Les Cinq Diables : Allô Maman, ici ta fille

Après l’hypnotisant (et envoûtant) Ava en 2017, Léa Mysius revient (enfin) à la réalisation. Présenté à la Quinzaine des cinéastes du dernier festival de Cannes, les Cinq diables ne présente plus un mais plusieurs récits initiatiques, ceux qui permettent à nos sens de s’éveiller, avec un peu de mysticisme. Une réussite dans le fond et la forme.

Lire la suite de « Les Cinq Diables : Allô Maman, ici ta fille« 

L’Envol : Loin de ces fatalités qui collent à leur peau

Lorsqu’il nous a proposé cette formidable adaptation de Martin Eden en 2019, nous sommes resté·es aux aguets quant aux futurs efforts de Pietro Marcello. Deux documentaires plus tard, c’est en France que le cinéaste italien pose sa caméra avec L’envol, présenté à la Quinzaine des réalisateurs cannoise.

Lire la suite de « L’Envol : Loin de ces fatalités qui collent à leur peau »

A night of knowing nothing : Coeur battant

À la base de ce documentaire, sa réalisatrice Payal Kapadia a retrouvé au fond d’un placard une boîte remplie de lettres, de cartes mémoires et de coupures de journaux. Ces mystérieuses lettres sont seulement signées d’une certaine L. De ce matériau de base, la réalisatrice s’attelle à un travail de recherche et de reconstitution en utilisant ces éléments. Presque un travail d’archéologue d’une justesse rare et qui va bien au-delà du travail historique.

Lire la suite de « A night of knowing nothing : Coeur battant »

En Liberté : Emmène-moi rêver ce soir

À travers tous ses films, Pierre Salvadori tente de nous montrer que la comédie française n’est pas synonyme de lente décadence aux contenus totalement aseptisés. Son audace à (entre)mêler les genres offre des moments de comédie et de poésie délicieux et En Liberté ne déroge pas à cette règle.

Lire la suite de « En Liberté : Emmène-moi rêver ce soir »

Hit the road : And he won’t come back no more

Dans la famille Panahi on demande le fils. Tandis que Jafar avait en séance spéciale le documentaire The Year of the everlasting storm, son fils Panah faisait ses premiers pas à la Quinzaine avec son premier long-métrage Hit the road. Et s’il y a bien une chose certaine, c’est que le talent est héréditaire.

Lire la suite de « Hit the road : And he won’t come back no more »

Medusa ou 10 conseils pour faire un selfie chrétien

Dans le Brésil d’aujourd’hui, un groupe de jeunes femmes masquées sévit dans les rues de la ville et s’attaquent aux jeunes femmes qu’elles considèrent comme impures et ayant dévié du droit chemin. Parmi elles, Mariana, 21 ans. Pour elle, l’apparence est primordiale tout comme pour les autres filles qui font partie de leur groupe « The Treasures of the Altar » qui participe régulièrement à la vie de l’église (en chantant des chansons à la gloire de Dieu et en prêchant la bonne parole). Cependant, après une mésaventure à son nouveau travail, Mariana commence à remettre en cause tout le système qui l’entoure tout en prenant garde à ne pas éveiller les soupçons des autres filles pour ne pas subir le même sort que ces « impures ».

Lire la suite de « Medusa ou 10 conseils pour faire un selfie chrétien »

La colline où rugissent les lionnes : Cris ardents

Li, Qe et Jeta sont trois jeunes femmes qui vivent dans un petit village reculé au Kosovo. Là-bas, leur quotidien se résume toujours aux mêmes activités mornes alors qu’elles se retrouvent oppressées par un destin qui semble déjà tout tracé et qu’elles se refusent d’accepter. Dès lors, ces trois lionnes vont tout faire pour sortir de leur cage et découvrir la liberté quitte à flirter avec l’illégalité. Une fougue sans faille qui pousse les filles vers leurs plus beaux moments de liberté avant que la réalité ne vienne les rattraper par la cheville.

Lire la suite de « La colline où rugissent les lionnes : Cris ardents »

Sortilège : Envoutement cinématographique

Vous-êtes-vous déjà demandés ce que ça donnerait un cocktail à base de Stanley Kubrick, Andrei Tarkovski, Terrence Malick et Apitchapong Weerasethakul ? Alaa Eddine Slim oui visiblement et son long-métrage SortilègeTlamess en version originale -, petite sensation de la Quinzaine des réalisateurs 2019, en est l’expression.

