[CRITIQUE] Spiderman Homecoming : Un vent de fraîcheur emprunt d’humour !

L’homme-araignée est de de retour sur nos écrans dans un nouveau reboot du célèbre comic. Cette fois-ci place à un Peter Parker bien plus juvénile incarné par le jeune acteur Tom Holland. Autre nouveauté la présence d’un mentor de choix en la présence de Tony Stark (Iron Man) campé par Robert Downey Jr. Mais ce troisième reboot se démarque-t-il vraiment des précédents ? Lire la suite de « [CRITIQUE] Spiderman Homecoming : Un vent de fraîcheur emprunt d’humour ! »

[ACTU] Ce qu’il faut retenir de l’actualité ciné cette semaine

Cette semaine on vous parle : de la dernière bande-annonce du prochain Spider-man, des photos de la nouvelle Lara Croft, des premières images de Valerian de Luc Besson, des infos sur le film Venom l’antagoniste de Spider-man, duPetit Spirou qui se dévoile et de l’affiche du Festival de Cannes.

 

On passe à l’action !

Marvel vient de publier de nouveaux extraits qui laissent la part belle à l’action. On y voit le jeune héros en plein usage de ses pouvoirs pour se défendre contre l’ennemi ou encore sauver la population en détresse. Tony Stark (Iron Man) incarné toujours par Robert Downey Jr apparaît comme un mentor de premier choix pour le jeune héros. De bonne augure pour la sortie de Spider-man : Homecoming le 12 Juillet prochain.

Aux origines de Lara Croft

Alicia Vikander, la nouvelle Lara Croft

C’est la jeune actrice Suédoise Alicia Vilander qui a été choisie pour interpréter Lara Croft pour le reboot de Tomb Raider. Les premières photos ont été dévoilées et la successeur d’Angelina Jolie y est affublée d’une arme dans des environnements hostiles. Il n’y a pas de trailer disponible pour le moment ni date de sortie, mais le scénario sera inspiré du jeu vidéo Tomb Raider sorti en 2003 et retraçant les origines de l’héroïne.

Monstres et compagnies !

C’est à l’occasion d’une convention cinéma à Los Angeles (CinemaCon) qu’ont été dévoilées des images inédites du film réalisé par Luc Besson  Valérian et la cité des mille planètes. Le long métrage est l’adaptation d’une BD de science-fiction du même nom. Cette bande-annonce nous plonge au cœur de batailles spatiales où de nombreuses créatures en tout genre se dresse devant les humains Valérian  (Dane DeHaan) et Laureline (Cara Delevingne). Les images paraissent bluffantes et épurées et laisse entrevoir de belles promesses. A suivre sur nos écrans dès le 21 Juillet.

Venom sera sombre

Le film Venom en chantier

Venom ou l’entité maléfique noire ayant pris possession de Spider-man aura droit à son film ! Les fans de Comics connaissent très bien ce « personnage » et seront heureux de savoir que le film sera sombre et quelque peu violent à l’image dudit protagoniste. Le film sera d’ailleurs interdit aux moins de 17 ans non accompagnés d’un adulte aux Etats-Unis comme notamment Deadpool à sa sortie. Le film sera scénarisé par Dante Harper (Alien : Covenant), n’aura aucun lien avec le film Spider-man : Homecoming qui paraîtra prochainement et il devrait sortir fin 2018.

Une nouvelle adaptation de BD à venir

C’est au tour du Petit Spirou d’être adapté au cinéma pour une sortie le 27 septembre. Tiré d’une célèbre BD du même nom où l’on s’intéresse à l’enfance du célèbre reporter de fiction vêtu de rouge, à l’école des grooms. Les premiers extraits nous montre un film proche de l’univers dépeint par Tom et Janry. Avec les présences de Pierrre Richard et François Damiens pour épauler le jeune Sacha Pinault (Spirou) au casting l’humour sera au rendez-vous.

Claudia Cardinale à l’affiche

Cannes 2017

Fin mai se tiendra le traditionnel Festival de Cannes où Monica Bellucci sera maîtresse de cérémonie et Pedro Almodovar sera Président. Le comité d’organisation a choisi Claudia Cardinale pour l’affiche de cette 70ème édition. L’actrice qui est devenue incontournable dans les années 60 y apparaît en train de danser et cette image reprend une photo réalisé à Rome en 1959. La sélection officielle sera dévoilée mi-avril.

