Radioactive : Fusion des genres

C’est en 1943 que l’incroyable vie et les travaux de Marie Curie ont été adapté sur grand écran avec Madame Curie qui a cumulé à l’époque pas moins de sept nominations aux Oscars. Depuis, son histoire est régulièrement narrée, que ce soit sur le grand et petit écran, à travers des écrits et même des romans graphiques. C’est ainsi qu’en mars prochain, nous aurons l’occasion de (re)découvrir Marie Curie dans Radioactive, réalisé par Marjane Satrapi.

Continuer de lire « Radioactive : Fusion des genres »

Adoration : Folie amoureuse

Lorsque Paul, un jeune garçon solitaire rencontre Gloria, une jeune patiente de la clinique psychiatrique où travaille sa mère, il développe une attirance, qui le mènera à s’enfuir avec elle loin des adultes. Fabrice Du Welz est un cinéaste s’intéressant beaucoup à l’amour, souvent dans un contexte sombre. Ici, ce film lui permet d’explorer une relation amoureuse totalement pure, du fait de l’âge des protagonistes, en nimbant le récit d’une atmosphère torturée. Chaque étape de leur prise de liberté a un prix : le sang, les larmes, les flammes…

Continuer de lire « Adoration : Folie amoureuse »

Violet Evergarden : La puissance des mots

Avant d’être une série à succès sur Netflix, Violet Evergarden est avant tout une série de light novel japonais écrite par Kana Akatsuki qui est par la suit adaptée à l’écran par Kyoto Animation. D’abord prévu pour une sortie en VOD, c’est grâce au distributeur français Eurozoom que Violet Evegarden : Éternité et la poupée de souvenirs automatiques a le droit à une sortie exclusive sur grand écran. L’occasion de donner une toute nouvelle dimension à une série qui relève de l’orfèvre.

Continuer de lire « Violet Evergarden : La puissance des mots »

L'Adieu, un mariage pour un enterrement

Awkwafina gagne le Golden Globe de la meilleure actrice dans une comédie pour son rôle de Billi Wang dans L’Adieu. Occasion rêvée pour la partie française d’A 24, qui distribue le film de Lulu Wang dans l’hexagone quelques jours à peine après la cérémonie, pouvant alors attirer en salles les curieux. Double ambition pour celui qui, en plus d’obtenir une nomination pour un prix prestigieux, est l’un des premiers films américains tourné en langue étrangère à avoir les faveurs d’une académie considérée.

Continuer de lire « L'Adieu, un mariage pour un enterrement »

Les enfants du temps : mécanisme rouillé

S’il y a bien une grosse attente en ce début d’année 2020, c’est bien le nouveau film de Makoto Shinkai. Celui qui nous avait bouleversé fin 2016 avec son merveilleux Your Name revient avec Les enfants du temps (Weathering with you en VO). Une nouvelle romance au cœur d’un Tokyo constamment sous la pluie. Les premières images laissaient présager une petite merveille, mais force est de constater – à grands regrets – que le réalisateur commence à s’essouffler.

Continuer de lire « Les enfants du temps : mécanisme rouillé »

Play : Rembobiner pour mieux évoluer

Après Les Gamins et une adaptation de Robin des Bois, Anthony Marciano et Max Boublil se retrouvent à nouveau pour Play ! Pensé comme un film générationnel, un témoignage de deux gosses des années 90, il s’agit d’un bon divertissement pour tous mais évidemment surtout d’une véritable madeleine de Proust pour toutes les personnes ayant grandi en un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître.

Continuer de lire « Play : Rembobiner pour mieux évoluer »

Notre dame : … de la loufoquerie

En ce début de nouvelle ère, il est bon de passer le cap du gros blockbuster (coucou Maître Yoda !) et de prendre une bonne dose de drôlerie boboïsante intergalactique… car oui, nous allons vous parler de Notre dame de Valérie Donzelli. La comédienne et réalisatrice revient sur le grand écran avec une comédie romantique et merveilleuse.

Continuer de lire « Notre dame : … de la loufoquerie »

Cats : ou le souci de l’adaptation

Les Oscars est une remise de prix capable de mettre en lumière des réalisateurs dont le mérite est inexistant. Le Discours D’un Roi est par exemple le film calibré pour la compétition qui a permis à Tom Hooper de s’établir en faux faiseur de comédies musicales. Cats a surpris le monde par ses premières images proposant un anthropomorphisme douteux. Sans grande surprise, les réactions mêlaient un étonnement à un manque d’intérêt flagrant au projet initié par Amblin et Universal. Néanmoins, plus la date butoir se rapprochait plus une curiosité malsaine grandissait, celle de voir cette immondice annoncée. Mais qu’en est-il réellement ? Le réalisateur de Danish Girl accumule-t-il les projets sans envergures?

Continuer de lire « Cats : ou le souci de l’adaptation »

Rendez-vous chez les Malawas : Rendez-vous en terre connue

On est passé par beaucoup d’émotions avec Rendez-vous chez les Malawas. D’abord de l’exaspération à la première vue de l’affiche qui nous laissait croire encore à une mauvaise énième comédie française, puis une lueur d’espoir en voyant le trailer qui jouait très clairement sur la parodie pour finalement être une nouvelle fois déçu en sortant de salle. La parodie c’est bien, quand elle est bien faite c’est mieux. Qu’elle nous donne pas un film pipi-caca c’est une utopie qu’on est pas prêts d’atteindre.

Continuer de lire « Rendez-vous chez les Malawas : Rendez-vous en terre connue »

PIFFF 2019, le récap !

Dans les horizons cinématographiques lisses, où chaque film à gros budget se ressemble, où les comédies ont perdu leur paire de burnes, où les choix s’estompent tellement que bientôt on nous demandera uniquement si on veut du « Disney ou Netflix » dans notre tarte aux poils, on se dit qu’on a mal au cinéma. Mais ça c’est parce qu’on fouille pas assez, les enfants ! Le cinéma de genre, véritable vétéran garant de la tentative artistique à tout prix, lui, se porte très bien, et il suffit de venir au PIFFF tous les ans pour s’en rendre compte !

Continuer de lire « PIFFF 2019, le récap ! »