First Man : Un nouveau pas pour Damien Chazelle

L’une de nos plus grosses attentes en cette fin d’année était forcément celle-là. Celui qui a fait une véritable razzia à la dernière cérémonie des Oscars avec sa brillante comédie musicale « La La Land » est de retour en cette fin d’année avec un tout nouveau projet aussi ambitieux qu’il est à mille lieux de son domaine de prédilection dans lequel on avait l’habitude de le voir oeuvrer – avec brio qui plus est – (« Whiplash », « La La Land »). « First Man » se veut le portrait d’un homme dont le nom est connu sur toutes les lèvres : Neil Armstrong; le premier homme a avoir posé le pied sur la Lune. Récit d’un véritable parcours du combattant pour réussir cet exploit autant sur le plan technique que psychologique. Et pour ce retour en fanfare, Damien Chazelle a décidé de refaire équipe – et quelle équipe – avec Ryan Gosling dans le rôle-titre. Bref, toutes les planètes étaient alignées pour faire de « First Man » la petite claque de cette fin d’année.

 

L’homme avant l’astronaute 

Pendant près de huit ans, Neil Armstrong suit un entraînement intensif pour finalement toucher la Lune du bout des doigts mais cette vie désormais dédier à cette seule et unique mission n’est pas sans répercussion sur sa vie de famille. Une vie d’ailleurs jonchée par des obstacles que le bonhomme n’a jamais totalement réussi à surmonter – et notamment la mort de sa fille -. Loin d’en faire un biopic sur l’astronaute, Damien Chazelle prend le parti de faire un portrait d’homme avant tout. Un mari, un père, un ami, que la vie n’a absolument pas épargné. « First Man » virevolte entre les entraînements et les apartés avec sa famille et ses coéquipiers devenus des amis au fil du temps. Malgré quelques passages plus faibles – autant rythmiquement que scénaristiquement – lors que Chazelle évoque sa vie personnelle, le film réussi à donner une vraie épaisseur au personnage de Neil Armstrong. Avec son visage mutique qui avait déjà fait son effet notamment dans « Only God Forgives », Ryan Gosling est taillé pour ce rôle, n’hésitant pas à montrer ses failles; en témoigne l’une des dernières scènes lorsqu’il se trouve sur la Lune. 

Laissant ainsi de côté la figure héroïque du bonhomme, « First Man » s’apparente avant tout à un vibrant portrait d’homme prêt à tout pour que cette mission réussisse. Mais à quel prix ? 

La question se pose d’ailleurs en filigrane durant la seconde partie du film alors que les échecs – et accessoirement les morts – s’accumulent et que la population commence à se demander -légitimement – où part tout cet argent et surtout, ne pourrait-il pas être plus utile ailleurs ?

Ryan Gosling est fabuleux – comme à son habitude – mais celle qui tient le reste du film c’est bel et bien Claire Foy. Femme dévouée et aimante, celle qui aspirait à une vie normale voit son mari petit à petit lui glisser entre les doigts alors qu’il est de plus en plus obnubilé par cette mission. La caméra de Chazelle sublime son visage tiré par la fatigue, les épreuves de la vie et cette peur constante de perdre son mari. Absolument splendide et tout en retenue. 

 

Le prodige de la caméra

À croire que Damien Chazelle a un véritable talent pour les scènes d’ouverture. Comment oublier cette fameuse – et bientôt mythique – scène d’ouverture de son « La La Land » tout en légèreté et plan séquence qui nous donnait envie de virevolter en robe jaune sous le soleil de Los Angeles ? Changement de registre pour « First Man » mais une scène d’ouverture tout aussi exceptionnelle. Cinq minutes d’une intensité à en faire frémir plus d’un. Caméra au plus près de Gosling, quasiment étouffée dans cet espace confiné quitte à ne voir quasiment jamais un bout d’espace, Damien Chazelle prend le pari – un poil couillu – de ne pas filmer le grandiose (ce à quoi le film tendait forcément aux premiers abords) pour se concentrer sur un cadre beaucoup plus intimiste. Un cadre qui vire aux scènes étouffantes et anxiogènes au possible lorsque Chazelle filme Gosling emprisonné dans son vaisseau que ce soit lors des différentes phases de test ou lors du voyage vers la Lune. Emprisonnant à la fois son personnage et le spectateur dans cette bulle fragile – la mort rôde à tout instant -, le film grimpe en tension jusqu’à atteindre des sommets, nous ôtant toute possibilité de respirer. La gravité a disparu a l’écran, elle n’est également plus présente dans la salle. À l’image de « Gravity », Chazelle sait imposer les silences quand il le faut mais il faut dire qu’il sait utiliser la musique quand il le faut aussi. Et il faut dire que quand on a au score un certain Justin Hurwitz qui avait déjà fait des merveilles dans « La La Land ». Décidément on tient là une équipe gagnante.

