Balle perdue 2 : The fate of the furious Lino

En ce début du mois de novembre, les plateformes de streaming s’adonnent à une compétition féroce puisque Prime Video et Netflix sortent à quelques jours d’intervalle un film d’action made in France. Alors que le premier se coltine grand-père Olivier Marchal et son Overdose à la sauce téléfilm TF1, le second nous propose la suite de Balle Perdue, avec la pression de devoir faire aussi bien que son prédécesseur.

Lire la suite de « Balle perdue 2 : The fate of the furious Lino »

Blonde : folie et (dés)illusion

Sans nul doute un des films les plus attendus de l’année, Blonde marque le retour d’Andrew Dominik derrière la caméra, dix ans exactement après la sortie de Cogan : Killing them softly. Le réalisateur néo-zélandais connu, entre autres, pour The Assassination of Jesse James by the Coward Robert Ford, effectue avec ce nouveau film un virage à 180 degrés et choisit d’adapter le roman de Joyce Carol Oates relatant la vie de l’actrice Marilyn Monroe. Reprenant son thème fétiche de la déconstruction du mythe, Dominik emmène son personnage principal à travers les méandres de ses traumatismes et déroule en presque trois heures la descente aux enfers de l’une des plus grandes icônes américaines pour un résultat final qui, sans être franchement mauvais, ne manque pas de laisser perplexe.

Lire la suite de « Blonde : folie et (dés)illusion »

Monster : the Jeffrey Dahmer Story : portrait d’un collectif malade

Sortie sur Netflix récemment, la série Monster : The Jeffrey Dahmer Story fait partie de cette vague morbide visant à surfer sur la “célébrité” de tueur·ses en série pour en faire des adaptations questionnables, n’ayant finalement pour effet que de romantiser ces figures sans égard pour leurs victimes (on se souvient de Zac Efron en Ted Bundy pour Netflix en 2019). Il semblerait logique que cette nouvelle série sur les meurtres de Jeffrey Dahmer suive la même lignée et pourtant, la nouvelle production de Ryan Murphy se distingue, en faisant la seule chose que ses comparses ont tendance à oublier : pointer sa caméra sur les victimes et non plus l’agresseur.

Lire la suite de « Monster : the Jeffrey Dahmer Story : portrait d’un collectif malade »

Persuasion : la Fleabagification de Jane Austen

Sorti mi-juillet sur Netflix, Persuasion est le dernier-né de la série d’adaptations du travail de Jane Austen qui inonde le petit comme le grand écran depuis les années 90. Le film adapte le dernier roman de son autrice et nous introduit Anne Elliot, jeune femme en fin de vingtaine, qui retrouve son ancien amant Wentworth, huit ans après qu’elle ait été forcée par sa famille de refuser sa demande en mariage en raison de son manque d’argent. Triste et mélancolique, le livre est probablement le plus sérieux et le plus poétique de la carrière d’Austen qui nous présente des personnages humains et sensés, le tout agrémenté d’une prose magnifique. Bref, tout ce qui semble manquer à son adaptation.

Lire la suite de « Persuasion : la Fleabagification de Jane Austen »

Stranger Things 4 : Netflix, le véritable antagoniste ?

782 minutes, plus de 13 heures, c’est ce que représentent, à eux seuls, les neuf épisodes de la saison 4 de la série originale de Netflix Stranger Things. Saison de tous les records, cette quatrième salve d’épisodes est tout d’abord la plus chère de l’histoire des séries télévisées. Avec un budget de 30 millions de dollars par épisode, l’intégralité des neuf chapitres fait grimper le coût de cette saison à 270 millions de dollars, soit bien au-dessus des 90 millions déboursés par HBO pour la dernière saison de Game of Thrones, somme qui semblait pourtant pharaonique au moment de sa sortie en 2019. Cette nouvelle saison de Stranger Things, c’est également 287 millions d’heures de vues dans le monde, en à peine une semaine, pour les 7 premiers épisodes ; série numéro 1 en terme de visionnage dans 83 pays ; l’épisode le plus long de l’histoire de Netflix ; le retour d’un titre des années 1980 propulsé à la tête des charts mondiaux… Le succès de cette nouvelle saison est donc indéniable. Cependant, qu’ont réellement à nous offrir ces neuf épisodes ? Et si ces chiffres n’étaient qu’un écran de fumée cachant un système de production et de diffusion maladroit, altérant la qualité de ce qu’aurait pu être Stranger Things saison 4 ?

