Assassination Nation : Privé, vous avez dit privé ?

Est-ce que le concept de vie privé est encore valable en 2018 ? À l’heure où nous passons notre vie le nez collé à notre téléphone portable, où l’on connaît plus les hashtags en tendance que ce qui se passe dans le monde, où l’échange verbal s’est transformé en sms et où paraître est bien plus important qu’être, « Assassination Nation » tombe à pic et est … Continuer de lire Assassination Nation : Privé, vous avez dit privé ?

L’Ombre d’Emily : Aussi sombre qu’un couloir mal éclairé

Réalisateur d’une partie des épisodes de la série « The office », à la tête de comédies du style « Mes meilleures amies », « Spy » ou encore « S.O.S Fantômes », Paul Feig explore cette année son côté sombre avec l’adaptation du roman « Disparue » de Darcey Bell. Et jusqu’à présent tout laissait présager un thriller corsé aussi sexy que tendu. Imaginez la déception lorsque le tout se révèle un simple plouf … Continuer de lire L’Ombre d’Emily : Aussi sombre qu’un couloir mal éclairé

Upgrade : Kill mode on

Habitué aux rôles dans des films d’horreur – de qualité plus ou moins discutable -, Leigh Whannell s’attaque début octobre au revenge movie sur fond de science-fiction et de société robotisée pour son second passage derrière la caméra. Paralysé suite à une agression qui a coûté la vie à sa femme, Grey Trace teste un remède expérimental mise au point par un milliardaire. De nouveau … Continuer de lire Upgrade : Kill mode on

[CRITIQUE] Unsane : l’originalité ne fait pas la qualité.

Si Steven Soderbergh est réputé pour avoir une filmographie éclectique (Ocean’s Eleven, Girlfriend Experience, Side Effects…), il a épaté le monde du cinéma avec Sex, Lies and Videotape, film pour lequel il obtient la Palme d’or et le titre du réalisateur le plus jeune à obtenir ce prix (après Louis Malle). En 2018, il est de retour avec un film horrifique portant le nom d’Unsane (Paranoïa en français), avec pour spécificité d’avoir été tourné entièrement en Iphone. Continuer de lire « [CRITIQUE] Unsane : l’originalité ne fait pas la qualité. »

[CANNES 2018] Climax : Purge sous LSD

Ah soit Gaspar Noé on l’aime, soit on le déteste. Et ce n’est pas encore avec son dernier film présenté cette année à la Quinzaine des réalisateurs que cela va arranger les choses. Véritable événement de ce 71e Festival de Cannes, le trailer dévoilé hier nous plonge au coeur d’un (very) bad trip sous LSD virant rapidement à l’insupportable et à l’indigeste, de quoi nous faire rapidement regretter de s’être levé à 5h du matin pour assister à la projection.  Continuer de lire « [CANNES 2018] Climax : Purge sous LSD »

[CANNES 2018] Mandy : Croix de bois, croix de fer, si tu croises Nicolas Cage t’iras en enfer

S’il y a bien un film qu’on attendait sur la Croisette cette année c’est le film de Panos Cosmatos avec en tête d’affiche celui qui se fait bien rare au cinéma – et dont le peu de prestations dernièrement laissent à désirer – Nicolas Cage. Duo improbable pour un film qui l’est tout autant et pourtant terriblement jouissif. Mandy est un revenge movie aussi poussif que survolté, bref on tient là la séance de ce Festival.  Continuer de lire « [CANNES 2018] Mandy : Croix de bois, croix de fer, si tu croises Nicolas Cage t’iras en enfer »

[CANNES 2018] Les Oiseaux de passage : Tragédie amérindienne

Premier film présenté à la Quinzaine des réalisateurs cette année, Les oiseaux de passage est le nouveau film de Cristina Gallego et Ciro Guerra après que ce dernier ai réalisé il y a trois ans L’Etreinte du serpent. Pour ce quatrième long-métrage, il s’est donc accompagné de celle qui est à la fois productrice mais également épouse pour narrer le destin d’une famille indigène Wayuu dans la Colombie fragile des années 70 rapidement happée par le trafic de drogue menaçant ainsi toute une famille – mais aussi une tribu – pour finalement donner naissance aux cartels de drogue. Continuer de lire « [CANNES 2018] Les Oiseaux de passage : Tragédie amérindienne »

[CRITIQUE] Game Night : Mais qui a kidnappé Brooks ?

Les scénaristes du complètement pété Comment tuer son boss ? – mais aussi du extrêmement dispensable Spier-Man Homecoming – reviennent dans un autre style avec une nouvelle comédie empruntant les codes des films d’actions et des thrillers dans Game Night, une sorte de Cluedo géant désopilant, aussi trash que génialement débile où personne n’est à l’abri de rien et où les apparences sont trompeuses.  Continuer de lire « [CRITIQUE] Game Night : Mais qui a kidnappé Brooks ? »

[CRITIQUE] The Third Murder : Sans l’ombre d’un doute

Un an après son merveilleux et bouleversant Après la tempête, Hirokazu Kore-eda délaisse le drame familial pour s’attarder sur un autre genre : le thriller policier. Avec The Third Murder, le réalisateur japonais dissèque les relations familiales à travers le prisme d’une affaire judiciaire en apparence quelconque mais qui s’avère bien plus complexe que ça et où la vérité ne sera jamais dévoilé. Un nouveau coup de maître pour celui qui n’a décidément plus rien à prouver. Continuer de lire « [CRITIQUE] The Third Murder : Sans l’ombre d’un doute »

[CRITIQUE] Revenge : Vengeance sous peyotl

Le film de genre français a encore de beaux jours devant lui. Après la (très) grosse claque Grave de Julia Ducournau (nommé aux César dans les catégories Meilleur premier film, Meilleur scénario original, Meilleur espoir féminin pour Garance Marillier et Meilleure musique) , c’est au tour de Coralie Fargeat de nous proposer un premier long-métrage tendu, gore, oppressant, à la mise en scène sublime et presque un peu trop dans l’air du temps tiens.  Continuer de lire « [CRITIQUE] Revenge : Vengeance sous peyotl »