Bones and All : « eat me and love me »

Sorti ce mercredi, Bones and All marque le retour de Luca Guadagnino dans les salles obscures après son incursion à la télévision pour la série We are who we are. Le réalisateur quitte son Italie natale et s’aventure sur les routes de l’Amérique rurale avec l’histoire de Maren et Lee, deux jeunes en quête d’identité. Il serait facile au premier abord de voir Bones and all comme un écart dans la filmographie de son réalisateur, tant la brutalité et la violence de ses visuels contraste les non-dits d’un Call me by your Name, la feinte discrétion d’un Suspiria ou les chassés-croisés sensuels de A bigger splash, et pourtant, le film révèle sûrement le meilleur du cinéma de Luca Guadagnino. Entre corps et horreur, baisers et tendresse, jeunesse et identité, Bones and all surprend, fascine mais surtout émerveille dans son portrait unique de l’humanité.

Lire la suite de « Bones and All : « eat me and love me » »

Inu-Oh : Rock’n roll d’un autre temps

Mind Game, The night is short, walk on girl ou encore Ride your wave, Masaaki Yuasa est un réalisateur qui a réussi à imposer un style éclectique, prenant toujours le/la spectateur·ice au dépourvu par sa façon de se réinventer constamment. Alors que ses récents projets étaient plutôt accessibles, Inu-Oh a de quoi déstabiliser tant il se rend en terrain inconnu.

Lire la suite de « Inu-Oh : Rock’n roll d’un autre temps »

Tahara : Génération Instagram

Parmi tous les formats d’image que le cinéma nous a offert, il y a les classiques (le 1.33 plus généralement nommé 4/3, le 16/9 pensé pour la télévision), les spectaculaires (le Cinémascope et le Cinérama et leur largeur d’image sans égale)… Mais rien ne pouvait nous préparer à un film entièrement diffusé en 1:1, le format classique des photographies publiées sur le réseau social Instagram. C’est pourtant le risque que prend Tahara, réalisé par Olivia Peace, véritable pari formel et premier long-métrage de la cinéaste. Tournant dans les festivals américains depuis janvier 2020, il aura fallu attendre, pour nous français, novembre 2022 et sa sélection au Festival International du Film d’Amiens afin de découvrir ce (pas si) long-métrage de 1h18. 

Lire la suite de « Tahara : Génération Instagram »

Une comédie romantique : Allez César

« Comédie romantique : Une comédie romantique, ou comédie sentimentale, est un film mettant en scène de manière humoristique l’histoire d’amour (ou du moins, une partie de l’histoire d’amour) entre deux personnes. Elle alterne scènes humoristiques et scènes plus sérieuses, qui cherchent davantage à émouvoir. »
La comédie romantique, on la connaît sous toutes ses formes et dans tous les pays. Le genre de films qui, sans s’entourer généralement de grandes prouesses d’écriture, fait chaud au cœur, nous fait rêver et nous berce de douces illusions un brin utopiques. Thibault Segouin est là pour donner un petit coup de pied dans la fourmilière avec son premier long-métrage.

Lire la suite de « Une comédie romantique : Allez César »

La Passagère : En corps et encore 

Présenté en sélection Coup de cœur du 42ème Festival International du Film d’Amiens, La Passagère est le premier long-métrage de sa réalisatrice Héloïse Pelloquet. Afin de monter son projet, celle-ci s’est entourée d’un duo d’acteurs en béton. D’un côté, Cécile de France, l’expérience, l’actrice qui compte autant de rôles interprétés que de facettes révélées. De l’autre, Félix Lefebvre, l’étoile montante nommée au César du meilleur espoir en 2021 pour son interprétation d’Alexis dans Été 85 de François Ozon. Autour de ce duo se révélant aussi flamboyant qu’il semblait improbable, Héloïse Pelloquet tisse une histoire d’amour et de désir dont la première qualité est de casser tous les codes préétablis.

Lire la suite de « La Passagère : En corps et encore « 

Armageddon Time : Le temps des désillusions

Avec Armageddon Time, James Gray ne renouvelle pas son style et préfère revenir à une épure lui convenant davantage. Sa filmographie aussi courte que dense a déjà parcouru les milieux mafieux (Little Odessa, The Yards, We Own the Night), le film romantique (Two Lovers), les films historiques (The Immigrant, The Lost City of Z) et la science-fiction (Ad Astra). En diversifiant les genres cinématographiques, Gray n’a jamais changé de trajectoire de fond par une approche intime et éminemment personnelle du récit. Qu’il filme l’espace, la jungle ou les banlieues new-yorkaises, ce sont les sentiments profonds de ses personnages qu’il capte sur pellicule.

Lire la suite de « Armageddon Time : Le temps des désillusions »

Bowling Saturne : Chasse à court

Problème de société révoltant, les violences faites aux femmes imprègnent le cinéma de ces dernières années. Symbole d’une prise de conscience sociale ou cri d’alerte désespéré d’une « minorité » avertie, il n’en est pas moins vital que les choses évoluent sur le sujet. Et n’est-ce pas le rôle du cinéma que de nous ouvrir les yeux parfois, au travers d’histoires plus ou moins engagées, sur les maladies de nos sociétés ? C’est l’envie de parler de ce rapport de domination au sein d’un polar noir et actuel qui a motivé l’écriture et la réalisation de Bowling Saturne de Patricia Mazuy. Après le très beau succès estival de La Nuit du 12 de Dominik Moll qui aborde un thème similaire, il est intéressant de se pencher sur ce polar siglée -16 ans en salles. 

