Amsterdam : polar-miroir

David O.Russell, c’est un peu ce voisin sympathique, dont on aime écouter les histoires, mais qui ne nous évoque pas grand chose. Si l’on se souvient de ses films comme d’un bon moment, à l’écriture légère et agréable, on n’en retient rien, et regarder sur nos étagères les copies d’Happiness Therapy, Fighter ou encore Les rois du désert prendre la poussière nous fait remonter un sentiment d’esbroufe, la persuasion d’avoir observé un joli écrin empli de vide. Garant d’un artisanat « bien fait », O’Russell s’accompagne toujours d’un casting étoilé, bien vendu aux côtés de son image de réalisateur rare, dont chaque retour fait l’événement (Joy, le dernier en date, étant passé plus inaperçu). Avec sa promotion axée sur les mêmes artifices, Amsterdam nous promet du glamour, une enquête ambitieuse dans l’Amérique des années 30, qui nous remémore des frissons de Chinatown. Au final, on s’approche plus de Gangster squad.

Lire la suite de « Amsterdam : polar-miroir »

The northman : Actes désincarnés

En deux longs métrages, Robert Eggers a su s’imposer comme un talent à suivre. Le naturalisme flamboyant de ses deux premières épreuves, The witch et The lighthouse en a emporté plus d’un·e, et il n’est que logique que l’Américain attise tant de curiosité pour sa prochaine proposition. Alors qu’il atteint enfin la route des salles, The northman fait déjà couler beaucoup d’encre. Les appréhensions sont nombreuses, mais surtout la hâte de découvrir dans quel embarras Eggers va plonger ses protagonistes. Oubliez l’affiche ignoble, le spectacle promis est au rendez-vous, même s’il faut y aller préparé·e.

Lire la suite de « The northman : Actes désincarnés »

Emma. : la quête de l’être aimé

Avec plus de neuf romans à son actif, Jane Austen est une des écrivaines ayant le plus influencé la littérature du XIXe siècle et, si l’on retient Orgueil et Préjugés comme étant son œuvre majeure, ses autres romans ne sont pas à négliger pour autant, en particulier Emma. Dernier roman publié du vivant d’Austen, il englobe les thèmes fétiches de cette dernière : la place de la femme dans la société anglaise du XIXe siècle, le mariage et le dilemme entre raison et sentiment. Le roman fut porté une douzaine de fois au grand écran, de manière fidèle (l’adaptation éponyme de 1996 avec Kate Beckinsale) ou plus éloignée (l’emblématique Clueless d’ Amy Heckerling en 1995), la dernière adaptation en date étant le film d’Autumn de Wilde avec Anya Taylor-Joy dans le rôle principal.

Lire la suite de « Emma. : la quête de l’être aimé »

The Witch : cauchemar ensorcelé

Des mythes occidentaux parcourent les époques et les générations, en mouvement quand il s’agit de métamorphoser le matériau d’origine pour lui donner un visage moderne.  À l’image de la figure de la sorcière, qui alimente quantité de récits de la culture populaire et a transformé son apparence au départ fatale en femme simplement ordinaire. On en oublierait presque que son imaginaire naît dans le folklore catholique et religieux. C’était sans compter sur Robert Eggers, qui avec The Witch vient remettre les pendules à l’heure.

Lire la suite de « The Witch : cauchemar ensorcelé »