Lire la suite de « Sortilège : Envoutement cinématographique »

Yves : (re)Montand

Aujourd’hui, il suffit de dire à un objet réagissant à notre voix qu’on veut écouter une certaine musique, faire nos courses, envoyer un message à nos proches, avoir un 27° bien fumant pour notre eau de bain et le tour est joué. Aussi édifiantes pour l’humanité que sont les avancées des technologies et les intelligences artificielles, le règne de l’assistanat n’a jamais été aussi proche de son comble grinçant. Quand on n’est plus capable de sortir pour choisir trois fruits parce qu’une appli peut le faire à notre place, il y a des questions à se poser.

Lire la suite de « Yves : (re)Montand »

[CANNES 2018] Carmen y Lola : Prends garde à toi

Déjà réalisatrice de huit courts-métrages et documentaires, l’espagnole Arantxa Echevarría débarque à la Quinzaine des réalisateurs avec son premier long-métrage Carmen y Lola, une histoire d’amour entre deux femmes au coeur d’une communauté gitane qui rejette en bloc l’homosexualité. Un premier film loin de prétendre à être un grand film mais qui a le mérite de mettre en lumière un problème quasiment invisible dans une communauté régit par des « traditions » que la jeunesse commence à rejeter. Lire la suite de « [CANNES 2018] Carmen y Lola : Prends garde à toi »

[CANNES 2018] Climax : Purge sous LSD

Ah soit Gaspar Noé on l’aime, soit on le déteste. Et ce n’est pas encore avec son dernier film présenté cette année à la Quinzaine des réalisateurs que cela va arranger les choses. Véritable événement de ce 71e Festival de Cannes, le trailer dévoilé hier nous plonge au coeur d’un (very) bad trip sous LSD virant rapidement à l’insupportable et à l’indigeste, de quoi nous faire rapidement regretter de s’être levé à 5h du matin pour assister à la projection.  Lire la suite de « [CANNES 2018] Climax : Purge sous LSD »

[CANNES 2018] Mandy : Croix de bois, croix de fer, si tu croises Nicolas Cage t’iras en enfer

S’il y a bien un film qu’on attendait sur la Croisette cette année c’est le film de Panos Cosmatos avec en tête d’affiche celui qui se fait bien rare au cinéma – et dont le peu de prestations dernièrement laissent à désirer – Nicolas Cage. Duo improbable pour un film qui l’est tout autant et pourtant terriblement jouissif. Mandy est un revenge movie aussi poussif que survolté, bref on tient là la séance de ce Festival.  Lire la suite de « [CANNES 2018] Mandy : Croix de bois, croix de fer, si tu croises Nicolas Cage t’iras en enfer »

[CANNES 2018] Les Oiseaux de passage : Tragédie amérindienne

Premier film présenté à la Quinzaine des réalisateurs cette année, Les oiseaux de passage est le nouveau film de Cristina Gallego et Ciro Guerra après que ce dernier ai réalisé il y a trois ans L’Etreinte du serpent. Pour ce quatrième long-métrage, il s’est donc accompagné de celle qui est à la fois productrice mais également épouse pour narrer le destin d’une famille indigène Wayuu dans la Colombie fragile des années 70 rapidement happée par le trafic de drogue menaçant ainsi toute une famille – mais aussi une tribu – pour finalement donner naissance aux cartels de drogue. Lire la suite de « [CANNES 2018] Les Oiseaux de passage : Tragédie amérindienne »

[CRITIQUE] The Florida Project : It’s a cruel world

Presque deux ans après la claque Tangerine, Sean Baker revient plus en forme que jamais avec The Forida Project présenté cette année à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes. Le réalisateur continue dans la lignée de son précédent film en filmant les marginalisés du pays de l’Oncle Sam, ceux qu’on a oublié, ceux pourquoi l’American Dream est tout sauf un rêve. En lisière de Disney World, de nombreux motels en bord de route sont devenus des refuges pour familles pour la plupart du temps monoparentales ou qui essaient de joindre les deux bouts comme elles peuvent. Un cauchemar à quelques mètres du monde des merveilles. Lire la suite de « [CRITIQUE] The Florida Project : It’s a cruel world »