Été 85 : Passions destructrices

Été 1985, le jeune François Ozon, 17 ans, lit pour la première fois La Danse Du Coucou, roman d’Aidan Chambers, qui va profondément le marquer. Ne pensant alors pas qu’il deviendrait cinéaste, il se prend au jeu d’imaginer à quoi ressemblerait sur grand écran le récit d’Henry et Barry, ces deux jeunes garçons qui vont connaître la passion, la fureur et la désolation amoureuse. 35 ans plus tard, après la carrière qu’on lui connaît, Été 85 est l’accomplissement de ce rêve d’adolescent.

Continuer de lire « Été 85 : Passions destructrices »

Conte d’été : mélodie salée

« Ça cause trop ! » diront les renfrognés, « y s’passe rien ! » enchériront les bornés… Alors bien sûr, si vous voulez du sang, de la bagarre et des cascades enflammées, changez de programme ! Mais diantre, posez-vous tout de même la bonne question : pourquoi faut-il impérativement regarder du Rohmer ? Réponse objective : parce que Rohmer écrit sur nos problèmes existentiels, les vrais, ceux qui charrient notre petit cœur d’artichaut. Sachez donc apprécier l’intime pensée de ces intelligentes causeries et prenez des notes s’il le faut !

Continuer de lire « Conte d’été : mélodie salée »