The Old Man and The Gun : Tchao l’artiste ?

Changement de registre complet pour David Lowery. Celui qui nous avait bouleversé avec A Ghost Story en 2017 est revenu en ce début 2019 avec un film d’un tout autre genre. The Old Man and The Gun ou l’histoire vraie de Forrest Tucker, criminel récidiviste qui, à 78 ans, n’a ni perdu de son charisme ni son envie de braquer des banques avec charisme et panache. Un film résolument plus léger que son précédent mais tout aussi sympathique.

Lire la suite de « The Old Man and The Gun : Tchao l’artiste ? »

[CRITIQUE] A Ghost Story : Mélancolique symphonie

Le film de David Lowery est certainement l’un des films les plus attendus de ce festival. Réalisé grâce aux bénéfices engrangés sur Peter et Eliott le dragon, A Ghost Story n’a pas encore trouvé de distributeur mais on croise les doigts pour qu’il en trouve rapidement un parce qu’il le mérite. Une épopée fantastique d’un homme décédé, dont l’esprit erre toujours dans la maison de sa bien aimée mais voilà, lui est un esprit alors que le monde autour de lui continue à tourner et que la vie reprend son cours. Une partition délicate, poétique qui, malgré quelques défauts, nous envoute. Lire la suite de « [CRITIQUE] A Ghost Story : Mélancolique symphonie »

[FOCUS] Oscars 2017 : La La Land repart avec 7 trophées… non en fait 6 !

La cérémonie tant attendue des Oscars s’est déroulée cette nuit au Dolby Theater et cette année c’est l’animateur Jimmy Kimmel qui était aux commandes de cette prestigieuse cérémonie. L’occasion pour l’animateur de lancer quelques piques à l’actuel Président et à se moquer de nouveau de son éternel meilleur ennemi, Matt Damon. Justin Timberlake a ouvert la soirée avec son titre Can’t Stop The Feeling et plus que jamais cette année les Oscars sont un pied-de-nez à Donald Trump et sa politique notamment avec l’absence d’Asghar Farhadi, récompensé par l’Oscar du Meilleur film étranger. On notera également que Mahershala Ali est le premier musulman à gagner un Oscar et c’est Donald Trump qui va être content.

Sur une note plus légère, les invités ont eu le droit à des sacs de bonbons tombés du ciel tandis qu’un bus de touristes ont eu la surprise de se rendre dans le Dolby Theater en direct.

Et enfin le retournement de situation le plus inattendu de la soirée revient à l’Oscar du Meilleur film. D’abord annoncé comme grand gagnant, La La Land a du rendre son trophée car suite à une erreur de Warren Beatty, c’est bel et bien Moonlight qui est sacré Meilleur film ! Malgré tout La La Land repart avec 6 trophées dont celui de la Meilleure actrice pour Emma Stone et de Meilleur réalisateur pour Damien Chazelle qui, à seulement 32 ans, est le plus jeune réalisateur à remporter ce trophée.

Retrouvez le palmarès complet de cette soirée riche en émotions :

Meilleur film : Moonlight

Meilleur scénario original : Manchester by the sea

Meilleur scénario adapté : Moonlight

Meilleur réalisateur : Damien Chazelle

Meilleur acteur : Casey Affleck

Meilleure actrice : Emma Stone

Meilleure actrice dans un second rôle : Viola Davis

Meilleur acteur dans un second rôle : Mahershala Ali

Meilleur film étranger : Le Client de Asghar Farhadi

Meilleur documentaire : O.J Made in America de Ezra Edelman

Meilleur court métrage d’animation : Piper

Meilleur film d’animation : Zootopie

Meilleurs maquillages et costumes : Suicide Squad

Meilleurs costumes : Les Animaux Fantastiques

Meilleur montage sonore : Premier Contact

Meilleur mixage sonore : Tu ne tueras point

Meilleurs décors : La La Land

Meilleurs effets spéciaux : Le Livre de la jungle

Meilleur montage : Tu ne tueras point

Meilleur court métrage documentaire : The White Helmets

Meilleur court métrage de fiction : Sing

Meilleure photographie : La La Land

Meilleure musique de film : La La Land

Meilleure chanson originale : « City of stars », La La Land

 

Retrouvez les meilleurs moments de la soirée en vidéo

 

[FOCUS] Golden Globes 2017 : Le sacre de La La Land et d’Isabelle Huppert !

Cette nuit avait lieu la 74e cérémonie des Golden Globes. Animée d’une main de maître par l’animateur Jimmy Fallon, la cérémonie a couronné sans grande surprise La La Land et cocorico, la France est repartie victorieuse grâce à notre Isabelle Huppert et son Golden Globes de la meilleure actrice.

