J’y crois encore : Étouffe-chrétien

L’écriteau quasiment aussi grand que le titre qui disait sur l’affiche « Par le studio qui a sorti La La Land » aurait du être un avertissement suffisant. Pourtant vous connaissez le dévouement qu’on a pour vous et si on peut vous éviter deux pénibles heures alors on est heureux de le faire. Mais alors que dire sur ce J’y crois encore ? Mauvais mélange entre Nos Étoiles contraires et la Bible ?

Continuer de lire « J’y crois encore : Étouffe-chrétien »

Three Billboards : La force des mots

Après la très forte impression de Bons Baisers de Bruges et le naufrage Sept Psychopathes, n’arrivant pas à trouver un équilibre entre éclairs de génie et beauferie lourdingue, on attendait Martin McDonagh au tournant. À tout moment, et par sa volonté de traiter son sujet par le drame et le comique, Three Billboards pouvait tomber dans l’écueil de son prédécesseur. Heureusement pour nous, ce n’est pas le cas.

Continuer de lire « Three Billboards : La force des mots »

The Grand Budapest Hotel : l’Overlook en folie

Au milieu de l’usine hollywoodienne, de ces réalisateurs qui se copient les uns les autres, il est bon de voir un auteur se détacher par une patte qui plait autant qu’elle divise mais qui offre à ses métrages un caractère unique, que l’on identifie immédiatement. Wes Anderson est ce genre virtuose au travail dont l’attente génère toujours nombre d’émois, il n’y a qu’à voir les réactions face au casting de French Dispatch, son prochain effort. C’est d’ailleurs ce qui fait l’apanage de ses métrages depuis un bon moment : le casting grandiloquent.

Continuer de lire « The Grand Budapest Hotel : l’Overlook en folie »

Souvenirs goutte à goutte : cultiver la mémoire

Isao Takahata est attaché au passé. De son pays, comme il l’a prouvé avec Le tombeau des lucioles, mais aussi de l’humain comme il le démontre ici avec Souvenirs goutte à goutte. Explorant les mémoires d’une jeune femme qui se demande quel a été l’impact de sa jeunesse sur son présent, il livre là une fable, non sans défaut, dont la légèreté n’a d’égale que la beauté visuelle.

Continuer de lire « Souvenirs goutte à goutte : cultiver la mémoire »

Les Sorcières De Zugarramurdi : Les basques d’Eastwick

Folie, exubérance même, des qualificatifs en réalité bien faibles quand on s’attaque à Alex de la Iglesia. Après l’excellent Balada Triste qui nous malmène dans une chasse à l’homme complètement folle et savoureuse, jouant avec l’univers du cirque – c’est bien simple, on avait pas pris un tel pied depuis Santa Sangre de Jodorowsky, malgré le changement drastique de registre -, le réalisateur du remarquable Crime Farpait décide de s’attaquer au fantastique, et de dépeindre des sorcières bien dangereuses….mais non sans humour !

Continuer de lire « Les Sorcières De Zugarramurdi : Les basques d’Eastwick »

L’extraordinaire Mr. Rogers : Inconnu familier

Ce film aura longtemps traîné dans les cartons (pour finalement sortir sur Prime Video) alors qu’outre-Atlantique Tom Hanks était nommé aux Oscars comme meilleur second rôle. Une nomination qui aurait pu nous paraître étonnante au vu du titre laissant deviner un biopic classique. Que nenni, L’Extraordinaire Mr. Rogers est probablement LE film dont on a besoin en cette période trouble pour nous rappeler que l’amour, l’empathie et la bienveillance sont des vertus qui manquent beaucoup trop à ce monde.

Continuer de lire « L’extraordinaire Mr. Rogers : Inconnu familier »