Montana Story : This is the end

Tout porte à croire par son titre que Montana Story lorgnerait autour du Western, malheureusement on en est très loin. Présenté en compétition à Deauville, le film parle des conflits familiaux dans un immense décor montagneux. Cal et Erin sont frère et sœur, ils se réunissent après l’attaque cérébrale du patriarche qui les amène à devoir gérer le ranch et le père alité.

Lire la suite de « Montana Story : This is the end »

War Pony – Il était une fois dans la réserve

Il est toujours nécessaire de voir des films qui prennent à bras le corps le sujet des réserves amérindiennes. On se souvient que tout un pan de la société américaine est la plupart du temps mis à l’écart. Dans ces rares films, toujours indépendants, il est intéressant de penser à Wind River de Taylor Sheridan, qui aborde avec une sincère âpreté la vie en réserve. War Pony est quant à lui un film nécessaire et sans ambages qui dévoile l’abandon des amérindiens à travers le chemin de vie de deux personnages.

Lire la suite de « War Pony – Il était une fois dans la réserve »

Watcher – Fenêtre sur Bucarest

Tout semble présager un film héritier du cinéma d’Hitchcock. Un thriller à la limite du réel, des enjeux puissants élevés par l’interprétation de son actrice principale. Watcher est le premier film réalisé par Chloe Okuno, qui a le droit à son avant-première à l’édition 2022 de Sundance. Pour son premier récit, elle nous emmène en Roumanie où nous suivons la vie d’expatriés américains. Bucarest est inconnue des yeux de Julia, jouée par Maika Monroe, qui accompagne son mari Francis, en partie originaire du pays.

Lire la suite de « Watcher – Fenêtre sur Bucarest »

Absolute Denial – Al l’intelligence artificielle

Le réalisateur Ryan Braund est le genre de personne qui a tendance à nous énerver. C’est celui qui pendant le premier confinement s’est lancé dans la création d’un long-métrage d’animation, alors que d’autres ont eu l’impression d’avoir vécu dans un trou noir où peu de choses en sont sorties. Absolute Denial est un film d’animation rotoscopé à l’épure déconcertante, qui a séduit Annecy et le PIFFF. Nous découvrons une œuvre de l’ordre de l’expérimentation, visuelle et narrative, qui amène un questionnement en phase avec la transition technologique que nous vivons actuellement.

Lire la suite de « Absolute Denial – Al l’intelligence artificielle »

Stéphane : Le baltringue, et plus si affinités

Il y a toujours ce personnage étrange, loin d’être méchant, qui devient vite lourd, et que l’on regrette avoir accosté dans le cadre de nos passions. Un·e voisin·e de salle de cinéma, une tête supposément sympathique dans la fosse d’un concert… Ici, ce n’est pas dans la salle mais sur l’écran que nous le retrouvons, en la personne de Stéphane, vrai/faux cascadeur qui s’incruste sur le court métrage du jeune Timothée, et l’embarque dans un cauchemar éveillé où plus personne n’est aux manettes.

Lire la suite de « Stéphane : Le baltringue, et plus si affinités »

Un Monde : La cour des grands 

Un Monde est le premier long-métrage et la deuxième réalisation, après le court-métrage Les Corps étrangers (2014), de la réalisatrice belge Laura Wandel. Le film, construit autour de deux frère et soeur, Nora et Abel, représente un message puissant sur la dangerosité et l’aspect non-maîtrisable du harcèlement scolaire.

Lire la suite de « Un Monde : La cour des grands « 

La Mif : Dépeindre une réalité sociale

En compétition au Festival International du Film de Berlin, triplement primé au Festival du film de Zurich, présenté dans le cadre de la compétition européenne de l’Arras Film FestivalLa Mif a eu le droit à une véritable tournée des festivals nationaux et internationaux.

Lire la suite de « La Mif : Dépeindre une réalité sociale »

Down with the King : Le couronnement d’un Roi ?

La 47ème édition du Festival du Cinéma Américain de Deauville s’acheva sur la remise du Grand Prix au film Down with the King du réalisateur français Diego Ongaro. Ayant obtenu sa première diffusion française à l’ACID (Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion) durant le Festival de Cannes en juillet dernier, le film acquière, avec ce Grand Prix, sa première récompense majeure.

