[INTERVIEWS] Camille Vidal-Naquet, Félix Maritaud & Éric Bernard pour « Sauvage »

C’est mi-juillet dans un hôtel parisien que nous avions rendez-vous avec Camille Vidal-Naquet pour son premier long-métrage déjà salué par la critique au dernier Festival de Cannes où Sauvage était présenté à la Semaine de la critique. Pour l’occasion il était accompagné de ses deux acteurs principaux Félix Maritaud – Prix de la révélation – et Éric Bernard. Un entretien passionnant pour un film qui l’est tout autant.

Camille, votre film nous plonge dans un milieu que l’on voit rarement sur grand écran. Qu’est-ce qui vous a poussé à évoquer la prostitution masculine ainsi ?

Camille Vidal-Naquet : Je n’avais pas l’idée de faire un film sur la prostitution masculine, c’était avant tout un portrait. J’ai d’abord imaginé un personnage, une figure de cinéma qui était ce garçon marginalisé, hors des règles, attaché à aucune possession. J’avais l’idée d’un personnage qui déambule comme ça dans un scénario ponctué par des rencontres régulières. Je suis vraiment parti de ce personnage en recherche d’amour. Ecrire ce personnage m’a d’abord emmené dans le monde de la précarité et à partir de là, je me suis intéressé à la prostitution masculine de rue mais j’y suis arrivé par le biais du personnage. C’est un milieu que j’ai alors beaucoup étudié via une association, j’y ai rencontré beaucoup de garçons…

Ces travailleurs invisibles m’ont intéressé, on sait qu’ils existent mais on ne les voit jamais, on ne connait pas leurs journées. Je me suis posé cette question sur l’activité des travailleurs du sexe, à quoi ressemble leur vie ?

Vous avez passé trois ans dans une association au contact de prostitués masculins. Est-ce que le personnage de Léo a évolué au fil de ces rencontres ? Est-ce qu’il a pris les traits de certaines personnes que vous avez rencontrées ou au contraire vous aviez déjà une idée bien définie de ce que devait être Léo ?

V-N : C’est un peu compliqué de répondre, forcément tous les gens que j’ai rencontrés ont eu une influence, même les clients. Le personnage de Léo, lui, est quand même plus imaginaire.  Il y a toujours des éléments que je retrouvais chez les hommes que je rencontrais. En revanche, pour les personnages secondaires, les garçons de cette bande, je me suis inspiré beaucoup plus directement de la réalité. Le personnage de Léo est plus fantasmagorique.

Eric et Félix, quelle a été votre première réaction à la lecture du scénario ?

Félix Maritaud : J’étais un peu secoué et j’ai tout de suite voulu rencontrer Camille pour discuter de son film et de ce personnage.

Eric Bernard : J’ai lu le scénario dans la soirée et je me souviens avoir appelé Camille pour lui dire que je voulais faire le film, de n’importe quelle manière, que ce soit avec ce rôle-là ou un autre.

Comment est-ce que vous vous êtes préparés pour vos rôles ?

M : On a vu un coach de danse qui nous a fait travailler sur la réactivité du corps aux émotions. Apprendre à transmettre une émotion par le corps sans la mentaliser, être dans un rapport direct corporel-expressif. C’était la plus grosse phase de préparation pour mon rôle. Après, on a beaucoup travaillé en répétition avec Camille.

B : Moi, j’ai eu besoin de voir comment ça se passait au bois de Boulogne. Ce que Camille ne voulait pas du tout que je fasse ! J’ai rencontré un jeune homme là-bas, un jeune syrien. J’ai discuté longtemps avec lui et ça ma permis d’avoir un rapport de vérité dans mon jeu je crois.

Félix, est-ce que vous pensez que le fait d’avoir étudié aux Beaux-Arts vous a permis d’aborder le personnage de Léo d’une manière différente, plus sereinement peut-être ? 