Pas forcément parfait dans toute sa longueur – quelques passages creux qui auraient pu être évités -, « force est de constater que Damien Chazelle réussi son nouveau pari haut la main en faisant de « First Man » un biopic aussi anxiogène qu’il est intimiste et profondément touchant dans son portrait d’un homme bien avant d’être un héros – si tenté qu’il en ai conscience -.

First Man de Damien Chazelle. Avec Ryan Gosling, Claire Foy, Jason Clarke… 2h22
Sortie le 17 octobre

[PORTRAIT] Timothée Chalamet : Le it-boy de 2018

Encore inconnu au bataillon l’année dernière (malgré ses apparitions dans Interstellar et la série Homeland entre 2012 et 2014), Timothée Chalamet est sur le point de devenir le it-boy du grand écran. À seulement 22 ans, le jeune homme à la gueule d’ange peut se targuer d’attirer tous les regards – et au passage la plupart des récompenses – pour son rôle d’Elio dans le déjà acclamé Call Me By Your Name (dans les salles obscures françaises le 28 février prochain). Lire la suite de « [PORTRAIT] Timothée Chalamet : Le it-boy de 2018 »

[CRITIQUE] Moi, Tonya : Peut-on vraiment rire de tout ?

Moi, Tonya était une des grosses attentes de ce début d’année qui voit débouler dans les salles obscures très souvent les meilleurs films de l’année (merci la course aux Oscars). Déjà couronné par trois prix pour Allison Janney en tant qu’actrice dans un second rôle, le film de Craig Gillespie va essayer de rafler la mise aux Oscars où il concourt pour Meilleure actrice (Margot Robbie), Meilleure actrice dans un second rôle (Allison Janney qui a clairement toutes ses chances), et Meilleur montage. Cependant, malgré les critiques dithyrambiques, certains aspects du film dont les violences qu’a subi Tonya Harding peuvent prêter à un coup de gueule. Est-ce qu’on peut vraiment rire de tout ? Surtout en ce moment ? Lire la suite de « [CRITIQUE] Moi, Tonya : Peut-on vraiment rire de tout ? »

[CRITIQUE] La Forme de l’eau : L’amour sous toutes ses formes

Cette année la course à la statuette dorée au mois de mars prochain est effrénée. Alors que Call me by your name et Lady Bird sont les deux derniers prétendants à sortir dans nos salles obscures la semaine prochaine, cette semaine voit débarquer le tant attendu et acclamé La Forme de l’eau  – The Shape of water en V.O -, dernier bébé de Guillermo Del Toro déjà couronné dans la plupart des cérémonies, lui assurant – quasiment – l’Oscar du Meilleur film. Une fable autant poétique que politique. Lire la suite de « [CRITIQUE] La Forme de l’eau : L’amour sous toutes ses formes »

[ACTU] Ce qu ’il faut retenir de l’actualité ciné cette semaine

Cette semaine on vous parle, de l’influence des récompenses sur les films, du nouveau titre pour le volume 3 des Tuches, de Virginie Efira dans un thriller, Batman Vs Superman élu pire film de l’année,  une dernière bande-annonce impressionnante pour Kong, de la sortie confirmée de Saw 8 et une énième bande-annonce pour le tant attendu Pirates des Caraïbes 5.