Lire la suite de « Stranger Things 4 : Netflix, le véritable antagoniste ? »

Massacre à la tronçonneuse : élagage du surplus humain

Attendu sans doute pour de mauvaises raisons face aux résultats et tentatives précédentes, ce Massacre à la tronçonneuse dernier cru arrive pourtant sur Netflix et est prêt a en découdre avec de jeunes influenceur·ses benêt·es. Pour le meilleur d’un plateau de viandes à la cuisson saignante par le boucher Leatherface, et pour le pire d’une bêtise d’un propos qui n’en a rien à faire de son époque. 

Lire la suite de « Massacre à la tronçonneuse : élagage du surplus humain »

Tick, Tick…Boom! : is this the life ?

Si Jonathan Larson reste largement méconnu en Europe, son œuvre fait depuis de nombreuses années partie intégrante de la culture populaire aux États-Unis. En deux musicals seulement, il a su révolutionner le genre tout en y imposant sa patte personnelle et est devenu aujourd’hui un modèle pour de nombreux·ses créateur·ices à Broadway. Larson meurt malheureusement à 35 ans, la veille de la première de Rent, le musical qui a fait sa renommée mais l’impact de son œuvre n’a jamais faibli pour autant. Parmi ces influencé·es, on peut citer un certain Lin-Manuel Miranda qui, après avoir explosé dans Hamilton en 2015, est en train de s’immiscer doucement mais sûrement dans le milieu du cinéma. Sa dernière incursion en date est Tick, tick… Boom!, adapté d’un des deux musicals du même nom de Jonathan Larson.

Lire la suite de « Tick, Tick…Boom! : is this the life ? »

CANNESERIES 2021 : Liberté série

Pour sa 4ème édition, le festival CANNESERIES nous a très gentiment invité à découvrir, en avant-première, les diverses séries qui composeront la sélection officielle en compétition du 8 au 13 octobre 2021. 10 séries longues et 10 séries courtes rythmeront ainsi la croisette durant cette nouvelle édition du festival. Cependant, il est important de noter que CANNESERIES sera également accessible gratuitement en ligne pour tous ceux n’ayant pas la possibilité de traverser la France jusqu’à Cannes durant ce pluvieux mois d’octobre. Pour cela rien de plus simple, il vous suffit de vous rendre sur le site officiel du festival. Vous pourrez y retrouver les séries courtes, disponible durant toute la durée du festival, les séries longues pour une durée de 48h après leur diffusion à Cannes, ainsi que diverses rencontres en lignes avec les équipes de productions et de réalisations. Nous avons ainsi visionné l’intégralité de cette compétition officielle afin de vous proposer nos coups de cœur.

Lire la suite de « CANNESERIES 2021 : Liberté série »

The Guilty : Coupable de copie

L’annonce d’un remake de The Guilty à la sauce américaine était loin de convaincre les cinéphiles qui portent haut dans leur cœur la version danoise de 2018. Il faut dire que la bande-annonce laisse présager une pâle copie de l’original, la tête de Jake Gyllenhaal à la place. Mais avec le réalisateur du premier Equalizer et du remake des Sept Mercenaires ainsi que le scénariste de True Detective à la barque, on pouvait espérer un petit miracle… qui n’arrive malheureusement pas.