D’autres news Dimanche prochain ! 

 

 

[CRITIQUE] The Lost City of Z : Un grand film d’aventure comme il n’en s’est jamais fait

Il y a de ces cinéastes qui sont juste là pour vous filer une claque et tout ce que vous avez à faire c’est e vous installer dans un fauteuil de cinéma, d’admirer, de sortir des « waouh » à tout bout de champ et de vous dire que ce gars est un génie. James Gray en fait définitivement partir. En adaptant le roman La Cité perdue de Z de David Grann sur grand écran, il vient tout simplement  de nous donner une belle leçon de cinéma et de mise en scène éblouissante et file au film d’aventure, un sacré coup de pied aux fesses.

L’exploration de toute une vie

The Lost City of Z c’est l’exploration de toute une vie, celle de colonel Percy Fawcett qui, pendant des décennies au XXe siècle qui, au détour d’une mission cartographique entre le Brésil et la Bolivie, mettra toute sa vie et son énergie pour trouver des races d’une civilisation plus ancienne jusque là moquée par les Britanniques. Mais cette exploration dans la jungle amazonienne n’est pas une simple quête scientifique, c’est celle aussi d’un homme, de ses valeurs et des sacrifices que tout ceci représente.

Visuellement, les scènes les plus intéressantes ne se passent pas au Royaume-Uni bien que les reconstitutions soient minutieuses et parfaites, mais bel et bien celles tournées dans la jungle. Dans une atmosphère toujours très brumeuse, James Gray film comme jamais ces paysages inexplorés, où la jungle et la nature restent les seuls maîtres à bord et où c’est à l’homme de s’adapter et non pas l’inverse. L’exploration se fait pour Percy Fawcett mais également pour le spectateur émerveillé devant de tels paysages où beauté et danger ne font qu’un. Des silences assourdissants transpercés occasionnellement par le sifflement des flèches tirées par ces civilisations reculées prêtes à tout pour défendre leur territoire. La mise en scène de James Gray surpasse tout ce que l’on a déjà pu voir, c’est somptueux et le cinéaste rend hommage à cette belle nature qui recèle bien des mystères.

Une scène finale surpuissante de beauté et de sens

Cependant The Lost City of Z c’est aussi un homme et surtout une histoire vraie. Celle d’un homme dont la soif de connaissance et de conquête est la seule chose qui le maintient en vie que ce soit en pleine jungle hostile ou sur un champ de bataille. C’est l’histoire d’un homme tiraillé entre une famille aimante et compréhensive malgré ses années d’absences et cette irrémédiable envie de retourner en Amazonie, comme une maitresse qui l’appelle et qui arrive à l’envoûter quitte à remettre en cause ses valeurs.

D’ailleurs là aussi le contraste est intéressant entre ses valeurs concernant des peuples indigènes inconnus et celles qu’il éprouve envers sa famille et notamment sa femme. Une femme doit rester à sa place de femme et obéir aux règles dictées par l’homme alors que les civilisations inconnues méritent plus de respect et de reconnaissance.

Après de nombreux échecs, Percy Fawcett se lance dans une dernière exploration en compagnie de son fils pour finalement trouver cette cité perdue qui l’obstine tant. Une obstination qui s’avéra payante des années plus tard au prix de sa vie. Et c’est là que tout le génie de James Gray intervient avec cette dernière scène en compagnie de la femme du colonel qui, sans spoiler quoique ce soit, la remet à sa place là où elle a toujours été dès le début.

Avec un casting irréprochable et le grand retour de Robert Pattinson sur les écrans, James Gray offre une aventure unique où le spectateur explore autant la nature que l’homme et sa soif de gloire, d’ambition et de reconnaissance. Un film d’aventure unique qu’il est bien rare d’admirer au cinéma et qui nous confirme que le vrai cinéma d’aventure où on a pas besoin de faire des cascades toutes les cinq minutes existe bien. Prends ça dans ta face Indiana Jones.