 

Des salles supplémentaires pour les films récompensés

Image associée

Les cérémonies des Césars et des Oscars ont rendus leurs verdicts et cela a des conséquences positives sur les films récompensés. Ainsi quelques films seront proposés dans plus de salles qu’auparavant. Par exemple le film Elle (César du meilleur film) de Paul Verhoeven passera de 85 à 125 salles à compter du 1er Mars. Quant à Divines sorti l’été dernier, il devrait ressortir dans une quarantaine de salles. Enfin le film primé outre-atlantique Moonlight (Oscar du meilleur film), va passer de 148 à 346 salles dès mercredi prochain.

 

Liberté, égalité, fraterniTUCHE

Jean-Paul Rouve vient de publier une photo du scénario sur le réseau social Twitter où apparaît le titre du futur et troisième volet des Tuches. Il s’appellera donc vraisemblablement  Liberté, égalité, fraterniTUCHE.  Le tournage débutera fin Mai et aura pour sujet une campagne politique. Rappelons que les Tuches 2 ont attirés jusqu’à 4,6 millions de spectateurs en salle.

 Pris(e) de court !

L’actrice Belge Virginie Efira dans la tourmente si l’on en croit le scènario du prochain film  Emmanuelle Cuau  où elle tient le premier rôle. Dans une premiere bande-annonce on découvre un thriller haletant et quelque peu intriguant.  Sortie le 12 Mars.

Synopsis : . Virginie Efira y campe une mère de famille élevant seule ses enfants mais qui n’obtient pas le poste pour lequel elle a tout plaqué. Voyant sa mère aux abois, le fils aîné décide d’emprunter de l’argent à un mafieux local, incarné par Gilbert Melki, élevant une dette de plus de 75000 euros. Dès lors, l’engrenage commence à se refermer sur le personnage de Virginie Efira, celle-ci restant toutefois bien déterminée à défendre ses enfants coûte que coûte.

Batman Vs Superman grand vainqueur…ou pas !

Batman V Superman, grand vainqueur des Razzie Awards 2017

En plus des Oscars, la cérémonie parodique des Razzies Awards a également rendu leurs verdict. Et à ce jeu-là c’est Batman V. Superman qui ressort grand gagnant avec 4 « Framboises d’Or » (nom des récompenses)  dont pire combinaison pour Ben Affleck et Henry Cavill, pire acteur dans un second-rôle pour Jesse Eisenberg, pire suite et pire scénario.En dehors de ce film c’est Hillary’s America : The Secret History of the Democratic Party, un film documentaire sur Hilary Cinton, qui a décroché 4 Famboises d’Or également.

Voici le palmarès :

Pire film : Hillary’s America : The Secret History of the Democratic Party

Pire remake, spin-off ou suite : Batman V Superman

Pire acteur : Dinesh D’Souza pour Hillary’s America : The Secret History of the Democratic Party

Pire actrice : Becky Turner pour Hillary’s America : The Secret History of the Democratic Party

Pire réalisateur : Dinesh D’Souza pour Hillary’s America : The Secret History of the Democratic Party

Pire acteur dans un second-rôle : Jesse Eisenberg pour Batman V Superman

Pire actrice dans un second-rôle : Kristen Wiig pour Les Cerveaux et Zoolander 2

Pire scénario : Batman V Superman

Pire prequel, spin-off ou suite : Batman V Superman

Pire combinaison à l’écran : Ben Affleck et Henry Cavill pour Batman V Superman

Kong arrive à grands pas

Prévu pour le 8 Mars prochain, le long métrage Kong : Skull Island se révèle à nouveau dans une bande-annonce finale à l’allure guerrière et apocalyptique. Réalisé par Jordan Vogt-Roberts le film suit 2 explorateurs devant faire équipe avec des paramilitaires en exploration sur l’île de Skull. Là, en plus d’autres grosses créatures féroces, ils découvrent l’existence d’un gigantesque primate qui garde les lieux de la menace humaine, Kong. L.