M : Je ne sais pas. Je sais qu’étudier aux Beaux-Arts m’a permis d’avoir une ouverture d’esprit un peu particulière, c’est-à-dire sincère sur la sensibilité. L’enseignement artistique m’a appris à regarder les choses à plat, d’avoir un truc sans ego, sans jugement. Dans la mesure où les Beaux Arts font partie de ma vie, cette formation a certainement une influence sur ma façon d’interpréter Léo.

Il y a une implication physique importante dans ce film, est-ce que c’est quelque chose qui vous a fait peur ?

M : C’est excitant au contraire !

B : Moi, j’ai eu un tout petit peu plus d’appréhension que Félix au départ mais c’est aussi parce que je suis arrivé plus tard dans le processus de sélection, je suis arrivé à la toute fin. J’avais toutes les questions qu’on peut se poser au début d’un projet sauf que moi je les avais à la fin ! J’avais un petit décalage mais ça s’est très bien passé. Camille voulait un jeu sans démonstration, c’était plus l’idée d’un corps au travail donc quelque chose de beaucoup plus quotidien.

« Sauvage » c’est un petit peu une claque puis une caresse avec des scènes extrêmement crues et parfois même difficiles à supporter notamment celle où Léo se retrouve entre les mains de ce couple qui le maltraite. Quel a été le cheminement pour en arriver à ce genre de scènes ?

V-N : J’ai réalisé que les garçons qui se prostituent dans la rue sont confrontés en permanence aux fantasmes des gens qui habitent la ville – des fantasmes un peu inavouables qu’ils cherchent à réaliser en secret. Le film montre différentes manières de répondre à cette question, certains clients recherchent la douceur, de façon très respectueuse, et d’autres considèrent que comme ils ont payé, ils ont presque un objet en location à disposition, c’est-à-dire le droit de déshumaniser. La déshumanisation du corps est une problématique essentielle dans la prostitution – particulièrement dans la prostitution de rue. Le film montre des clients souvent bienveillants, d’autres qui ont juste un rapport tarifé mais je voulais être assez honnête et montrer aussi ce monde sans scrupule.

Félix et Eric, vos deux personnages jouent à un vrai jeu du chat et de la souris tout au long du film. Je pense notamment à cette scène où Léo s’accroche à Ahd et ce dernier le rejette en boucle avec violence. Est-ce que vous pouvez nous en dire plus sur cette relation qui semble finalement un peu à sens unique.

M : Ce n’est pas vraiment à sens unique, il y a un véritable échange de tendresse entre les deux mais il y a deux niveaux. Ahd a l’objectif de fuir la prostitution alors que Léo accepte ce mode de vie.

B : Oui, Ahd a très envie de partir, il voit le temps passer et se rend compte qu’il est toujours là à traîner avec ces garçons. Je pense qu’il a une vraie relation avec le personnage de Félix, quelque chose qui tend vers l’amour sauf qu’il n’a pas le logiciel pour accepter et comprendre, ça lui fait peur et ça le rend extrêmement violent avec Léo. Je pense que c’est là-dessus qu’on a construit la relation entre nos deux personnages, ça paraissait évident dès le départ.

Ahd est un peu la voix de la raison dans le film, c’est le seul qui veut s’en sortir et avancer en quelque sorte. Il finit par y arriver contrairement à Léo qui aurait pu avoir la même vie mais qui décide finalement de reprendre sa liberté. Vous choisiriez quoi vous ? La raison ou la liberté ?

B : J’ai souvent l’habitude de dire : « Tout n’est pas tout blanc, tout n’est pas tout noir, la vérité se situe souvent dans les zones de gris » [rires].

M : Moi je choisis la liberté cash !

