[ANNECY 2019] Ville Neuve : Valse à deux temps

Pour la première année, le plus beau des festivals aka le Festival d’Annecy a inauguré une nouvelle catégorie : Contrechamps. Une délicieuse sélection aux choix éclectiques qui montre une volonté de dévoiler une autre facette du film d’animation. Parmi cette sélection, le film de Félix Dufour-Laperrière (dont l’interview est à retrouver ici) Ville Neuve apparaît comme une véritable oeuvre expérimentale, peut-être difficile d’accès mais incroyablement poétique, liant intime et universel dans une valse sur deux temps.

Lire la suite de « [ANNECY 2019] Ville Neuve : Valse à deux temps »

Toy Story 4 : A Woody story

Juillet 2010, Pixar laisse un public en totale PLS avec Toy Story 3. Une page qui se tourne, un passage de flambeau qui n’a laissé personne indemne, des kilos de mouchoirs utilisés et une saga qu’on pensait fini. Pourtant les studios Pixar nous ont sorti de leur chapeau le 6 novembre 2014 qu’un quatrième opus était en route. Cinq ans plus tard, Toy Story 4 voit le jour. Alors opus dispensable ou non ?

Lire la suite de « Toy Story 4 : A Woody story »

[ANNECY 2019] Les Hirondelles de Kaboul : Nid douillet

À l’heure où Annecy se posait de vraies questions concernant la place de la femme dans le monde de l’animation, il était plus que bienvenue de voir le film de Zabou Breitman et et Éléa Gobbé-Mévellec en compétition. Une adaptation d’un roman dans lequel on suit le destin de Mohsen et Zunaira au coeur d’un Kaboul en ruines dirigé par les Talibans. La comparaison avec Parvana se fait forcément et force est de constater que le film rate le coche alors qu’il aurait pu être un véritable brûlot féministe.

Lire la suite de « [ANNECY 2019] Les Hirondelles de Kaboul : Nid douillet »

[ANNECY 2019] Buñuel après l’Âge d’Or : Renaissance

Présenté en compétition officielle, Buñuel après l’Âge d’Or revient sur toute la période post L’Âge d’or alors que le cinéaste Luis Buñuel traverse une mauvaise passe. Un objet filmique doublement récompensé lors de la cérémonie de clôture et un double hommage au cinéma et au cinéaste. 

Lire la suite de « [ANNECY 2019] Buñuel après l’Âge d’Or : Renaissance »

[ANNECY 2019] Rencontre avec Jérémy Clapin, réalisateur de « J’ai perdu mon corps »

C’était la sensation du Festival de Cannes, c’est devenu celle aussi du Festival d’Annecy. Pour son premier long-métrage J’ai perdu mon corps, Jérémy Clapin marque d’une empreinte déjà forte le cinéma d’animation français avec une oeuvre coup de poing, poétique, mélangeant les genres et les techniques avec une dextérité sidérante. On a rencontré le réalisateur à Annecy pour discuter de son film et de l’état du film d’animation en France.

Lire la suite de « [ANNECY 2019] Rencontre avec Jérémy Clapin, réalisateur de « J’ai perdu mon corps » »

[ANNECY 2019] J’ai perdu mon corps : À contre-sens

Est-ce que Jérémy Clapin réalisera un doublé Cannes/Annecy ? Nous n’aurons la réponse que demain. En attendant on l’espère fortement car J’ai perdu mon corps est le coup de coeur de ce Festival. En témoigne d’ailleurs une salle en ébullition hier soir après la projection du film dans la Grande Salle de Bonlieu et une demande si importante qu’une séance a été rajoutée. Des signes de bonne augure ? 

Update : Le film a gagné le Prix du public et le Cristal.

Lire la suite de « [ANNECY 2019] J’ai perdu mon corps : À contre-sens »

[ANNECY 2019] La fameuse invasion des ours en Sicile : c’era una volta

Il y a de ces moments suspendus dans le temps, une enfance qui prend vie sous vos yeux. Présenté au dernier Festival de Cannes dans la catégorie Un Certain Regard, La fameuse invasion des ours en Sicile est l’adaptation du roman « La fameuse invasion de la Sicile par les ours » de Dino Buzzati sorti pour la première fois en 1945. 

Lire la suite de « [ANNECY 2019] La fameuse invasion des ours en Sicile : c’era una volta »

[ANNECY 2019] White Snake : Sans queue ni tête

La légende chinoise du Serpent Blanc est probablement l’une des plus connues, des plus répandues et surtout l’une des plus illustrées au cinéma. D’ailleurs parallèlement à White Snake présenté en compétition, Annecy propose dans sa section Classics de revoir Le Serpent Blanc, premier long-métrage en couleur réalisé au Japon. En attendant on revient à la compétition donc avec le tout premier film d’Amp Wong et Ji Zhao, relecture de la célèbre légende. Un premier film certes esthétiquement soigné mais qui pêche énormément sur son scénario fouillis.

Lire la suite de « [ANNECY 2019] White Snake : Sans queue ni tête »

[ANNECY 2019] Playmobil, le film : En avant le désarroi

Pour être tout à fait honnête, on avait quand même de sérieux doutes lorsqu’on a appris que c’était le film Playmobil qui faisait l’ouverture du Festival d’Annecy. Connaissant la qualité de ce Festival, le film Playmobil n’avait rien qui donnait vraiment envie. Mais qu’à cela ne tienne, on lui a laissé sa chance. Après tout peut-être qu’il allait nous surprendre et être à la hauteur d’un Lego Movie. Que nenni, ce n’est même pas le déception à ce niveau-là, c’est du facepalm puissance 1000.

Lire la suite de « [ANNECY 2019] Playmobil, le film : En avant le désarroi »

[ANNECY 2019] Underdog : Plus à lécher qu’à croquer

Outre l’élément eau, les animaux aussi sont mis à l’honneur cette année à Annecy entre le très attendu La fameuse invasion des ours en Sicile ou encore L’Extraordinaire voyage de Marona, Underdog de – présenté dans la catégorie Contrechamp – nous emmène au coeur d’une meute de chiens abandonnés et tente de survivre par leurs propres moyens alors que le danger rôde en permanence. 

Lire la suite de « [ANNECY 2019] Underdog : Plus à lécher qu’à croquer »