 

Saw 8 pour le prochain Halloween

Tobin Bell est Jigsaw, le tueur-manipulateur de la saga

L’information concernant un huitième film de la saga Saw vient d’être confirmé par Tobin Bell l’interprète de l’emblématique Jigsaw. Comme pressenti il s’intitulera Saw : Legacy et il sortira vraisemblablement le 27 Octobre prochain c’est-à-dire pendant la période d’Halloween.  Tobin Bell jouera dans quelques scènes mineures du film.  Le film est actuellement en post-production et bien sûr on attend une première bande-annonce prochainement.

Synopsis :le film commence avec une enquête sur plusieurs corps qui ont été retrouvés aux quatre coins de la ville. John Kramer, un officier, se lance à la poursuite du tueur tout en sachant que Jigsaw est décédé depuis des années et que cela ne peut pas être lui.

La jeunesse de Jack Sparrow

Pour finir une nouvelle bande-annonce pour Pirates des Caraïbes: la vengeance de Salazar où l’on découvre un Jack Sparrow bien plus jeune le temps d’un flashbach  qui nous permet de mieux comprendre l’origine du conflit avec le capitaine Salazar. Pour ce rajeunissement Disney a utilisé une technologie numérique innovante. Le film est toujours prévu pour le 24 Mai prochain.

D’autres news Dimanche prochain ! 

 

[FOCUS] Oscars 2017 : La La Land repart avec 7 trophées… non en fait 6 !

La cérémonie tant attendue des Oscars s’est déroulée cette nuit au Dolby Theater et cette année c’est l’animateur Jimmy Kimmel qui était aux commandes de cette prestigieuse cérémonie. L’occasion pour l’animateur de lancer quelques piques à l’actuel Président et à se moquer de nouveau de son éternel meilleur ennemi, Matt Damon. Justin Timberlake a ouvert la soirée avec son titre Can’t Stop The Feeling et plus que jamais cette année les Oscars sont un pied-de-nez à Donald Trump et sa politique notamment avec l’absence d’Asghar Farhadi, récompensé par l’Oscar du Meilleur film étranger. On notera également que Mahershala Ali est le premier musulman à gagner un Oscar et c’est Donald Trump qui va être content.

Sur une note plus légère, les invités ont eu le droit à des sacs de bonbons tombés du ciel tandis qu’un bus de touristes ont eu la surprise de se rendre dans le Dolby Theater en direct.

Et enfin le retournement de situation le plus inattendu de la soirée revient à l’Oscar du Meilleur film. D’abord annoncé comme grand gagnant, La La Land a du rendre son trophée car suite à une erreur de Warren Beatty, c’est bel et bien Moonlight qui est sacré Meilleur film ! Malgré tout La La Land repart avec 6 trophées dont celui de la Meilleure actrice pour Emma Stone et de Meilleur réalisateur pour Damien Chazelle qui, à seulement 32 ans, est le plus jeune réalisateur à remporter ce trophée.

Retrouvez le palmarès complet de cette soirée riche en émotions :

Meilleur film : Moonlight

Meilleur scénario original : Manchester by the sea

Meilleur scénario adapté : Moonlight

Meilleur réalisateur : Damien Chazelle

Meilleur acteur : Casey Affleck

Meilleure actrice : Emma Stone

Meilleure actrice dans un second rôle : Viola Davis

Meilleur acteur dans un second rôle : Mahershala Ali

Meilleur film étranger : Le Client de Asghar Farhadi

Meilleur documentaire : O.J Made in America de Ezra Edelman

Meilleur court métrage d’animation : Piper

Meilleur film d’animation : Zootopie

Meilleurs maquillages et costumes : Suicide Squad

Meilleurs costumes : Les Animaux Fantastiques

Meilleur montage sonore : Premier Contact

Meilleur mixage sonore : Tu ne tueras point

Meilleurs décors : La La Land

Meilleurs effets spéciaux : Le Livre de la jungle

Meilleur montage : Tu ne tueras point

Meilleur court métrage documentaire : The White Helmets

Meilleur court métrage de fiction : Sing

Meilleure photographie : La La Land

Meilleure musique de film : La La Land

Meilleure chanson originale : « City of stars », La La Land

 

Retrouvez les meilleurs moments de la soirée en vidéo

 

[CRITIQUE] Lion : Un film qui manque cruellement d’émotion

Lion était annoncé depuis des mois comme l’un des films les plus bouleversants de l’année, étant même surnommé « Le nouveau Slumdog Millionnaire » et pourtant… Parfois mieux vaut éviter de ce fier à ce trop plein de ferveur envers un film car malgré une bande-annonce aux premiers abords alléchante, Lion n’arrive pas à sortir du lot et dont le taux lacrymale risque de vous énerver plus qu’autre chose.

