[CRITIQUE] Avengers Infinity War : Thanos maître du jeu

La longue et douloureuse attente arrive enfin à son terme. L’ère Avengers touche doucement mais sûrement à sa fin avec un final divisé en deux volets et dont le second sortira courant de l’année prochaine. Et le moins qu’on puisse dire c’est que Marvel a mis les petits plats dans les grands  – ou plutôt les petits gants dans les grands – même si les premières critiques fondées sur seulement une vingtaine de minutes du film sorties il y a quelques semaines ne laissaient pas forcément présager quelque chose de bon à l’heure où on aime bien crier au « film de l’année » un peu trop souvent. Alors est-ce que Avengers Infinity War est-il le meilleur Marvel – depuis le précédent meilleur Marvel qui était Black Panther donc – ? Réponse garantie 100% no spoiler ! Lire la suite de « [CRITIQUE] Avengers Infinity War : Thanos maître du jeu »

[CRITIQUE] Ghost In The Shell : Un film creux seulement sauvé par ses pirouettes visuelles

Voilà déjà plusieurs mois qu’on nous martèle à coup d’affiches XXL et de bande-annonces à tout va la sortie imminente d’un film très attendu (mais aussi très critiqué) avec à sa tête la charismatique Scarlett Johansson. Ghost In The Shell est l’adaptation des long-métrages animés sortis en 1995 et 2004 qui eux-mêmes sont basés sur le manga crée par Masamune Shirow. A coup d’effets spéciaux plus impressionnants les uns que les autres, Rupert Sanders livre une idée bien précise du Major, cyborg dernière génération dont l’esprit a fusionné avec un corps aux capacités cybernétiques hors du commun qui découvrira rapidement qu’on lui a menti sur son passé. Alors au final, est-ce que cette adaptation vaut le coup ?

Simplifier le film pour le rendre tout public

Malgré le succès international du manga, tout le monde ne connait pas son univers complexe c’est un fait et essayer de le résumer ici relèverait de l’impossible. Un sacré défi pour Rupert Sanders dont son seul autre film Blanche-Neige et le Chasseur est loin d’avoir marqué le cinéma à défaut d’avoir marqué le monde people pour ses frasques. Il n’empêche que le réalisateur hérite là d’un immense barnum qu’il faut à tout prix simplifier pour le spectateur lambda évidemment. Même si au début on est un peu largué par ce trop plein d’informations, Rupert Sanders prend bien soin de nous prendre par la main pour nous expliquer le film, ses tenants et ses aboutissants. Résultat, le tout sonne creux et terriblement simpliste vis-à-vis de l’univers Ghost In The Shell et tout ce qu’il représente outre ces perpétuelles questions du robot prenant petit à petit le pas sur l’humain.

La politique du White Washing qu’a subi Scarlett Johansson et le film bien avant sa sortie peut en effet se poser une fois le film vu. Adapter un manga c’est bien, le rendre « multi-culturel » et avoir un casting un japonais qui traine par ci par là ça l’est un peu moins. Les puristes vous diront que c’est un crime de l’avoir adapté de cette façon, moi je me contenterai de vous dire que le choix n’est pas très logique sachant par ailleurs que le chef de la Section 9 est japonais et qu’il parle japonais alors que tous les autres parlent anglais… alors que nous sommes au Japon. Vous aussi vous ne comprenez pas ?

Evidemment cela ne remet pas en cause les performances des différents acteurs notamment Scarlett Johansson qui tient d’une main de maître le rôle du Major. Froide, dénuée de sentiments avec cet aspect robotique qui la rendrait presque invincible. Elle a bossé son rôle et ça se ressent. Le reste du casting s’en sort plutôt pas mal même Juliette Binoche qui, soyons honnêtes, est la dernière personne qu’on aurait pensé voir dans ce film.

Une belle réussite visuelle

Les performances visuelles de Ghost In The Shell permettent sans aucun doute de sauver quelque peu le film et nous faire passer un bon moment. Mélangeant effets spéciaux et vrais décors, Rupert Sanders respecte à la lettre l’univers développé par le manga avec des décors léchés et des couleurs sublimes. Les scènes de bagarres restant les plus impressionnantes notamment celle dans l’eau avec ces jeux de transparence ce qui le rend le tout intéressant à regarder.