C V-N : C’est un dilemme qui me dépasse totalement c’est-à-dire que moi je n’arrive pas à me placer dans cet esprit-là. J’ai une vie tout à fait normale de bourgeois parisien donc j’ai du mal à imaginer de tels choix. En revanche, l’intérêt c’est plus d’imaginer qu’il peut y avoir une conscience qui relève de l’oubli de soi que je ne connaitrais jamais et que beaucoup de gens comme nous ne connaîtront pas. Je crois que c’est l’intérêt de ce personnage. C’est un personnage très mystérieux au final, qui ne réfléchit pas comme nous, qui ne pèse jamais le pour et le contre. Il a à la fois un instinct sauvage et une déconnection par rapport à la conséquence de ses actes qui est assez fascinante et peu compréhensible pour moi. Donc je me dis que je n’ai pas le détachement suffisant pour arriver à faire ce choix là.

Quel genre de directeur d’acteurs est Camille ?

M : Le genre précis et qui sait ce qu’il veut.

E.B : Pour le coup c’est vraiment ça précis…

M : Et très drôle !

B : Oui j’allais le dire ! Je crois que c’est le réalisateur avec qui je me suis le plus marré.

Est-ce qu’il y a eu une part d’improvisation dans le film ou tout était vraiment écrit ? 

V-N : Oula ! C’était vraiment très écrit et il y avait très peu d’improvisation. J’ai essayé mais j’ai du mal à lâcher… Je trouve que ça marche moins l’improvisation. C’est un univers très écrit à la base. On a fait des essais plus libres mais je voyais que dès qu’on faisait des improvisations je finissais par les diriger ! Au final je pense qu’il y en a un tout petit peu mais la plupart du film est très écrite.

Une certaine animalité se dégage du film et notamment de Léo qui pourrait presque s’apparenter à un chien dans son comportement. À se faire rejeter mais à toujours revenir, à subir les coups mais aussi dans sa façon de marcher, de tomber, d’être au sol… C’était quelque chose d’important pour vous Camille ? D’être dans un film plus physique que psychologique ?

V-N : Le film n’est pas du tout un film social, on explique pas du tout les mécanismes de la prostitution, comment ça fonctionne, comment on arrive là, ce n’est pas du tout un film qui essaie d’expliquer. C’est un film qui propose de vivre une expérience, de vivre une expérience un peu de sidération, en déconnection de toute logique. Les films qui expliquent tous ces mécanismes sont très intéressants mais ce n’est pas du tout ma démarche. En revanche, elle est assez précise, elle est documentée et elle montre plutôt ce tourbillon, cette brutalité, cette désorientation liés à l’exclusion.

Le film a cette pudeur de ne pas juger les marginaux. Et vous, comme vous l’avez plus ou moins côtoyé, que pensez-vous justement de ce milieu qu’est la prostitution masculine ? Est-ce que vous aviez des idées reçues? Est-ce que vous avez découvert des choses ?

C V-N : Je me suis rendu compte qu’on a vraiment tendance à penser à ces gens qui se prostituent comme à une fonction. On dit ce sont des « prostitués » alors que ce sont des garçons comme moi, comme nous. Il y a une humanité qu’on a tendance à oublier parce que cette fonction-là est très inédite pour nous, peu compréhensible et peu connue. Ça reste des garçons avec des personnalités très fortes, j’ai aussi été très surpris par leur connaissance du monde, de l’humanité, de Paris, de la France, leurs connaissances de tous les fantasmes des gens qui habitent les villes dont je ne me doutais pas et c’est vrai que je me suis senti assez petit finalement. Il y a beaucoup de garçons qui viennent de loin et qui ont vécu dans le monde entier. J’ai appris beaucoup des expériences qu’ils ont bien voulu partager avec moi et j’ai découvert une solidité et un courage incroyable. Ce sont des garçons qui se plaignent très peu.

M : Moi, je pense que j’avais des préjugés avant le film. Mais le côté absolu du personnage m’a fait dépasser ces préjugés et voir quelque chose de plus large qui dépasse la prostitution et qui parlait plutôt de l’amour et du don de soi, qui passait le cap de tous ces trucs sociologiques.

