La femme de Tchaïkovski : Une Juliette sans son Roméo

Fort de ses excellents Leto et La fièvre de Petrov, Kirill Serebrennikov revient avec La femme de Tchaïkovski, un film en costumes envers qui les attentes sont fortes. Présenté en compétition officielle à Cannes, il est l’occasion pour le réalisateur russe d’enfin pouvoir monter les marches, quand il était assigné à résidence pour ses précédents films présentés lors du festival, mais aussi de mettre la barre bien haute pour ses concurrent·es.

Lire la suite de « La femme de Tchaïkovski : Une Juliette sans son Roméo »

The French Dispatch : Ça sent le marronnier

The French Dispatch est un magazine crée par Arthur Howitzer Jr. dans la petite ville française fictive d’Ennui sur Blasé. Le dernier numéro publié avant sa mort prend vie sous les traits de ses différent·e·s journalistes à travers une épopée haute en aventure et humour. Sorte d’hommage autant à leur rédacteur en chef qu’aux médias.

Lire la suite de « The French Dispatch : Ça sent le marronnier »

Haut et fort : Fausses notes en série

Anas est un ancien rappeur qui a décidé de se tourner vers les centres culturels de Casablanca. Il se retrouve dès lors dans un quartier populaire où la jeunesse gronde et réclame sa liberté. C’est à travers le hip-hop qu’iels vont pouvoir exprimer leur colère ainsi que leurs espoirs face à un pays qui leur impose bien trop de barrières.

Lire la suite de « Haut et fort : Fausses notes en série »

Red Rocket : Donut fourré à la fraise

Sean Baker fait partie des cinéastes discret·es mais qui ont une place prépondérante dans le cinéma indépendant américain. Ça a commencé avec Tangerine en 2015, ça a continué avec The Florida Project en 2017 et aujourd’hui le réalisateur revient avec son troisième film, Red Rocket.

Lire la suite de « Red Rocket : Donut fourré à la fraise »

BlacKkKlansman : Spike Lee enragé

Disparu des radars cannois depuis 2002 dans la section Un Certain Regard avec Ten Minutes Older, Spike Lee fait un retour en grandes pompes sur la Croisette en amenant son dernier film BlacKkKlansman directement en Compétition officielle. Grand bien lui fasse, le réalisateur est reparti avec entre ses mains le Grand Prix. Une distinction éminemment politique faisant autant écho autant au passé qu’à une actualité (malheureusement) toujours aussi brûlante.

Lire la suite de « BlacKkKlansman : Spike Lee enragé »

Yomeddine : Ne fuyez pas le lépreux

Après trois courts-métrages entre 2008 et et 2012, le réalisateur austro-égyptien A.B Shawky ne fait pas les choses à moitié puisque son premier long-métrage Yomeddine se retrouve en compétition officielle. Et le moins qu’on puisse dire c’est que pour un premier essai le jeune homme s’en sort pas trop mal du tout avec un incroyable road-movie aussi touchant qu’il est vivifiant. Lire la suite de « Yomeddine : Ne fuyez pas le lépreux »

[CANNES 2018] Les Éternels : Éternellement long

Trois ans après Au-delà des montagnes et ses 8 nominations au Festival de Cannes, Jia Zhang-ke  revient avec Les Éternels, un drame chinois sur fond de pègre où l’amour perdure malgré les épreuves et les années. A travers un pays en évolution, Zhang-ke dissèque les relations amoureuses dans un couple entre une femme qui a évolué avec son temps tandis que sa moitié a régressé. Un nouveau film plutôt correct dans son ensemble mais péniblement long par moment. Lire la suite de « [CANNES 2018] Les Éternels : Éternellement long »

[CANNES 2018] Everybody Knows : Ouverture en demie-teinte

Asghar Farhadi n’aura pas attendu bien longtemps avant de revenir à Cannes. Après Le Client l’année dernière, le cinéaste revient pour ouvrir cette 71e édition du Festival de Cannes avec Everybody KnowsTodos Los Saben en VO – et avec un casting de choix – le couple glamour et Cannois à souhait Penélope Cruz et Javier Bardem. Toujours aussi épris des conflits familiaux, le bonhomme a installé sa caméra dans un petit vignoble espagnol où la fête bat son plein jusqu’à ce qu’un drame familial vienne bouleverser tout ce petit monde. Lire la suite de « [CANNES 2018] Everybody Knows : Ouverture en demie-teinte »