[CRITIQUE] Un raccourci dans le temps : Un supplice dans le temps

À quelques semaines de la sortie du tant attendu Avengers Infinity War, Disney revient à quelque chose de plus « Disney » avec Un Raccourci dans le temps. Nouveau blockbuster qui profite des mouvements féministes et du succès mondial de Black Panther pour caracoler au box-office américain puisque à sa tête on y retrouve Ava Duvernay (Selma, Girls Trip) avec un joli budget de 100M de dollars pour adapter à l’écran le roman éponyme sorti en 1962. L’histoire d’une petite fille, son frère et son ami à travers l’univers pour retrouver le père, scientifique mondialement connu qui voulait se rapprocher de l’univers.  Lire la suite de « [CRITIQUE] Un raccourci dans le temps : Un supplice dans le temps »

[CRITIQUE] Wonder Woman : DC Comics entre (enfin) dans la cour des grands

On ne peut se le cacher, la relation entre le cinéma et l’univers DC Comics est plus que compliquée. Batman V Superman et Suicide Squad n’ont pas réussi à convaincre les critiques mais il se pourrait bien que le vent tourne et ce grâce à une femme, enfin à des femmes. Patty Jenkins a eu la lourde tâche d’adapter Wonder Woman au cinéma. Déjà aperçue auprès de Ben Affleck et Henry Cavill, Gal Gadot nous confirme qu’elle est taillée pour ce rôle et que oui, c’est bel et bien grâce à une femme que DC Comics peut sortir la tête haute.

Le film de super-héroïne qu’on attendait tous

Des super-héros on en mange depuis des décennies et franchement c’est pas toujours folichon. Cette fois-ci c’est fini, place à la femme de pouvoir, celle qui prend les décisions et surtout celle qui sauve le monde. Avant de devenir Wonder Woman, elle n’était que Diana, princesse des Amazones et déterminée dès le plus jeune âge à combattre le mal. Une volonté qu’elle accomplira lorsqu’un pilote s’échouera sur son île alors que le monde est plongé en pleine guerre. Elle s’allie alors aux hommes pour mettre fin à cette guerre et y découvrira la vraie nature de l’homme mais aussi sa vraie nature.

Faire oublier les derniers échecs de DC Comics relevait du miracle et pourtant il semblerait que Wonder Woman ai réussi. Malgré ses imperfections, ce film relève du vrai bon film de super-héros qu’on attendait enfin. Déjà premièrement la femme est enfin au coeur du sujet. Forte, indépendante, déterminée, Diana est un atout précieux pour l’homme. Mais elle possède également ce côté naïf et insouciant la rendant encore plus authentique. Il était grand temps qu’on prenne enfin la femme pour autre chose qu’un simple objet ou qu’une motivation pour les protagonistes masculins. Non la femme ne se laisse pas marcher dessus ! Malgré un jeu parfois inégal, Gal Gadot endosse à merveille le rôle de Wonder Woman. D’une beauté renversante, l’actrice met tout le monde d’accord et crève littéralement l’écran avec ce qu’elle dégage.

Les effets spéciaux sont à couper le souffle et cette scène dans le No Man’s Land est probablement l’une des scènes qui marquera le plus les esprits. Sans en faire trop, Patty Jenkins arrive à doser justement son film pour nous offrir un vrai et beau divertissement qui alterne scènes de combats monstrueuses et moments plus légers et plus drôles à la sauce Marvel. D’ailleurs le duo Diana/Steve fonctionne plutôt très bien et Chris Pine est à mourir de rire à certains moments.

Une fin un poil trop DC Comics

Wonder Woman n’est cependant pas exempté de défauts à commencer par l’approche assez vague sur le plan historique et le combat final qui n’est pas sans rappeler le combat final de Batman V Superman, effets spéciaux à foison, bref un poil too much et un poil too DC Comics. Cependant tout ceci n’entache en rien le film de Patty Jenkins qu’on peut saluer pour ce film résolument féminin, drôle et esthétiquement réussi.

Le niveau DC Comics est enfin relevé à un niveau convenable, espérons que Justice League suive le mouvement mais en attendant, vive les femmes !