Seules les bêtes : Polar et chansonnette

Dominik Moll et Gilles Marchand (Harry, un ami qui vous veut du bien) reprennent leur collaboration et adaptent librement le roman éponyme de Colin Niel sorti en 2017. Déconcertant, leur film propose une succession de points de vue et promet au spectateur une mécanique du suspens bien huilée. Tu t’en vas… Non, nous ne sommes pas partis de la salle obscure bien que les premières … Continuer de lire Seules les bêtes : Polar et chansonnette

Les Misérables : l’uppercut de cette fin d’année

Ladj Ly a frappé un très grand coup avec Les Misérables. Avec ce film, le cinéaste veut dénoncer la réalité qui anime les banlieues françaises. Brûlot contre l’État, film réaliste, qui ne tombe pas dans le mono-point de vue. C’est simple, rien d’aussi percutent n’a été fait sur le sujet depuis La Haine.

Continuer de lire « Les Misérables : l’uppercut de cette fin d’année »

[CRITIQUE] C’est Qui Cette Fille : La psychologie et le sensoriel à travers la comédie noire.

Originalement nommé Thirst Street, on se demande pourquoi le nom a été changé radicalement pour sa sortie française. Mais une fois le film en tête, on comprend peut-être mieux pourquoi. Dernier film en date du jeune réalisateur Nathan Silver, C’est Qui Cette Fille raconte l’histoire de Gina, une hôtesse de l’air américaine qui tombe amoureuse d’un barman débauché parisien, Jérôme, lors d’une escale dans la ville de l’amour. Ce qui est amusant avec ce film qui dans les premières lignes semble tout avoir de la parfaite comédie romantique, est qu’il se trouve être l’exact contraire.

Continuer de lire « [CRITIQUE] C’est Qui Cette Fille : La psychologie et le sensoriel à travers la comédie noire. »