrey, l’Amérique démasquée : Ascendance et chute d’un Titan

À la base de ce projet documentaire, un livre en partie financé par le biais d’une plateforme de financement participatif en Juin 2020. Portrait de l’acteur américain vu par le prisme de l’évolution d’Hollywood, Jim Carrey, l’Amérique démasquée, de Adrien Dénouette, est le premier ouvrage de son auteur. Richement documenté et illustré, il est publié par la maison d’éditions Façonnage et est ainsi le point de départ du documentaire présenté dans le cadre de la sélection Les Docs de l’Oncle Sam au 74ème Festival du Cinéma Américain de Deauville

Lire la suite de « Jim Carrey, l’Amérique démasquée : Ascendance et chute d’un Titan »

Borat, Nouvelle Mission Filmée : Make America Bad Again !

Moustache aux airs de ragondin crevé, touffe de cheveux en frisottis, allure d’idiot du village, costume d’inspecteur de l’éducation nationale… le reporter à l’accent douteux kazakh qui ne parlait pas kazakh, Borat Sagdiyev, débarquait dans nos contrées il y a maintenant 14 ans. Un énorme succès pour un premier volet devenu désormais culte dans lequel Sacha Baron Cohen se dévouait entièrement à sa création. Après avoir tiré des Leçons Culturelles Sur L’Amérique Au Profit Glorieuse Nation Kazakhstan, le trublion arriéré est de retour par une annonce surprise, pour venir parasiter l’Oncle Sam trumpisé, quelques jours avant des élections présidentielles qui s’annoncent trépidantes.

Lire la suite de « Borat, Nouvelle Mission Filmée : Make America Bad Again ! »

[DEAUVILLE 2020] Holler : Avenir rouillé

Nous sommes en plein hiver et le temps semble suspendu pour Ruth et son frère qui tentent de survivre jour après jour sans que rien ne change. Alors que les perspectives d’avenir pour la jeune fille sont limitées, c’est finalement un courrier lui annonçant son admission à la fac qui va peut-être lui offrir une porte de sortie, contrebalancée par des frais de scolarité impossibles à avancer pour ceux qui peinent déjà à payer loyer et eau. Avec un père absent et une mère en prison qui refuse d’aller en désintoxication, le quotidien de ces enfants obligés d’être adultes est compliqué. Ruth se retrouve à travailler avec son frère pour une bande de ferrailleurs illégaux et se frotte dangereusement à la mort pour essayer de s’en sortir.

Lire la suite de « [DEAUVILLE 2020] Holler : Avenir rouillé »

[CRITIQUE] America : Boulevard of broken dreams

L’Amérique d’aujourd’hui fascine plus que jamais le cinéma. Après Jean-Baptiste Thoret et son We Blew It revenant le lent et douloureux déclin de l’Amérique pour arriver à l’ère Donald Trump, le réalisateur allemand Claus Drexel pose sa caméra dans l’Amérique des laissées pour compte. À quelques semaines de l’élection présidentielle qui allait bouleverser le monde, il est allé à la rencontre de ces rednecks à Seligman, célèbre ville où passe la mythique Route 66 et qui a fait les beaux jours des commerces lorsque le tourisme fonctionnait encore. Abandonnée de tous, Seligman compte une population haute en couleur qui livre face caméra leurs espoirs et leurs convictions. Lire la suite de « [CRITIQUE] America : Boulevard of broken dreams »