Lire la suite de « Down with the King : Le couronnement d’un Roi ? »

CANNESERIES 2021 : Liberté série

Pour sa 4ème édition, le festival CANNESERIES nous a très gentiment invité à découvrir, en avant-première, les diverses séries qui composeront la sélection officielle en compétition du 8 au 13 octobre 2021. 10 séries longues et 10 séries courtes rythmeront ainsi la croisette durant cette nouvelle édition du festival. Cependant, il est important de noter que CANNESERIES sera également accessible gratuitement en ligne pour tous ceux n’ayant pas la possibilité de traverser la France jusqu’à Cannes durant ce pluvieux mois d’octobre. Pour cela rien de plus simple, il vous suffit de vous rendre sur le site officiel du festival. Vous pourrez y retrouver les séries courtes, disponible durant toute la durée du festival, les séries longues pour une durée de 48h après leur diffusion à Cannes, ainsi que diverses rencontres en lignes avec les équipes de productions et de réalisations. Nous avons ainsi visionné l’intégralité de cette compétition officielle afin de vous proposer nos coups de cœur.

Lire la suite de « CANNESERIES 2021 : Liberté série »

The Novice : Baptême de l’eau pour Lauren Hadaway

Premier long-métrage de Lauren Hadaway, The Novice, en compétition au 74ème Festival du Cinéma Américain de Deauville, condense tout le savoir-faire de sa réalisatrice au sein d’une seule et même oeuvre. Le film suit le parcours d’Alex Dall durant sa première année à l’université. Elle s’inscrit au club d’aviron de son école, mais sa recherche constante de l’excellence la pousse dans ses derniers retranchements. Afin de surpasser les autres étudiantes, Alex repousse toujours ses limites jusqu’à tomber dans l’obsessionnalisation de sa réussite personnelle. 

Lire la suite de « The Novice : Baptême de l’eau pour Lauren Hadaway »

The Last Son : le Barbare, la Brute et le Shérif

À la fin du 19ème siècle, apprenant l’existence d’une prophétie le destinant à être assassiné par l’un de ses enfants, Isaac LeMay décide de partir à la recherche de ceux-ci dans le but de les éliminer. Son fils Cal, lui aussi habité par une frénésie meurtrière, ainsi que des shérifs et des chasseurs, se mettent en travers de sa route et compliquent la tâche du père. 

Lire la suite de « The Last Son : le Barbare, la Brute et le Shérif »

Pleasure : Gimme, gimme

Bella a 20 ans et des rêves plein la tête. Enfin, surtout un : devenir la nouvelle star du porno. Venue directement de Suède (en omettant de dévoiler les vraies raisons de son départ à sa famille), la jeune femme sait ce qu’elle veut. Rapidement plongée dans ce milieu, elle en découvre les avantages mais aussi les inconvénients et la toxicité inhérente.

Lire la suite de « Pleasure : Gimme, gimme »

Flag Day : Gimme my Chopin disc back, you bitch !

Cinq années après l’affaire The Last Face, Thierry Frémaux offre à Sean Penn le cadeau (empoisonné ?) d’un retour au Festival de Cannes par la grande porte : la Sélection officielle en compétition. En quelques mots, The Last Face fut l’une des pires séances cannoises des dix dernières années : un accueil glacial, une salle de cinéma se vidant au fur et à mesure de la projection, des huées pendant et après le film, des critiques cinglantes… Ce retour du réalisateur sur les lieux de la mort prématurée de son dernier film tient autant du courage à toute épreuve que du masochisme le plus complet. 

Lire la suite de « Flag Day : Gimme my Chopin disc back, you bitch ! »

Julie en 12 chapitres : portrait d’une femme, d’une génération, de l’humanité…

En compétition cannoise en 2021, le film de Joachim Trier peut paraitre insignifiant de prime abord. C’est simple : il s’agit de faire le portrait d’une femme, Julie, sur le point d’entrer dans la trentaine. Anodin ou vu et revu que cette tranche de vie ? Que nenni.

Lire la suite de « Julie en 12 chapitres : portrait d’une femme, d’une génération, de l’humanité… »

Mosquito State : Plus d’actions chez Baygon !

Dans la catégorie « indispensable du cinéma de genre« , on nomme le body horror ; un artifice hautement graphique, qui peut jouer avec les corps et les voir s’opérer des meilleures transformations devant nos yeux apeurés. La promesse d’un homme-moustique, c’est nombre de terreurs appréhendées, de moments où l’on risque de détourner les yeux. Ce qu’on ne savait pas, c’est qu’en plus de jouer cette carte avec habileté, Mosquito State ajoute à sa lecture un pamphlet très informatif sur la situation boursière, accompagné d’une belle remontrance anticapitaliste. Et ça, avec beaucoup moins d’habileté.

Lire la suite de « Mosquito State : Plus d’actions chez Baygon ! »