LES FRÈRES SISTERS : Des frères en or qui cherchent de l’or

On ne présente plus le génie du cinéma français Jacques Audiard qui a obtenu la Palme d’Or pour son film « Dheepan » en 2015. Trois ans plus tard, le metteur en scène fait son grand retour et obtient logiquement le Lion d’argent du meilleur réalisateur à la Mostra de Venise.

En 1850, les Frères Sisters partent à la poursuite d’un chimiste du nom de Warm, traqué par le détective John Morris.

C’est la première fois qu’il met en avant des acteurs américains, et il le fait avec brio, sans oublier que le casting est luxueux. On peut compter Joaquin Phoenix, John Reilly, Jake Gyllenhaal et Riz Ahmed, tous excellents. A vrai dire, les louanges sur le film sont mérités et elles pleuvent depuis ses premières projections, mais c’est extrêmement compliqué d’écrire sur un tel film, c’est de toute façon un film qui doit être vu. Jacques Audiard est au top de sa forme et livre un récit fascinant comme à son habitude, où la complexité de l’être humain dans un contexte de violence et de souffrance livre une part d’humanité.

En effet, les relations humaines sont privilégiées au décor (que l’on voit de toute manière dans tout les westerns), et c’est une initiative intéressante puisque l’on est plongé dans un premier temps au cœur de leur vie, et non pas dans un western classique où il suffit simplement de changer de décors jusqu’à arriver à un dénouement (même si bien évidemment c’est un genre codifié qui est respecté). La fraternité, dans tout les sens du terme, est le fil conducteur du récit. Les personnages sont tous différents les uns des autres, les frères ne se ressemblent en aucun cas mais on s’attache à eux malgré leur métier. Tout comme la question de la modernité qui joue un rôle majeur et novateur dans le genre, comme le concept de la brosse à dents qui est présenté, ou bien alors l’idéologie d’une société de paix développée par les deux autres personnages.

Le prix du réalisateur n’a pas été volé. Si l’écriture reste l’atout principal de Jacques Audiard, la réalisation n’en reste pas délicieuse où chaque instant pourrait être l’affiche du film. C’est surtout le travail sur la lumière qui domine le récit, avec un éclairement croissant lors de son ouverture afin de présenter les personnages petit à petit, en temps et en heure. Sa mise en scène reste créative et possède une poésie authentique, les scènes à cheval sont nombreuses et sont pourtant toujours saisissantes, notamment grâce à la bande-originale d’Alexandre Desplat qui livre une interprétation inhabituelle, loin d’un style Morricone, nous portant tout en intriguant.

« Les Frères Sisters » est un film viscéral, offrant à des hommes une parole, une pensée, et un attachement fraternel émouvant.

Les Frères Sisters de Jacques Audiard. Avec Joaquin Phoenix, Jake Gyllenhaal, John Reilly, Riz Ahmed… 2h01
Sortie le 19 septembre

[CRITIQUE] Brimstone : Un redoutable western où rien n’est jamais acquis 

Pour ceux qui s’attendent à un bon vieux western vous pouvez passer votre chemin, quoique. En revisistant ce thème si cher aux Américains, Martin Koolhoven propose là une idée plus personnelle du western mêlé au drame sur fond de course-poursuite à travers l’Ouest Américain au 19e siècle où la femme était considérée et traitée comme l’inférieur de l’homme. A travers Brimstone, nous suivons le destin de Liz, jeune femme vivant paisiblement avec sa famille jusqu’au jour un prêcheur vient dans son village. Un prêcheur qu’elle connait bien puisqu’il la pourchasse depuis sa plus tendre enfance. S’en suit une véritable course-poursuite où malheureusement il n’y a qu’une seule issue possible.

Un western plus viscéral

Brimstone est ce qu’on peut véritablement appeler un film viscéral. Il vous prend aux tripes de la première jusqu’à la dernière seconde. Malgré ses 2h25, le film file à toute allure dans la vie de cette jeune Liz dont le destin semble intiment lié à celui de ce fameux prêcheur qui ne cesse de la traquer pour d’obscures raisons. Plusieurs confrontations auront lieux entre ces deux protagonistes, toujours froids et douloureux aussi bien physiquement que psychologiquement. La force de ce film réside d’ailleurs dans cette capacité à faire souffrir autant ses personnages que le spectateur lui-même. Rien ni personne n’est épargné et les âmes sensibles feraient mieux de s’abstenir de voir ce film même si l’interdiction aux moins de 16 ans n’est pas forcément justifiée mais ça c’est un autre sujet.

Koolhoven pose également des questionnements concernant la condition de la femme au 19e siècle. Châtiée, punie, avec pour seul rôle celui de nourrir les bêtes et de procréer. Des conditions rudes que le réalisateur a voulu montrer de plein fouet. Non en effet il ne prend pas de pincettes dans ce film et c’est tant mieux, c’est ce qui rend ce film encore plus profond. D’ailleurs il est loin de faire l’éloge de la religion ici puisqu’elle est utilisée par l’homme pour justifier les actes les plus horribles qu’il puisse commettre ou comment utiliser une religion et l’arranger à sa façon pour toujours s’en sortir et ne jamais être puni. Un film qui, malgré son ancrage dans le 19e siècle, reste toujours d’actualité dans notre société.

Dakota Fanning, le pouvoir du regard

Le film est tenu en laisse par deux grands acteurs qui n’ont plus rien à prouver. D’un côté Guy Pearce qui joue certainement là le rôle du plus grand salopard que le cinéma ai connu cette année. Avec cette dégaine et cette allure de faucheuse, armé de son fusil ou de son couteau, la seule chose qui l’anime est de se venger. Se venger de Liz. Pourquoi ? On vous laissera le loisir de le découvrir. Froid, dénué de toutes émotions, comme s’il était devenu dans ce film l’incarnation du diable en personne.

Et de l’autre côté on a la fragile et douce Dakota Fanning qui ne parle pas pendant facilement trois quart du film puisqu’elle est muette. Il n’empêche qu’elle livre là une eprformance incroyable de part l’intensité de son regard et cette peur constante ancrée sur son visage, sachant pertinemment que quelque chose la poursuivra encore et toujours. Liz veut être une femme libre mais à quel prix ? La liberté paraît tellement volatile et éphémère dans ce film qu’on appréhende constamment le moment où elle sera reprise aux mains de Liz. 

Brimstone dégage une vraie puissance dans son approche des femmes, de la religion aussi bien visuellement que psychologiquement. Rarement les westerns se sont fait aussi engagés, crus et sombres. Un très très grand oui pour Martin Koolhoven ! 

Les 8 Salopards : Tarantino au sommet de son art 

KR_JJL_8-salopards

On l’attendait et il est enfin arriver. Le nouveau film de Quentin Tarantino, maître incontesté du cinéma nous offre en cette année 2016 Les 8 Salopards ou comment 8 voyageurs vont se retrouver coincer dans un refuge au cœur de la montagne et surtout qui en ressortira vivant.
Monsieur Tarantino nous dévoile un superbe western au cœur du blizzard et des cowboys. Tandis que l’action se déroule juste après la guerre de Sécession, John Ruth est censé amené Daisy Domergue à Red Rock afin de la faire pendre pour meurtre. Accompagné de Marquis Werren, chasseur de prime et Chris Mannix, nouveau shérif de Red Rock, ils sont dans l’obligation de s’arrêter dans une auberge que Werren semble bien connaître alors que 4 autres voyageurs sont déjà à l’intérieur.

Lire la suite de « Les 8 Salopards : Tarantino au sommet de son art «