Lire la suite de « The Guilty : Coupable de copie »

Rick & Morty : Nobody exists on purpose, nobody belongs anywhere, everybody’s gonna die. Come watch TV.

Rick et Morty fait partie de ces séries qui ont su intégrer rapidement la culture populaire à travers la planète, au point que le culte l’entourant a pu jouer en défaveur de la qualité réelle de la série. Ainsi, certain·e·s se souviennent des ruées dans les McDonald’s pour goûter la sauce szechuan remise en avant par l’un des épisodes, le délire autour de Pickle Rick et la mention surabondante de certaines blagues à la manière d’autres séries du genre, poussant à une overdose totale. Malheureusement, cette perception amenée par une part de fandom surexcitée et surexcitable ne fait qu’enfermer Rick et Morty dans une imagerie faussée et immature alors même que la série se révèle bien plus intelligente qu’il n’y paraît, derrière son cynisme apparent et son aspect over the top. Cette sortie d’une intégrale de ses quatre saisons devrait permettre de remettre en question cette image et mieux constater ses thématiques et diverses réflexions.

Lire la suite de « Rick & Morty : Nobody exists on purpose, nobody belongs anywhere, everybody’s gonna die. Come watch TV. »

Kate : Netflix/20

Mary Elizabeth Winstead qui casse des bouches dans ce qui semble être un film d’action mêlé de kung-fu et de yakuzas en tous genres, ça donne envie, non ? C’est sans oublier que Kate est estampillé Netflix, comme un vieille promesse que tout ce qui est attendu sera piétiné et aseptisé.

Lire la suite de « Kate : Netflix/20 »

« Fear Street : 1994 » : Promenons-nous…

Pour celleux né·e·s dans les années 90, la saga littéraire horrifique Chair de Poule devrait vous dire quelque chose. Des petites histoires plutôt bien pensées pour nous faire gentiment frissonner sous la couverture le soir. À la même période en Angleterre, R. L. Stine publiait sa saga littéraire Fear Street qui a connu un succès immense avec pas moins de 80 millions d’exemplaires. Et c’est la réalisatrice Leigh Janiak, encore inconnue au bataillon (son premier film Honeymoon n’est jamais sorti de par chez nous), qui s’attèle à l’adaptation de ces romans pour Netflix.

Lire la suite de « « Fear Street : 1994 » : Promenons-nous… »

Army of the dead : Ce qui se passe à Vegas va sur Netflix

L’année 2021 sera signe de double dose de Zack Snyder pour le public. Après avoir ravi ses fans en leur offrant le mastodonte de quatre heures qu’est Justice League, le réalisateur débarque sur Netflix en proposant Army of the dead : un bon gros film de zombies qui peut compter sur son lot de scènes gores et les gros muscles de Dave Bautista.

Lire la suite de « Army of the dead : Ce qui se passe à Vegas va sur Netflix »

Oxygène : Série B fortement confinée

L’annonce d’un nouveau métrage réalisé par Alexandre Aja réveille toujours l’appétit de friandises pour les amateur•ice•s de cinéma de genre et série B. Surtout lorsque Oxygène, développé par Netflix, signe le retour du français dans l’hexagone, 18 ans après que Cécile de France se soit débattue avec un psychopathe en pleine cambrousse. Ici, Mélanie Laurent est enfermée dans un caisson cryogénique, ne souvient plus de rien et l’air respirable commence à diminuer fortement. 

Lire la suite de « Oxygène : Série B fortement confinée »

Les Mitchell contre les machines : Animation best generation

Niveau film d’animation, le paysage cinématographique est bien pauvre ces derniers temps. Le seul qui nous a attiré l’attention est bien le magnifique Soul mais sinon c’est un peu le désert. Alors quand on apprend que les producteurs de Spider-Man : New Generation et La Grande Aventure Lego nous ont concocté un nouveau film, on reprend quelques couleurs et on se plonge dans une aventure désopilante.

Lire la suite de « Les Mitchell contre les machines : Animation best generation »