363964-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Sunny Pawar, une petite révélation

BAFTA du meilleur acteur pour Dev Patel, on oublie bien trop le jeune Sunny Pawar qui joue Saroo jeune. Une petite bouille d’ange qui vous fait craquer dès les premières minutes et une histoire qui émeut. Ce petit garçon orphelin perdu dans Calcutta comprend bien vite qu’il ne retrouvera pas sa mère, son frère et sa soeur. Sunny Pawar nous touche par sa fougue, son sourire et son histoire. Une histoire que Saroo n’oublie pas une vingtaine d’années plus tard. Incarné par Dev Patel, l’acteur anglais tient pour la première fois la tête d’affiche ce qui lui vaut une jolie nomination aux Oscars et un pourcentage de réussite assez élevé. Dev Patel fait sans aucun doute partie de ces acteurs charismatiques dont les émotions arrivent à passer seulement par le regard. C’est puissant, c’est assez bouleversant mais à trop vouloir faire du pathos, on en fait une overdose.

Un taux lacrymal qui frise l’indécence

On l’a compris, ce film est fait pour pleurer pourtant ce n’était pas nécessaire d’en faire des caisses. L’histoire parle d’elle même et dégage assez d’émotions comme ça alors quand on y ajoute une Nicole Kidman dont la seule tâche dans ce film est de pleurer, ce n’est juste pas supportable. Parce que Nicole Kidman pleure quand elle est heureuse, quand elle est triste, quand elle est debout, quand elle est assise et nous on veut juste qu’elle arrête.

L’impact émotionnel du film est également amoindri à cause d’un problème de chronologie dans le scénario. Il aurait été plus judicieux d’ouvrir le film sur Saroo adulte qui justement replonge dans ses souvenirs au fur et à mesure, permettant ainsi au spectateur de découvrir son histoire petit à petit jusqu’à son magnifique dénouement. Au contraire, on sait tout depuis le début et résultat, on s’ennuie un peu.

On notera malgré tout la participation de Sia pour la chanson du générique de fin, sublime, tellement parlante, tellement parfaite, bref tellement Sia quoi.

Dev Patel a le potentiel pour espérer gagner son Oscar demain soir cependant il est certain que Lion ne gagnera pas celui de Meilleur Film, la faute à un trop plein de sentiments qui finissent par étouffer le film malgré la superbe histoire derrière.

Ma note : ★★★★★

[ACTU] Ce qu’il faut retenir de l’actualité ciné cette semaine

Au menu cette semaine, Georges Clooney honoré, Asghar Farhadi n’ira pas aux Oscars, Cannes a « élu » son président, la suite d’Avatar en développement, Ben Affleck jette l’éponge et Intouchables version USA enfin en marche !

 

Georges Clooney à l’honneur

In The Air George Clooney

Après la défection de Roman Polanski en tant que Président de la cérémonie des Césars le 24 Février prochain et son non remplacement, Georges Clooney sera lui récompensé avec un César d’honneur pour l’ensemble de sa carrière.  Pour  l’Académie des Arts et Techniques du Cinéma « George Clooney,  [est] un nom à tout jamais inscrit au Panthéon des acteurs de légende« .

Découvrez l’affiche de la cérémonie 

Marion Cotillard star de l’affiche des César 2017

 

Asghar Farhadi contraint au boycott

Suite au décret (interdisant l’accès au territoire américain à des ressortissants de certains pays musulmans) du nouveau Président des USA Donald Trump, la présence du réalisateur iranien nommé aux Oscars pour le meilleur film étranger Le Client semblait menacé. Face à cette incertitude il a décidé de boycotter cette prestigieuse cérémonie juste après son actrice Taraneh Alidoostiqui qui a pris une décision similaire. Asghar Farhadi avait déjà obtenu cette récompense avec le long métrage Une Séparation en 2011.