B : Les préjugés sur la prostitution on en avait tous et ce que j’ai vraiment voulu ramener à chaque fois c’est l’humanité. C’est ce qui caractérise chacun de nous. Il fallait réussir à faire cohabiter prostitution et fraternité et c’est de ça dont parle le film je crois.

Sauvage de Camille Vidal-Naquet. Avec Félix Maritaud, Eric Bernard… 1h37
Sortie le 22 août

Merci à Cine sud Promotion d’avoir permis cette interview.

[CRITIQUE] Sauvage : Amèrement suave

La Semaine de la critique recèle très souvent de jolis morceaux de cinéma et a largement confirmé son statut de dénicheur de perles que ce soit avec Grave (Julia Ducournau), Ava (Léa Mysius) ou encore Oh Lucy ! (Atsuko Hirayanagi). Et cette année le film qui a fait trembler la Croisette est français cocorico ! Premier long-métrage de Camille Vidal-Naquet, Sauvage cache plutôt bien son jeu derrière son pitch aussi simple qu’il est brut de décoffrage : un jeune homme de 22 ans qui se prostitue pour (sur)vivre cherche désespérément l’amour sans jamais le trouver. Lire la suite de « [CRITIQUE] Sauvage : Amèrement suave »

[CANNES 2018] Monsieur : Les choses les plus simples sont souvent les meilleures

Premier long-métrage pour la réalisatrice indienne Rohena Gera où on en attendait pas forcément grand chose de cette apparente romance indienne mais parfois comme on dit, les choses simples sont souvent les meilleures. Une histoire d’amour comme il s’en fait des dizaines aussi bien au cinéma qu’à la télé et pourtant Monsieur a le mérite de dégager une douceur presque salvatrice, les sourires sont au rendez-vous en fin de séance. Lire la suite de « [CANNES 2018] Monsieur : Les choses les plus simples sont souvent les meilleures »

[CANNES 2018] Egy Nap : Un jour sans fin

Après un court-métrage en 2010 et un documentaire en 2013, la réalisatrice hongroise Zsófia Szilágyi a fait ses premiers pas à Cannes à la Semaine de la critique avec son film Egy Nap – aka One Day ou encore Un Jour – ou une plongée au coeur de la vie d’une mère de famille au bord de la rupture entre des enfants – et donc toute la pléiades de soucis qui vont avec – à s’occuper et un mari aux abonnés – presque – absent. Se voulant « thriller conjugal » pour sa réalisatrice, One Day s’avère être surtout un jour sans fin. Lire la suite de « [CANNES 2018] Egy Nap : Un jour sans fin »

[CRITIQUE] Ava : La fureur de vivre avant d’oublier

Récompensée au dernier Festival de Cannes durant la Semaine de la critique, Léa Mysius, au même titre que Julia Ducournau avec son film Grave, vient de s’imposer dans le monde du cinéma avec un premier long-métrage certes imparfait mais tellement solaire qu’il nous éblouit de bout en bout. Est-ce que la réussite de cette jeune femme de 24 ans tout droit sortie de la Fémis et co-auteure avec Arnaud Desplechin est étonnante ? Certainement pas. Est-ce que la semaine de la critique serait une dénicheuse de talents ? On dirait bien. 

Ava a 13 ans et lors d’une visite chez l’ophtalmologue pendant ses vacances d’été, on lui apprend  qu’elle va devenir aveugle. En colère après sa mère qui s’intéresse plus à son prochain amant qu’à sa fille et effrayée à l’idée de ne jamais voir de belles choses, Ava se rebelle et rencontre le ténébreux Juan avec qui elle va grandir et s’affranchir avant que tout ne disparaisse.