Découvrez le palmarès sans plus attendre  :

Meilleur film dramatique : Moonlight
Meilleur film comédie/musical : La La Land
Meilleur réalisateur : Damien Chazelle, La La Land
Meilleur film d’animation : Zootopie
Meilleur film en langue étrangère : Elle, France
Meilleure actrice dramatique : Isabelle Huppert, Elle
Meilleur acteur dramatique : Casey Affleck, Manchester By The Sea
Meilleure actrice comédie/musical : Emma Stone, La La Land
Meilleur acteur comédie/musical : Ryan Gosling, La La Land
Meilleur acteur dans un second rôle : Aaron Taylor-Johnson, Nocturnal Animals
Meilleure actrice dans un second rôle : Viola Davis, Fences
Meilleur scénario : La La Land
Meilleure musique : Justin Hurwitz, La La Land
Meilleure chanson originale : City of Stars, La La Land

La La Land est clairement le film de l’année qui amasse tout sur son passage parce qu’avec 7 nominations et donc 7 trophées, Damien Chazelle détrône les six victoires de Vol d’un nid de coucou et ceci à seulement 31 ans. Chapeau l’artiste ! Autre succès et cette fois il est pour nous puisque notre chère Isabelle Huppert repart avec le trophée pour sa performance magistrale dans Elle. D’ailleurs le film a aussi récolté le prix du meilleur film étranger et toc !

Ce qu’il ne fallait pas louper !

Trois choses qu’il ne fallait pas louper ce soir. Tout d’abord cette séquence d’ouverture avec Jimmy Fallon ainsi que Nicole Kidman, Amy Adams ou encore le cast de Stranger Things sur fond de La La Land rendant hommage aux films et aux séries de l’année 2016, brillant !

Même si Andrew Garfield n’a pas eu le Golden Globes qu’il aurait dû avoir, au moins il a pu se consoler, non pas dans les bras d’Emma Stone comme beaucoup auraient espéré mais dans ceux de… Ryan Reynolds oui oui ! Les deux acteurs ont échangé un baiser fougueux au moment de la remise du trophée à Ryan Gosling pour La La Land.

ryan-reynolds-andrew-garfield-kiss

Et enfin le prix d’honneur remis à la grande Meryl Streep qui nous a offert le plus beau discours de la soirée ainsi qu’un joli fuck à Donald Trump et ça, on ne peut qu’applaudir !

[CRITIQUE] Manchester by the sea : Parce qu’il fallait bien trouver quelqu’un qui n’aime pas le film

515533-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Toute la presse n’en a dit que du bien ainsi que les spectateurs qui semblent ravis. Manchester by the sea avait tout pour être le film de l’année et pourtant. Soit les gens ont mauvais goût, soit on a pas vu le même film. Bref dans tous les cas c’est un semi-raté. La vie de Lee bascule le jour où son frère Joe fait un arrêt cardiaque et laisse derrière lui son fils Patrick dont Lee est désormais le tuteur. Il va donc devoir revenir dans le Massachusetts pour s’en occuper et faire face à son ancienne vie brisée.

Casey Affleck, impeccable

Par contre s’il y a une chose sur laquelle on sera d’accord c’est la performance de Casey Affleck est grandiose. Un vrai plaisir de le rédecouvrir dans un rôle complexe. Ce concierge abîmé par la vie, au passé compliqué et qui n’attend plus grand chose de la vie se retrouve propulser aux côtés du neveu qu’il a vu grandir. Comment rester insensible à sa cause ? Ce rôle initialement proposé à Matt Damon va finalement plutôt bien à Casey et aux vu des nominations et des récompenses qui commencent à pleuvoir, ce ne serait pas étonantn de le voir aux prochains Oscars (même Andrew Garfield est mieux heum).

Par contre ce ne sera pas la même sauce pour Michelle Williams qui certes livre ici une très belle prestation tout en émotion sauf qu’en fait, on ne la voit pas plus que dans la bande-annonce. Dommage, parce que son personnage était tout aussi intéressant que celui de Lee. On appréciera par ailleurs la performance de Patrick, un adolescent aussi drôle qu’adorable.

Un peu trop de longueurs

Le problème du film sont ses longueurs présentes du début à la presque fin. La première partie est fastidieuse, lente et monotone. Résultat aucun moyen d’accrocher alors quand on se dit que ça va durer deux heures… Le film devient intéressant à partir du moment où on découvre le passé de Lee et pourquoi il est devenu aussi aigri et monotone. Quelques scènes attirent cependant l’attention notamment la fameuse discussion entre Lee et son ex-femme Randi et où sa carapace se fend enfin.

Bref, Kenneth Lonergan aurait mieux fait de recentrer son film sur l’essentiel et nous éviter certaines scènes totalement inutiles parce que ramasser la neige une fois d’accord mais quinze fois non merci.

Manchester by the sea est certainement ma plus grande déception de cette année. Même si Casey Affleck est fabuleux dedans, le scénario un poil faible ne l’aide pas du tout et malheureusement ça ne suffit pas pour en faire un bon film.

Ma note : ★★★★★