Le festival de Cannes a choisi son Président

Pedro Almodovar président du festival de Cannes 2017

Pour le festival de Cannes prévu du 17 au 28 Mai prochain Pedro Almodovar a été choisi pour présider la cérémonie. Ce choix n’est pas vraiment surprenant pour un réalisateur ayant monter les marches à plusieurs reprises notamment pour les films Tout sur ma mère ou encore Volver. Le cinéaste espagnol s’est dit « heureux de fêter le 70e anniversaire du Festival du Film de Cannes dans cette fonction si privilégiée ».

 

La suite d’Avatar en tournage dès le mois d’Août

Afficher l'image d'origine

La suite d’Avatar devrait entrée en production au mois d’Août si l’on en croit les propos du célèbre réalisateur James Cameron. En effet ce dernier travaille sur Avatar 2, 3, 4 et 5 depuis de nombreux mois et il vient d’ailleurs de terminer l’écriture du cinquième volet. Il se consacre à présent sur les préparatifs de tournage prévu pour cet été avec d’abord la performance capture dès le mois d’Août. Si cela se confirme le premier film pourrait sortir sur nos écran dès la fin 2018 et l’ensemble des 5 films devraient s’étendre jusqu’en  2023. James Cameron devrait continuer à explorer Pandora et les acteurs principaux seraient de retour également.

 

Ben Affleck ne réalisera pas The Batman

Ben Affleck dans Batman V Superman de Zack Snyder

Alors qu’il devait réaliser le prochain film The Batman, Ben Affleck n’occupera pas cette fonction finalement. En effet en plus d’être réalisateur et producteur le cinéaste devait également endosser le costume du super-héros. Face à cette charge de travail et afin d’éviter que cela ne se ressente sur la qualité du film, Warner Bros et Ben Affleck ont pris cette décision conjointement. Il gardera néanmoins sa casquette de producteur et d’acteur dans ce film à venir. Un remplaçant devra donc être désigné prochainement. Affaire à suivre.

 

 

Le tournage d’Intouchables a commencé

Kevin Hart reprend le rôle d'Omar Sy

Le film maintenant culte et au 20 millions d’entrées Intouchables va bel et bien avoir un remake sauce USA. Le tournage vient de débuter et c’est l’acteur  Kevin Hart (ex Breaking Bad) reprenant le rôle d’Omar Sy qui nous l’apprend via le réseau social Instagram. Au niveau du casting on retrouve Nicole Kidman dans le premier rôle féminin et Bryan Cranston  quant à lui reprendra le rôle de François Cluzet.

D’autres news Dimanche prochain ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Logo partenaire Dailymotion
00:4001:48
  • Infos
  • Partager
  • Ajouter à
  • Playlists
http://www.premiere.fr/film/A-bras-ouverts
Figure de la scène littéraire et médiatique française, Jean-Etienne Fougerole est un intellectuel humaniste marié à une riche héritière déconnectée des réalités. Alors que Fougerole fait la promotion dans un débat télévisé de son nouveau roman « A bras ouverts », invitant les plus aisés à accueillir chez eux les personnes dans le besoin, son opposant le met au défi d’appliquer ce qu’il préconise dans son ouvrage. Coincé et piqué au vif, Fougerole prend au mot son adversaire et accepte le challenge pour ne pas perdre la face. Mais dès le soir-même, on sonne à la porte de sa somptueuse maison de Marnes-la-coquette… Les convictions des Fougerole vont être mises à rude épreuve !

[CRITIQUE] Moonlight : Barry Jenkins frappe fort

Avec pas moins de 105 prix, Moonlight est le plus sérieux concurrent au superbe La La Land pour la course à l’Oscar du meilleur film. Moonlight c’est l’histoire de Chiron à travers les âges de sa jeunesse tumultueuse à sa vie d’adulte dans un monde où il ne trouve pas forcément sa place. Avec déjà un Golden Globes du meilleur film en sa possession, Moonlight a de fortes chances de rafler aussi l’Oscar avec cette fresque de vie intimiste et magnifiquement interprété. 

