Ben is back : il aurait mieux fait de ne pas revenir

À trois semaines d’intervalle sortent deux films qui sont – drôle de coïncidence – assez ressemblants. « My beautiful boy » qui sort le 6 février traite d’une histoire vraie, celle d’un père qui va se battre pendant des années pour sauver son fils de l’addiction. D’un autre côté nous avons une mère qui, pendant une nuit entière, va tout tenter pour retrouver son fils qui retombe à son tour dans l’addiction. Deux histoires similaires sauf que l’une fonctionne et pas forcément l’autre.

Lire la suite de « Ben is back : il aurait mieux fait de ne pas revenir »

Money Monster : George Clooney au sommet

Money-Monster

Restons dans l’esprit cannois, après Café Society place à Money Monster, présenté également Hors Compétition et réalisé par Jodie Foster. Pour son quatrième long-métrage en tant que réalisatrice, celle qui était très attendue sur la croisette nous plonge cette fois-ci dans le monde impitoyable des médias et des finances. Lee Gates, présentateur d’une émission télé et véritable gourou des finances américaines est pris en otage en direct par Kyle, un téléspectateur qui a tout perdu en suivant ses conseils. S’en suit une course contre la montre, pour la vie, pour la vérité…

Après un petit passage à vide avec Monuments Men, A la poursuite de demain ainsi qu’Ave Cesar, George Clooney est bel et bien de retour. Pour ceux qui doutaient de ses talents d’acteurs, Money Monster va clairement leur clouer le bec. Tantôt présentateur télé, médiateur, otage mais également victime de ce système qu’il ne connait pas aussi bien que ça, Lee Gates va devoir faire preuve d’intelligence et de sang-froid face à ce spectateur simplement désemparé par la situation. Incarné par Jack O’Connell, Kyle souhaite avant tout être entendu par les téléspectateurs et dénoncer le système bancaire et frauduleux mené par ces géants prêts à tout pour renchérir leurs porte-monnaies. Julia Roberts amène ici sa touche féminine en tant que productrice mais également une sorte d’ange gardien pour Lee durant toute cette épreuve.

La tension est palpable durant tout le film jusqu’à son dénouement bien que prévisible. Quelques rebondissements viennent ponctuer de temps à autre l’histoire rendant ainsi le preneur d’otage plus « humain« . Au-delà de ça, Jodie Foster arrive à dépeindre une société scotchée à ses écrans télés et ses smartphones, à l’affût de n’importe quelle nouvelle croustillante ainsi qu’un système financier où règne la loi du plus fort. Bien loin d’être moralisateur, le film se contente de lancer quelques piques et ne s’aventure que légèrement sur le terrain glissant et risqué du monde des finances (oui toi qui n’y comprend jamais rien à ces histoires de bourse, tu pourras suivre ce film !).

Une critique acerbe menée d’une main de maître par Jodie Foster qui signe son grand retour derrière la caméra et franchement, on ne s’en plaint pas.

Ma note : ★★★★☆