Le film des premières fois

Ava est le film des premières fois. Premier long-métrage pour Léa Mysius, premier casting et premier rôle pour Noée Abita et quel premier rôle pour cette jeune fille de 18 ans. Noée Abita incarne à merveille cette jeune fille plus totalement enfant mais pas encore adulte qui s’affranchit du regard de sa mère à travers Juan, ce jeune homme rencontré après qu’elle lui a volé son chien. Une relation se noue entre ces deux êtres un peu perdus qui ne savent pas quoi attendre de la vie et le voyage initiatique d’Ava prend rapidement des allures de road trip qui lui est vital pour apprendre la vie, l’amour, la sexualité tant qu’elle peut encore voir. Derrière ses allures d’adolescente rebelle se cache surtout une jeune fille effrayée de perdre la vue et de ne pas avoir vu les beautés de ce monde. D’ailleurs ses états d’âmes étalés sur le papier contrastent avec ce comportement très froid qu’elle a avec sa mère et parfois avec elle-même, mettant parfois même sa vie en danger. Intrépide, Ava vit cet été comme le dernier avant que son horizon ne s’obscurcisse à jamais. Juan Cano quant à lui happe la caméra d’un regard malgré les quelques clichés autour de lui. Son charisme indéniable a de quoi lui ouvrir des portes c’est certain.

Malgré la noirceur de ce scénario, Léa Mysius a pris le film à contre-pied en filmant en 35 mm et en voulant conférer au film ce côté solaire et explosif, à l’image de son actrice principale. Les couleurs chaudes du sud de la France et ce que dégage Noée Abita donnent au film une vraie tendresse au film. Malgré tout la réalisatrice n’oublie pas son sujet principal et garde une ligne directrice avec ce chien noir, aussi hypnotisant que menaçant tout comme ces policiers sur leurs chevaux noirs.

Même si le film peut-être maladroit de temps en temps, ces maladresses donnent du charme à ce premier long-métrage qui est un véritable bijou de beauté, de tendresse et d’amour. C’est sensuel, c’est plus que solaire, ça éblouit même et l’énergie que dégage Noée Abita vous entraîne avec elle.

[CANNES 2017] Day 04 : « Attends ma glace ! »

Encore une semaine avant la fin du Festival alors on ne lorgne pas et on continue de se nourrir de films même si on en profite aussi de temps en temps parce que c’est Cannes quand même ! Au programme de ce dimanche : de l’apéro, de la standing-ovation et une plage en délire.

Qui dit dimanche, dit forcément petite grasse matinée. Après tout on a bien le droit de se reposer un peu quand même. Et de toute manière impossible de voir un film ce matin puisque j’avais rendez-vous à 11h au pavillon Unifrance pour remettre le Prix France Culture à… La Jeune Fille Sans Mains ! Un autre prix a également été remis à Monsieur Costa Gravas en personne avant de profiter de la petite terrasse, du soleil et de l’apéro à volonté. Elle est dure la vie cannoise hein ?

Un bon déjeuner après et rendez-vous à l’espace Miramar sur la Croisette pour la Semaine de la critique. Oui bon impossible de voir tous les films proposés à Cannes mais cette catégorie est quasiment une catégorie sûre et pour preuve, Gabriel et la montagne diffusé cet après-midi là est une jolie réussite dans son genre.

Normalement j’aurais dû aller au concert de M sur la plage qui avait lieu ce soir-là mais à la place je suis allée au Mariott pour la Quinzaine des réalisateurs et la projection de Mobile Homes en compagnie de l’équipe du film. Bon évidemment juste avant je suis enfin allée manger cette glace qui me tentait tant avant de filer pour ma séance de 20h30. Et bien je suis plutôt contente de ce changement de dernière minute puisque la projection s’est terminée par une belle et longue standing ovation pour toute l’équipe.

Journée plutôt calme au final mais ça c’est pour mieux revenir dès demain parce que lundi soir risque d’être une très très grosse soirée (non je ne spoilerai pas). Allez les amis on se dit à demain pour de plus folles aventures.