162340-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Des interprétations magistrales

La force et la beauté du film réside dans ce casting qui dégage une telle intensité. Notamment les trois acteurs incarnant chacun une tranche de vie de Chiron. Chacun à leur manière, ils apportent une sensibilité à ce personnage que ce soit Chiron surnommé « Little » dans sa jeunesse avec ce visage et ces silences qui en disent long sur son mal-être ou le Chiron adolescent tourmenté par son orientation sexuelle et finalement le Chiron adulte qui s’est peut-être un peu perdu en chemin. Une mention spéciale à Mahershala Ali qui brille dans le film par son interprétation de ce père de substitution mais qui s’avère être aussi dealer de drogue et qui essaie de garder Chiron dans le droit chemin.

Les rôles féminins ne sont pas en reste que ce soit Teresa, cette mère de substitution chez qui le Chiron adolescent se réfugie régulièrement pour échapper à sa mère constamment droguée et qui, quand elle ne l’est pas, se contente de voler l’argent de son fils. Une très grande interprétation de la part de Naomie Harris. Barry Jenkins arrive dans le film à mettre tous ses personnages sur le même piédestal.

Une esthétique à couper le souffle

Mais Moonlight c’est avant tout un film sur la famille, l’amour et comment trouver l’amour, les repères qu’il nous manque pour avancer. Parce que tout le film tourne autour de Chiron qui, dès le plus jeune âge, n’a pas eu l’attention et l’amour qu’il aurait du avoir. Pour seule figure paternelle un dealer de drogue, Chiron a du composer avec une homosexualité qu’il a eu du mal à accepter, des problèmes à l’école et une mère qui n’a pas su l’aimer comme il fallait.

Ajoutez à cela une esthétique sans pareille; délicate, aux couleurs subtiles et sublimes et de magnifiques plans comme celle où Chiron se trouve dans l’eau avec Juan ainsi que les gros plans sur ces visages à la fois inexpressifs et brisés. Et comme pour parfaire le tout, une BO incroyable qui réveille en nous quelque chose qu’on ne saurait décrire.

Une seule chose est sûre, Barry Jenkins frappe très fort à quelques semaines des Oscars avec une oeuvre bouleversante loin du pathos et du blockbuster habituel. Intimiste, discret mais terriblement efficace.

Ma note : ★★★★★

[ACTU] Oscars 2017 : La La Land bat tous les records, Isabelle Huppert part favorite…

On l’attendait tous, voilà enfin la liste des nommés pour la cérémonie des Oscars qui auront lieu la nuit du 26 février et sans grande surprise, c’est la comédie musicale La La Land de Damien Chazelle qui rafle pas moins de 14 nominations dont Meilleur film, Meilleur actrice, Meilleur acteur bref… La La Land risque de battre encore de nouveaux records le mois prochain. On notera aussi la présence d’Isabelle Huppert qui part déjà favorite pour l’Oscar de la Meilleure actrice dans Elle même si le film n’a pas été sélectionné pour l’Oscar du meilleur film étranger. Autre surprise, Silence et Nocturnal Animals qui ont été un peu boudé avec seulement une nomination et Xavier Dolan qui, pour la troisième fois, ne participera pas aux Oscars dans la catégorie Meilleur film étranger.

Découvrez sans plus attendre la liste complète des nominations :

MEILLEUR FILM

Premier contact
Tu ne tueras point
Les Figures de l’ombre
Lion
Moonlight
Fences
Comancheria
La La Land
Manchester by Sea

MEILLEUR RÉALISATEUR

Denis Villeneuve pour Premier contact
Mel Gibson pour Tu ne tueras
Damien Chazelle pour La La Land
Kenneth Lonergan pour Manchester by the Sea
Barry Jenkins pour Moonlight

MEILLEURE ACTRICE

Isabelle Huppert pour Elle
Ruth Negga pour Loving
Natalie Portman pour Jackie
Emma Stone pour La La Land
Meryl Streep pour Florence Foster Jenkins

