Monty Python’s Flying circus : Absurde jusqu’à la moelle

Faut-il encore présenter les Monty Python ? Leurs films sont reconnus depuis des années (nous en avons même parlé lors de notre incursion chez Terry Gilliam) et les membres sont au génie absurde ce que Kev Adams et Gad Elmaleh sont aux funérailles de l’humour : les meilleurs représentants du genre. Mais si beaucoup de personnes les connaissent par le biais de longs-métrages comme Sacré Graal , La vie de Brian ou encore Le sens de la vie, il est souvent occulté que leurs armes se sont aiguisées à la télévision par le biais de l’émission Monty Python’s Flying Circus , diffusée sur la BBC entre 1969 et 1974.

Lire la suite de « Monty Python’s Flying circus : Absurde jusqu’à la moelle »

Rétrospective Terry Gilliam #5 : Les dernières envolées imaginaires

Après une trilogie de films qui confère autant admiration, dégoût, et entre-deux révoltant, Gilliam cherche tant à se renouveler, renouant avec de nouveaux liens passés, qu’à clore des boucles entamées depuis bien trop longtemps. En témoigne son ultime diptyque, qui fait autant référence à Brazil qu’à Münchhausen, accompagné d’un affront direct à ce système qui l’a éreinté de tous bords.

Lire la suite de « Rétrospective Terry Gilliam #5 : Les dernières envolées imaginaires »

Rétrospective Terry Gilliam #4 : Le besoin de problèmes pour créer

Dans sa volonté de retours à ses premièrs amours, Gilliam se laisse une nouvelle fois séduire par une promesse de studio. Mais contrairement à l’Armée des 12 singes, le tournage de Frères Grimm ne lui permet pas autant de libertés, et fait renaître en lui cet aspect revanchard, qui lui offre un nouveau tour de rage.

Lire la suite de « Rétrospective Terry Gilliam #4 : Le besoin de problèmes pour créer »

Rétrospective Terry Gilliam #3 : Dépression, évasion

Figures de grands rêveurs, Terry Gilliam a trouvé son filon. Il le décline une nouvelle fois avec The Fisher King, lui valant les faveurs de la machine hollywoodienne qui lui propose par la suite un beau contrat juteux accompagné de stars de l’époque, le faisant foncer dans un nouveau cynisme et de nouvelles lubies.

Lire la suite de « Rétrospective Terry Gilliam #3 : Dépression, évasion »

Rétrospective Terry Gilliam #2 : Théâtre de tous les possibles

Des départs humoristiques, en passant par le récit médiéval, la carrière de Terry Gilliam laisse à penser que nous allons vivre les aventures d’un doux auteur comique, destiné à amuser la galerie. Pourtant, si l’on peut ressentir ces effets dans le prochain film évoqué, Bandits Bandits, les obsessions de l’Américain pointent rapidement : anti-totalitarisme, peur du capitalisme et des dérives technologiques, Gilliam exploite des récits où l’imaginaire est roi, de craintes que nous oublions en chemin que c’est la création, même abstraite, qui nous rend singulier·e.

Lire la suite de « Rétrospective Terry Gilliam #2 : Théâtre de tous les possibles »

Rétrospective Terry Gilliam #1 : Cabotinages aventuriers

Attention, cet article a été rédigé par deux de nos auteurs. Les crédits sont en fin de texte

Parmi les réalisateur·ices que l’on admire pour leur carrière prolifique, nombreux·ses sont celleux qui, que ce soient à leurs débuts ou face à des projets considérés comme trop compliqués par les productions, ont du se débrouiller dans des conditions chaotiques, ou tourner avec des bouts de ficelle. Certain·es en font leur marque de fabrique, et s’il y a bien un auteur dont on peut sentir le niveau de poisse à des kilomètres, avec des déboires accumulés sur nombre de projets, c’est bien Terry Gilliam. Revenir sur son œuvre n’est pas une mince affaire, tant l’univers du cinéaste regorge d’un imaginaire flamboyant.

Lire la suite de « Rétrospective Terry Gilliam #1 : Cabotinages aventuriers »

Adieu Les Cons : Marié, Effira et Dupontel

Alors que nous lui avons consacré un portrait plus que complet, difficile de dire que le nouveau film d’Albert Dupontel n’est pas une des plus grosses attentes de cette fin d’année 2020. Curieux de voir le chemin que va prendre celui qui, contre toute attente, est sorti de sa bulle intimiste pour se tourner vers le grandiose avec Au-Revoir Là-Haut – avec, on l’a vu, une relecture de toutes ses thématiques fétiches -. Cet Adieu Les Cons, qui a nourri nos fantasmes les plus fous, s’avère encore plus grandiose qu’imaginé, représentant une synthèse complète du cinéma de son auteur mêlée à un nouveau conte humaniste et sincère.

Lire la suite de « Adieu Les Cons : Marié, Effira et Dupontel »

La jetée : Memento mori

Parmi les cinéastes français peu reconnus, s’il y en a un à qui l’on peut attribuer un impact important sur ses contemporains et poursuiveurs, c’est bien Chris Marker qui, en 1962, a livré avec La jetée, court métrage de 28 minutes, l’une des expérimentations les plus singulières et magnifiques qu’il soit.

Lire la suite de « La jetée : Memento mori »