Lire la suite de « Bowling Saturne : Chasse à court »

Balle perdue 2 : The fate of the furious Lino

En ce début du mois de novembre, les plateformes de streaming s’adonnent à une compétition féroce puisque Prime Video et Netflix sortent à quelques jours d’intervalle un film d’action made in France. Alors que le premier se coltine grand-père Olivier Marchal et son Overdose à la sauce téléfilm TF1, le second nous propose la suite de Balle Perdue, avec la pression de devoir faire aussi bien que son prédécesseur.

Lire la suite de « Balle perdue 2 : The fate of the furious Lino »

Close : rires dans la nuit

Lauréat du Grand Prix au dernier festival de Cannes, Close est le second film du réalisateur Lukas Dhont et raconte l’histoire de l’amitié fusionnelle entre deux garçons de 13 ans. Dhont reprend la thématique des identités et questionnements de genre et du regard d’autrui qui foisonnaient déjà dans son premier film, Girl, et y rajoute une dimension plus dramatique, sans tomber dans l’excès émotionnel. À peine en salles et déjà sélectionné pour représenter la Belgique aux Oscars, le film se classe comme l’un des petits bijoux de cette fin d’année.

Lire la suite de « Close : rires dans la nuit »

Amsterdam : polar-miroir

David O.Russell, c’est un peu ce voisin sympathique, dont on aime écouter les histoires, mais qui ne nous évoque pas grand chose. Si l’on se souvient de ses films comme d’un bon moment, à l’écriture légère et agréable, on n’en retient rien, et regarder sur nos étagères les copies d’Happiness Therapy, Fighter ou encore Les rois du désert prendre la poussière nous fait remonter un sentiment d’esbroufe, la persuasion d’avoir observé un joli écrin empli de vide. Garant d’un artisanat « bien fait », O’Russell s’accompagne toujours d’un casting étoilé, bien vendu aux côtés de son image de réalisateur rare, dont chaque retour fait l’événement (Joy, le dernier en date, étant passé plus inaperçu). Avec sa promotion axée sur les mêmes artifices, Amsterdam nous promet du glamour, une enquête ambitieuse dans l’Amérique des années 30, qui nous remémore des frissons de Chinatown. Au final, on s’approche plus de Gangster squad.

Lire la suite de « Amsterdam : polar-miroir »

Rétrospective Tsui Hark #8 – Pour le pire… mais surtout le meilleur

Retour dévastateur à Hong Kong, synthèse du polar ayant fait la gloire de la péninsule à partir des années 80 et baroud d’honneur pour un cinéaste ayant porté une partie de l’industrie pendant deux décennies, Time and Tide est aussi le début d’une remise en cause pour Tsui Hark. Remise en cause de son avenir alors que Hong Kong est officiellement redevenue chinoise, mais également remise en cause de son style expérimental qui façonne ses œuvres depuis The Blade, et enfin de ses ambitions de cinéaste à l’heure où le numérique permet des prouesses jusqu’à l’heure impossibles. Il en résulte une période instable pour le cinéaste, mais heureusement courte.

Lire la suite de « Rétrospective Tsui Hark #8 – Pour le pire… mais surtout le meilleur »

Les Miens : Le bossu de notre famille

Il y a des années où certain·es acteur·ices se démarquent par leurs choix cinématographiques. En 2022, c’est Roschdy Zem qui nous offre jusque là un sans faute. Aperçu plus tôt dans l’année dans Enquête sur un scandale d’état, puis donnant la réplique à Virginie Efira dans Les enfants des autres avant de rejoindre Louis Garrel dans L’Innocent, l’acteur est finalement revenu derrière la caméra pour son sixième long-métrage.

Lire la suite de « Les Miens : Le bossu de notre famille »

Saint-Omer : Tou·tes coupables

Alice Diop est une réalisatrice confirmée pour ses documentaires (dont Nous en 2021, primé à Berlin). Avec Saint-Omer, elle s’essaie pour la première fois à la « fiction », son arc narratif est inspiré de faits réels mais baigné d’une approche documentaire et documenté. Pendant deux heures, son récit et sa mise en scène, Lion d’Argent à la Mostra de Venise 2022, nous emmène dans une analyse profonde de l’Homme et des devoirs imputés aux femmes. Poignant.

Lire la suite de « Saint-Omer : Tou·tes coupables »

El : Relation toxique, mode d’emploi

El, ou plutôt « Lui » dans la langue française, bien que la traduction du titre dans notre pays est Tourments. Autant conserver le titre original, bien plus représentatif du film. El, ainsi donc s’agit-il d’un film centré sur la figure de l’homme ? Oui, mais pas n’importe laquelle ! Celle de l’homme puissant, possessif, paranoïaque, oppresseur, menteur et lâche. Réalisé par le cinéaste Luis Buñuel – connu grâce à son court métrage Un chien andalou – il s’agit de l’un des films préférés et les plus personnels de son auteur.

Lire la suite de « El : Relation toxique, mode d’emploi« 

Werewolf By Night : Chair de Poule (mouillée)

Profitant de l’arrivée de l’automne et de son cortège de goules, vampires et tueurs psychotiques, Marvel sort de son tiroir à malices Werewolf By Night, une adaptation du comics éponyme de 1972 suivant la vie tumultueuse de Jack Russel, un loup-garou aux prises avec l’univers Marvel. Aux manettes de cette plongée dans l’horreur siglée 16+, c’est le compositeur émérite Michael Giacchino, pourtant très occupé parmi les multiples bandes originales qu’il signe régulièrement, qui tronque sa baguette pour la caméra.

Lire la suite de « Werewolf By Night : Chair de Poule (mouillée) »