MEILLEURE ACTRICE DANS UN SECOND ROLE

Viola Davis pour Fences
Naomie Harris pour Moonlight
Nicole Kidman pour Lion
Octavia Spencer pour Les Figures de l’ombre
Michelle Williams pour Manchester by the Sea

MEILLEUR ACTEUR

Casey Affleck pour Manchester by the Sea
Andrew Garfield pour Tu ne tueras point
Ryan Gosling pour La La Land
Viggo Mortensen pour Captain Fantastic
Denzel Washington pour Fences 

MEILLEUR ACTEUR DANS UN SECOND ROLE

Mahershala Ali dans Moonlight
Jeff Bridges dans Comancheria
Lucas Hedges dans Manchester by the Sea
Dev Patel dans Lion
Michael Shannon dans Nocturnal Animals

MEILLEURE PHOTOGRAPHIE

Bradford Young pour Premier contact
Linus Sandgren pour La La Land
Greig Fraser pour Lion
James Laxton pour Moonlight
Rodrigo Prieto pour Silence

MEILLEUR SCÉNARIO ORIGINAL

Comancheria
La La Land
The Lobster
Manchester by the Sea
20th Century Woman

MEILLEUR SCÉNARIO ADAPTÉ

Premier contact
Fences
Les figures de l’ombre
Lion
Moonlight

MEILLEUR FILM ÉTRANGER

Land of Mine de Martin Sandvliet (Danemark)
A Man Called Ove de Hannes Holm (Suède)
Le Client d’Asghar Farhadi (Iran)
Tanna de Martin Butler (Australie)
Toni Erdmann de Maren Ade (Allemagne)

MEILLEUR FILM D’ANIMATION

Kubo et l’armure magique
Vaiana
Ma vie de courgette
La Tortue rouge
Zootopie

MEILLEUR DOCUMENTAIRE

Fire at Sea
I am not your Negro
Life, Animated
O.J. : Made in America
13th

MEILLEUR COURT-METRAGE DOCUMENTAIRE 

Extremis
41 Miles
Joe’s Violon
Watani : My Homeland
The White Helmets

MEILLEURS COSTUMES

Joana Johnston pour Alliés
Colleen Atwood pour Les Animaux fantastiques
Consolata Boyle pour Florence Foster Jenkins
Madeline Fontaine pour Jackie
Mary Zophres pour La La Land

MEILLEUR MONTAGE 

Premier contact
Tu ne tueras point
Comancheria
La La Land
Moonlight

MEILLEUR MONTAGE SON

Premier contact
Deepwater Horizon
Tu ne tueras point
La La Land
Sully

MEILLEUR MIXAGE SON

Premier contact
Tu ne tueras point
La La Land
Rogue One : A Star Wars Story
13 Hours

MEILLEURS EFFETS SPECIAUX 

Deepwater Horizon
Doctor Strange
Le Livre de la Jungle
Kubo et l’armure magique
Rogue One : A Star Wars Story

MEILLEURS DÉCORS 

Premier Contact
Les Animaux fantastiques
Ave, César !
La La Land
Passengers

MEILLEURS MAQUILLAGES ET COIFFURES

A Man Called Ove
Star Trek Beyond
Suicide Squad

MEILLEUR COURT-METRAGE 

Ennemis intérieurs
La Femme et le TGV
Silent Nights
Sing
Timecode

MEILLEUR COURT-METRAGE ANIMÉ

Blind Vaysha
Borrowed Time
Pear Cider and Cigarettes
Pearl
Piper

MEILLEURE BANDE ORIGINALE 

Jackie de Mica Levi
La La Land de Justin Hurwitz
Lion de Dustin O’Halloran et Hauschka
Moonlight de Nicholas Britell
Passengers de Thomas Newman

MEILLEURE CHANSON

« Audition (The Fools Who Dream) » dans La La Land
“Can’t Stop the Feeling” dans Trolls
“City of Stars” dans La La Land
“The Empty Chair” dans Jim : The James Foley Story
“How Far I’ll Go” dans Vaiana