Alors, est-ce que Ghost In The Shell est à voir ? Oui si vous voulez passer un bon moment sans prise de tête. Non si vous êtes amateur du Ghost In The Shell original. Oui et non si vous êtes un spectateur lambda mais que vous avez envie de découvrir et comprendre l’univers que recèle Ghost In The Shell. Bref, ce n’est pas mauvais mais ça ne vaut certainement pas l’animé. Voilà, vous êtes prévenus.

[CRITIQUE] Tous en scène : Une comédie musicale pleine de pep’s !

Cette semaine est placée sous le signe de la danse et du chant. Après le sublime La La Land de Damien Chazelle, c’est au tour des équipes d’Illumination à l’origine des Minions notamment de nous offrir une autre comédie musicale tout aussi enjouée. Quand son théâtre est au bord de la faillite, Buster Moon un koala un brin rêveur décide d’roganiser un concours de chant. Une occasion en or pour cinq candidats retenus qui ne cherchent tous qu’une seule chose : pouvoir voler de leur propres ailes.

537433-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Une BO entraînante

Parmi les innombrables chansons qui composent ce film, on retiendra des morceaux entraînants comme I’m still standing superbement interprété par Taron Egerton (Johnny) et surtout la magnifique voix de Tori Kelly qui double Meena l’éléphant. De vraies bonnes reprises qui donnent une vraie joie de vivre au film. Un film qui pourrait d’ailleurs presque être la suite de Zootopie. En effet la caméra déambule dans une grande ville habitée par toutes sortes d’animaux avec chacun leurs caractéristiques et qui, décident de tenter leur chance dans cet énorme concours de chant. Parmi les heureux élus, on retrouve Johnny le gorille fils d’un bandit et qui aspire à une autre vie, Rosita une truie maman de 25 enfants et qui voit enfin un moyen de s’évader de cette vie faite de ménage à longueur de journée, Mike la souris qui ne jure que par l’argent, Meena un éléphant pétrifié par le fait de chanter en public et Ash, une porc épic qui rêve d’une carrière solo loin de son petit-ami à l’égo surdimensionné.

De quoi se retrouver parmi un ou plusieurs personnages. Chacun ayant tous le même but, celui de briller, enfin. On rigole beaucoup des situations cocasses notamment avec l’assistante caméléon de Buster Moon, on danse, on fait la fête et parfois même on pleure un peu mais au final, tout va toujours bien et c’est ce qui compte. Les petits seront ravis de l’univers coloré et animé que propose le film, les plus grands apprécieront la réflexion derrière et l’idée de ne jamais abandonner même si plus rien ne semble possible.

Tous en scène prouve une nouvelle fois le talent des studios Illumination qui ont d’ailleurs déjà annoncé que le film aurait une suite. Malheureusement pour nous il faudra patienter jusqu’en 2020. En attendant, on peut toujours se trémousser sur fond de I’m still standing parce qu’après le film une chose est sûre, cette chanson reste dans la tête.

Ma note : ★★★★

Vu au cinéma : Her

Affiche-Her

Réalisé par : Spike Jonze
Avec : Joaquin Phoenix, Scarlett Johansson, Amy Adams…
Genre : Drame, Romance, Science-Fiction

Le SpitchLos Angeles, dans un futur proche. Theodore Twombly, un homme sensible au caractère complexe, est inconsolable suite à une rupture difficile. Il fait alors l’acquisition d’un programme informatique ultramoderne, capable de s’adapter à la personnalité de chaque utilisateur. En lançant le système, il fait la connaissance de ‘Samantha’, une voix féminine intelligente, intuitive et étonnamment drôle. Les besoins et les désirs de Samantha grandissent et évoluent, tout comme ceux de Theodore, et peu à peu, ils tombent amoureux…

Lire la suite de « Vu au cinéma : Her »